Israël en guerre - Jour 283

Rechercher

« Aucune preuve » des viols commis par le Hamas le 7 octobre, dit Roger Waters

Le musicien refuse de condamner l'attaque terroriste et défend l’idée de dire aux Israéliens de "retourner en Europe de l'Est, aux États-Unis ou d'où qu'ils viennent"

Piers Morgan (à gauche) interviewe l'ancien leader de Pink Floyd, Roger Waters (à droite), dans une interview mise en ligne le 2 juillet 2024. (Crédit : Capture d'écran via YouTube)
Piers Morgan (à gauche) interviewe l'ancien leader de Pink Floyd, Roger Waters (à droite), dans une interview mise en ligne le 2 juillet 2024. (Crédit : Capture d'écran via YouTube)

L’ancien leader des Pink Floyd, Roger Waters, a déclaré dans une interview au journaliste Piers Morgan diffusée mardi sur YouTube qu’il n’y avait « aucune preuve » que des terroristes du Hamas avaient violé des femmes israéliennes le 7 octobre 2023. L’entretien a porté principalement sur l’opposition de longue date du musicien à l’État d’Israël.

À différents moments de l’interview, Waters a suggéré que le gouvernement israélien avait intentionnellement permis que le massacre du Hamas se produise, a semblé nier tout massacre systématique de civils par le Hamas et a défendu sa publication d’une vidéo sur YouTube dans laquelle il conseillait aux Israéliens de « retourner en Europe de l’Est, aux États-Unis ou d’où que vous veniez ».

Expliquant cette vidéo – dans laquelle il a déclaré que les Israéliens qui choisiraient de rester chez eux seraient « les bienvenus » dans un nouvel État palestinien –, Waters a déclaré : « Je suis en larmes à cause de Gaza chaque matin quand je me réveille. Je n’ai que 80 ans, je n’ai jamais vécu devant mes yeux le génocide quotidien de tout un peuple. »

Waters a affirmé que la guerre à Gaza était le problème le plus important dans le monde, appelant Israël à s’excuser « auprès de l’ensemble de la race humaine ».

Il a déclaré qu’il participait à l’émission de Morgan afin de défendre certains candidats aux prochaines élections générales au Royaume-Uni, qualifiant le leader travailliste Keir Starmer, qui est sur le point de mener son parti vers une victoire écrasante, d’ « homme vendu ».

Waters a soutenu un adversaire de Starmer, Andrew Feinstein, ainsi que quelques autres candidats, dont Leanne Mohamad, une indépendante de 23 ans d’origine palestinienne. Celle-ci a défini dans un message sur X ensuite supprimé l’attaque du 7 octobre comme « une vision historique », écrivant que « la libération est possible ».

La radio israélienne appelée à le boycotter

En réponse à l’interview, la dirigeante de l’organisation de femmes Naamat a appelé les stations de radio israéliennes à cesser de diffuser les chansons de Waters, affirmant que les Israéliens ne devraient « pas contribuer à lui verser des royalties, en tant que négationniste du viol et du massacre du 7 octobre », même si une telle démarche serait « symbolique ».

Dans une déclaration au site d’information Ynet, le directeur de la station Eco99 a déclaré que, depuis le début de la guerre, sa radio avait déjà considérablement réduit le temps d’antenne musical de l’artiste et qu’elle « ne diffuserait pas ses chansons dans la période à venir ».

La radio publique Kan a déclaré qu’elle ne s’engagerait pas à interdire complètement son œuvre sur ses ondes, notant que ses programmeurs musicaux prenaient en compte de nombreux facteurs lorsqu’ils décident des playlists et qu’ils « tiendront compte de ces déclarations choquantes ». La radio militaire n’a pas officiellement répondu à la demande de commentaires d’Ynet, bien que le site ait cité des sources anonymes suggérant que Waters ne serait pas entendu sur la station de si tôt.

Dans les semaines et les mois qui ont suivi l’attaque du Hamas du 7 octobre, au cours de laquelle des milliers de terroristes ont envahi le sud d’Israël depuis la bande de Gaza, tuant quelque 1 200 personnes, prenant 251 otages et déclenchant la guerre en cours entre Israël et le groupe terroriste, Waters a suggéré qu’il y avait « quelque chose de louche » dans le récit entourant l’attaque.

