Israël en guerre - Jour 197

Rechercher

Au moins 7 blessés, dont 3 graves, dans un attentat à la voiture-bélier à Tel Aviv

Le terroriste palestinien de 20 ans a percuté les passants circulant sur la piste cyclable avant de sortir de son véhicule pour poignarder d'autres victimes ; Une femme enceinte dans un état très grave

La scène d'un attentat à la voiture-bélier, à Tel Aviv, le 4 juillet 2023. (Crédit : United Hatzalah)
La scène d'un attentat à la voiture-bélier, à Tel Aviv, le 4 juillet 2023. (Crédit : United Hatzalah)

Au moins sept blessés dans une attaque terroriste à la voiture-bélier survenue à Tel Aviv, sur une piste cyclable dans la rue Pinkhas Rosen située à Ramat haChayal, alors que l’armée poursuit son opération anti-terroriste à Jénine, bastion du terrorisme palestinien.

Le service de secours du Magen David Adom a indiqué que son personnel avait soigné sept personnes sur les lieux, dont trois personnes grièvement blessées.

L’une des personnes blessées est une femme enceinte, dont l’état a été qualifié de très grave.

Des images graphiques de la scène montrent plusieurs personnes éparpillées sur le sol.

La scène d’un attentat à la voiture-bélier à Tel-Aviv le 4 juillet 2023 (Crédit : United Hatzalah)

Le terroriste palestinien a été abattu par un civil armé présent sur les lieux, a indiqué la police, confirmant qu’il s’agissait bien d’une attaque terroriste. Il avait percuté les passants circulant sur la piste cyclable avant de descendre de son véhicule pour poignarder d’autres victimes.

L’agence de sécurité intérieure du Shin Bet a déclaré que le terroriste palestinien n’avait pas de permis d’entrée en Israël, comme la presse l’avait rapporté.

Dans un communiqué, l’agence a identifié le terroriste comme étant Abed al-Wahab Khalila, 20 ans, de la ville d’as-Samu, dans le sud de la Cisjordanie, près de Hébron.

Des premières informations l’avaient identifié comme étant Hussein Khalila, 23 ans, un parent qui avait lui un permis pour entrer en Israël pour recevoir des soins médicaux.

Le Shin Bet a affirmé qu’Abed al-Wahab Khalila n’avait commis aucune infraction à la sécurité auparavant.

Le chef de la police Kobi Shabtai est arrivé sur les lieux, de même que le minsitre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu reçoit également des mises à jour régulières sur l’attaque de la part de son secrétaire militaire et suit les développements.

Le ministre des Finances, Bezalel Smotrich, a quant à lui déclaré que les Israéliens devaient s’unir face au terrorisme.

« Nos ennemis veulent nous faire du mal à Tel Aviv, à Eli et partout en Terre d’Israël, et contre eux nous devons faire preuve d’unité et de détermination, à Tel Aviv, à Eli et partout en Terre d’Israël », a-t-il déclaré, en se référant à une récente attaque meurtrière dans l’implantation d’Eli en Cisjordanie. « Nos combattants héroïques travaillent en ce moment même pour frapper les terroristes et leurs émissaires à Jénine et nous prions pour leur sécurité et leur succès », a-t-il poursuivi. « Les forces de défense et de sécurité israéliennes mettront la main sur chacun de ceux qui nous souhaitent du mal », a-t-il ajouté.

Pour le groupe terroriste palestinien du Hamas, à la tête de la bande de Gaza, il s’agit d’une « première réponse aux crimes de l’occupation à Jénine ». Le Hamas a aussi indiqué que le terroriste était issu de sa faction, mais n’a pas revendiqué pour autant l’attaque.

Dans sa déclaration, le Hamas s’est engagé à « poursuivre, intensifier et diversifier » ses attaques de vengeance.

Les Palestiniens ont partagé des photos en ligne qui montreraient l’attaquant.

La France a condamné « avec la plus grande fermeté » l’attentat. « Toutes nos pensées vont aux blessés et à leurs proches. Rien ne saurait justifier le terrorisme », a tweeté l’ambassade de France en Israël.

