Au vu de la situation dans le sud, Netanyahu annule son voyage en Colombie
Rechercher

Au vu de la situation dans le sud, Netanyahu annule son voyage en Colombie

Le Premier ministre avait prévu d'assister à l'inauguration du nouveau président pro-israélien Iván Duque et de rencontrer d'autres dirigeants régionaux

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

De droite à gauche, le ministre de la Défense Avigdor Liberman, le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le chef d'état-major de l'armée israélienne Gadi Eisenkot, le secrétaire militaire du Premier ministre Brig. Le général Eliezer Toledano et le chef du Shin Bet Nadav Argaman s'exprimant lors d'une visite à la division de Gaza de l'armée de défense israélienne le 17 juillet 2018, lors d'une recrudescence de la violence dans la bande de Gaza. (Kobi Gideon / GPO)
De droite à gauche, le ministre de la Défense Avigdor Liberman, le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le chef d'état-major de l'armée israélienne Gadi Eisenkot, le secrétaire militaire du Premier ministre Brig. Le général Eliezer Toledano et le chef du Shin Bet Nadav Argaman s'exprimant lors d'une visite à la division de Gaza de l'armée de défense israélienne le 17 juillet 2018, lors d'une recrudescence de la violence dans la bande de Gaza. (Kobi Gideon / GPO)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a annulé jeudi, de façon inattendue, un voyage prévu en Colombie, à cause de la situation sécuritaire instable dans le sud d’Israël.

« Au vu de la situation dans le sud, le Premier ministre a décidé de rester en Israël la semaine prochaine et a donc annulé son voyage en Colombie », a déclaré son porte-parole aux journalistes, sans donner d’autres précisions.

Netanyahu devait assister à l’inauguration du nouveau président du pays, Iván Duque. Durant le séjour de trois jours prévu à Bogota entre le 6 et le 9 août, Netanyahu devait également rencontrer plusieurs dirigeants régionaux, dont les présidents de l’Argentine, du Honduras et du Guatemala.

Cela aurait été son deuxième voyage en Amérique du sud en moins d’un an. L’annulation devrait coûter des milliers de shekels aux contribuables israéliens, étant donné que les vols et les hôtels avaient déjà été réservés, en plus du coût des voyages prévisionnels à Bogota de son personnel.

Duque, du parti du centre démocratique de droite, a déclaré vouloir améliorer les bonnes relations de son pays avec Israël, en exprimant ouvertement l’idée de transférer l’ambassade de son pays à Jérusalem.

La frontière entre Israël et Gaza a connu des épisodes de violence depuis le mois de mars. Ces dernières semaines, des roquettes et des ballons incendiaires ont été lancés de l’enclave côtière vers le sud d’Israël, mais un cessez-le-feu négocié par l’Égypte a jusqu’ici empêché la situation tendue de dégénérer en guerre totale.

Aviv Levi (Crédit : armée israélienne)

Le 20 juillet, un soldat israélien, le sergent d’état-major. Aviv Levi, a été tué par des tirs de snipers palestiniens du Hamas le long de la frontière. Levi a été la première victime de l’armée israélienne sur le front de Gaza depuis l’opération Bordure protectrice en 2014.

Netanyahu a visité la Colombie le 13 septembre 2017. Durant ses trois heures à Bogota, il avait rencontré le président sortant Juan Manuel Santos et des membres de la communauté juive locale, et signé deux accords bilatéraux sur la science et le tourisme.

Son bref séjour correspondait à la première visite en Amérique latine d’un Premier ministre israélien.

« Je ne pense pas que les [visites] du Premier ministre d’Israël … devraient avoir lieu à 70 ans d’intervalle, alors je vous garantis que la prochaine visite sera beaucoup plus proche », avait-il déclaré lors d’une conférence de presse avec Santos.

La Colombie a été l’un des pays amis les plus proches d’Israël en Amérique latine, avec des liens politiques, militaires et économiques étroits.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu (à gauche) et le président colombien Juan Manuel Santos (à droite) assistent à la cérémonie d’accueil du dirigeant israélien au palais Narino à Bogota le 13 septembre 2017. (Photo AFP / Raul Arboleda)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...