Aucune décision sur le transfert de l’ambassade avant la date-limite – Maison Blanche
Rechercher

Aucune décision sur le transfert de l’ambassade avant la date-limite – Maison Blanche

Un porte-parole de l'administration indique que Trump ne signera pas de dispense pour reporter cette initiative lundi et qu'une annonce sera faite dans les prochains jours

Le président américain Donald Trump arrive pour un discours au Rotunda, au capitole d'Etat de l'Utah, le 4 décembre 2017 à  Salt Lake City, Utah. (Crédit : George Frey/Getty Images/AFP)
Le président américain Donald Trump arrive pour un discours au Rotunda, au capitole d'Etat de l'Utah, le 4 décembre 2017 à Salt Lake City, Utah. (Crédit : George Frey/Getty Images/AFP)

La Maison Blanche a confirmé lundi que le président américain Donald Trump laisserait passer la date-limite fixée pour le renouvellement d’une dispense reportant le déménagement de l’ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem sans en signer une autre, même s’il reste indéterminé qu’une telle démarche annonce un éventuel changement politique majeur.

Un porte-parole de l’administration Trump a confirmé que le président ne signerait pas la dispense de six mois lors de la date-butoir de lundi.

« Aucune action ne sera entreprise concernant la dispense aujourd’hui et nous ferons part de notre décision sur la dispense au cours des prochains jours », a déclaré Hogan Gidley.

Trump avait promis, pendant sa campagne, de relocaliser l’ambassade à Jérusalem, et aurait été frustré par son incapacité à mener à bien cette initiative en raison d’inquiétudes sécuritaires, un tel transfert étant susceptible d’attiser de nouvelles tensions dans cette région sensible.

« Le président a été clair sur cette question dès le départ : Ce n’est pas une affaire de si mais une affaire de quand », a dit Gidley.

Les responsables ont estimé qu’il est improbable que ce déplacement de l’ambassade soit décidé de manière définitive mais que Trump pourrait faire un discours à la fin de la semaine reconnaissant Jérusalem comme capitale de l’Etat juif.

Trump a déjà manqué des dates-limites similaires dans d’autres dossiers, mais il devrait toutefois signer cette dispense de mauvaise grâce cette semaine.

Les diplomates et les experts ont expliqué au Times of Israel que ce report ne devrait pas avoir d’implications politiques.

« Je pense qu’il est reconnu à Washington et au sein du gouvernement américain que l’émission d’une dispense, pas exactement au bon moment mais encore dans la bonne fourchette de temps, sera encore considérée comme répondant aux exigences », a commenté auprès du Times of Israel lundi l’ancien ambassadeur américain au sein de l’Etat juif Dan Shapiro.

L’ambassade américaine à Tel Aviv. (Crédit : Ori~/Wikimedia Commons/File)

En 1995, le Congrès américain avait adopté une loi exigeant du département d’Etat qu’il ouvre une ambassade américaine à Jérusalem.

Mais elle contient une clause autorisant le président à reporter l’ouverture d’une ambassade à Jérusalem pour des raisons de « sécurité nationale », une disposition qui a été invoquée de manière répétée par les présidents américains successifs, de Bill Clinton à George W. Bush et à Barack Obama, ce qui fait que la loi n’a jamais été mise en vigueur.

Israël affirme que Jérusalem est sa capitale indivisible et a poussé la communauté internationale à reconnaître la ville comme telle. Une déclaration américaine ou une relocalisation de l’ambassade seraient une démarche majeure concernant les revendications israéliennes sur la municipalité.

Dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux lundi, le maire de Jérusalem, Nir Barkat, a lancé un appel passionné au président Donald Trump, lui demandant de reconnaître Jérusalem comme capitale de l’Etat juif et de relocaliser l’ambassade dans la ville.

רגע לפני ההחלטה, שתפו את הקריאה לנשיא טראמפ לא לחשוש מאיומי הטרור ולהעביר את השגרירות לירושלים!As we await a decision, share this message to President Trump: Do not be deterred by threats of terror, move the US embassy to Jerusalem!

Posted by ‎Nir Barkat – ניר ברקת‎ on Monday, 4 December 2017

Barkat se trouve devant la Maison Blanche, où il remercie Trump pour « son engagement et son intention de reconnaître officiellement Jérusalem comme capitale d’Israël ».

Raphael Ahren et Eric Cortellessa ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...