Au moins 3 adolescents juifs israéliens arrêtés pour terrorisme
Rechercher

Au moins 3 adolescents juifs israéliens arrêtés pour terrorisme

Le Shin Bet et des forces spéciales de la police auraient fait une descente dans une yeshiva en Cisjordanie et placé des étudiants en détention, les empêchant de voir leur avocat

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

lllustration : Un membre des "Jeunes des Collines" sur un âne dans un avant-poste illégal du nord de la Cisjordanie (Crédit : Zman Emet, Kan 11)
lllustration : Un membre des "Jeunes des Collines" sur un âne dans un avant-poste illégal du nord de la Cisjordanie (Crédit : Zman Emet, Kan 11)

Au moins trois Israéliens ont été arrêtés dimanche matin sur leur implication présumée dans une importante enquête dont les détails sont sous embargo, a confirmé un responsable de la défense au Times of Israel.

L’enquête est menée conjointement par le service de sécurité du Shin Bet et l’unité criminelle nationaliste de la police, qui enquêtent sur ce qui pourrait bien être un attentat terroriste juif.

Une escouade d’agents du Shin Bet et d’officiers de l’unité de reconnaissance de la police du Yasam a perquisitionné une yeshiva dans le nord de la Cisjordanie et appréhendé les adolescents, qui ont été depuis empêchés de parler à un avocat, selon un porte-parole de Honenu, une organisation d’aide juridique, qui représente un des suspects.

Itamar Ben Gvir, qui représente un autre adolescent, a dénoncé la conduite des autorités israéliennes et affirmé que les agents du Shin Bet torturaient probablement son client afin d’obtenir de faux aveux.

L’avocat a cité un reportage de la semaine dernière dans l’émission de télévision « Uvda » qui documentait les tactiques brutales des services de sécurité pour extorquer des aveux de culpabilité aux suspects israéliens dans une attaque terroriste dans le village palestinien de Duma, en Cisjordanie, où trois membres de la famille Dawabshe ont péri dans un incendie en juillet 2014.

« Le fait d’interdire à mon client de rencontrer un avocat a précisément pour but d’augmenter la pression et les mauvais traitements », a déclaré Ben Gvir dans un communiqué.

Le Shin Bet a justifié son attitude dans l’affaire de Douma, affirmant que des mesures extrêmes étaient nécessaires – et autorisées par l’Etat – en raison de la crainte que de nouvelles attaques ne se produisent.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...