« Nous suivons avec une grande inquiétude la situation en Israël et dans les Territoires palestiniens occupés », indique dans un communiqué le gouvernement allemand, dénonçant « l’attentat terroriste » commis à Tel Aviv et appelant « tous ceux qui ont des responsabilités dans cette situation » à « faire le maximum d’efforts pour calmer la situation sécuritaire tendue et empêcher de nouvelles violences ».

L’ambassadeur australien Ralph King s’est dit « choqué par la nouvelle de l’attaque terroriste ». « Le ciblage délibéré de civils ne se justifie en aucun cas », a-t-il écrit dans un tweet.

La ville de Jénine et le camp de réfugiés adjacent, bastion de groupes armés palestiniens, ont été visés à plusieurs reprises par des opérations israéliennes.

Au deuxième jour de l’opération militaire israélienne, des passants dans une rue de Jénine, en Cisjordanie, le 4 juillet 2023. (Crédit : Ronaldo Schemidt/AFP)

Des milliers de Palestiniens ont fui lundi soir le camp de réfugiés de Jénine pour échapper aux combats alors que les forces israéliennes poursuivaient une opération anti-terroriste majeure.

Le groupe des services d’urgence du Croissant-Rouge palestinien a déclaré que 3 000 personnes avaient été évacuées du quartier densément peuplé de la ville.

« Il y a environ 3 000 personnes qui ont quitté le camp jusqu’à présent », a déclaré à l’AFP le vice-gouverneur de Jénine, Kamal Abu al-Roub, ajoutant que des dispositions étaient prises pour les loger dans des écoles et d’autres abris dans la ville de Jénine. Selon ses dires, environ 18 000 Palestiniens résident dans le camp.

Juliette Touma, porte-parole de l’agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens, a confirmé à l’AFP que les habitants du camp partaient.

Des véhicules blindés de l’armée israélienne avançant sur une route lors d’une opération à Jénine, le 3 juillet 2023. (Crédit : Ronaldo Schemidt/AFP)

Israël a lancé l’opération de grande envergure lundi matin pour réprimer le foyer de terrorisme dans la ville. Un certain nombre d’attaques contre des Israéliens ces dernières années ont été menées par des Palestiniens de la région, et les observateurs disent que l’Autorité palestinienne (AP) a peu de contrôle sur le terrain.

Plus de 1 000 soldats de Tsahal ont participé à l’opération, qui semblait être la plus importante en Cisjordanie depuis une vingtaine d’années. Des responsables cités dans les médias israéliens ont prédit que l’opération se poursuivrait jusqu’à lundi soir, mais qu’elle se terminerait probablement rapidement.

Tsahal a déclaré que l’opération avait commencé peu après 1h du matin lundi, avec une série de frappes aériennes contre plusieurs cibles dans la ville, dont une salle de guerre commune partagée par divers groupes armés de la ville.

Tout au long de l’opération de lundi, les troupes de Tsahal ont recherché des sites de stockage d’armes, des laboratoires d’explosifs et d’autres « infrastructures terroristes », affronté des Palestiniens armés et mené des frappes aériennes contre diverses cibles dans le camp de réfugiés, a indiqué Tsahal dans un communiqué.

De la fumée s’élevant lors d’un raid militaire israélien, à Jénine, le 3 juillet 2023. (Crédit : AP Photo/Majdi Mohammed)

Des responsables palestiniens de la santé ont déclaré mardi matin que neuf personnes avaient été tuées et au moins 100 autres blessées, dont 20 considérées comme étant dans un état grave, lors des frappes et des affrontements avec les forces israéliennes, qui se sont poursuivis dans la nuit.

Plusieurs des Palestiniens tués ont été identifiés par les médias comme des membres de groupes armés dans la ville, bien qu’il n’y ait eu aucune déclaration officielle immédiate publiée par le groupe terroriste du Jihad islamique palestinien ou d’autres organisations terroristes locales.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.