« Nous ne savons pas si nous aurons un jour toute l’histoire », a déclaré Waters dans une interview le 7 novembre avec le journaliste Glenn Greenwald, ajoutant à l’époque : « Ils appellent cela leur 11 septembre. Que s’est-il réellement passé lors du 11 septembre aux États-Unis ? Personne ne sait. »

Mardi, Waters a refusé de condamner l’attaque, disant à Morgan qu’il ne voulait pas cette conversation.

« Si le Hamas a commis des crimes de guerre, je le condamne », a-t-il assuré, avant de défendre son affirmation de l’interview de novembre, selon laquelle il était impossible de savoir ce qui s’était réellement passé.

« Je ne dis pas qu’une partie du mouvement de résistance palestinienne n’a pas franchi ce grillage pour entrer dans ce qu’on appelle Israël », a poursuivi Waters. « Ce que je dis, c’est qu’il y a tout ce discours sur : ‘Israël a-t-il le droit de se défendre ?’ Pourquoi Israël ne s’est-il pas défendu ce matin-là ? »

Interrogé au sujet des images des attaques du Hamas, que les terroristes ont eux-mêmes largement filmées à l’aide de caméras GoPro fixées sur eux, Waters a appelé à « une enquête réelle et sérieuse » et a suggéré qu’Israël n’autoriserait pas qu’une telle enquête ait lieu.

Waters a ensuite salué plusieurs médias alternatifs pour avoir « démystifié tous les mensonges sales et dégoûtants que les Israéliens ont racontés après le 7 octobre sur les bébés brûlés et les femmes violées », insistant sur le fait qu’il n’y avait « aucune preuve » d’agression sexuelle.

« Des femmes ont été violées », a répondu Morgan.

Un rapport de février du Secrétaire général des Nations unies sur la violence sexuelle dans les conflits a conclu qu’« il existe des motifs raisonnables de croire que des violences sexuelles ont eu lieu lors des attaques du 7 octobre dans plusieurs endroits de la périphérie de Gaza, y compris des viols et des viols collectifs, dans au moins trois endroits ».

Le rapport fait également état de plusieurs cas « d’individus assassinés, pour la plupart des femmes, dont les corps étaient nus jusqu’à la taille – et certains totalement nus – attachés avec les mains derrière le dos, dont beaucoup ont reçu une balle dans la tête ».

Interrogé au sujet de Kfir Bibas, le bébé alors âgé de 9 mois pris en otage avec sa famille au kibboutz Nir Oz, Waters a déclaré à Morgan : « Piers, vous pouvez ou non l’inventer – je sais que vous croyez les absurdités racontées par ZAKA. »

ZAKA est une organisation composée principalement de bénévoles ultra-orthodoxes dont le but est de collecter les corps sur les lieux d’attaques terroristes et d’accidents de la route pour les enterrer conformément à la loi juive.

Le groupe, qui était responsable du traitement de nombreux corps à la suite des attaques, a été associé à deux récits très médiatisés qui n’étaient finalement pas fondés.

Waters a rejeté l’utilisation du terme « terrorisme » pour décrire l’attaque, la décrivant comme une « résistance » de personnes opprimées dans une « prison ».

Répondant aux accusations d’antisémitisme, Waters a déclaré à Morgan : « Je ne suis pas antisémite, même pas très légèrement », ajoutant : « Qui saurait si Roger Waters était un antisémite ? Roger Waters le saurait, car j’aurais des sentiments à l’égard des Juifs ! »

Des volontaires de l’ONG ultra-orthodoxe israélienne ZAKA collectent des échantillons de corps dans l’une des maisons attaquées par les terroristes du Hamas lors du massacre du 7 octobre, au kibboutz Holit, dans le district sud d’Israël, au sud de la bande de Gaza, le 26 octobre 2023. (Crédit : YURI CORTEZ / AFP)

Dans les vingt dernières minutes de l’interview, Waters a accusé les « puissances occidentales » d’« assassiner les Ukrainiens » en les encourageant, « contre leur gré », à repousser l’invasion russe de 2022.

Il a également parlé de sa relation avec Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks qui a récemment été libéré dans le cadre d’un accord de plaidoyer, et a rejeté l’affirmation de Morgan selon laquelle Assange n’avait pas suffisamment expurgé certains des fichiers qu’il avait rendus publics.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.