Rechercher

Aux côtés de Boris Johnson, Isaac Herzog préconise une réponse ferme face à l’Iran

Le président a également remercié Johnson d'avoir mis sur liste noire l'aile politique du Hamas, en plus de sa branche armée

Le Premier ministre britannique Boris Johnson (à droite) serre la main du président israélien Isaac Herzog avant des entretiens au numéro 10 de Downing Street, dans le centre de Londres, le 23 novembre 2021, pendant la visite de trois jours du président israélien. (Crédit : JUSTIN TALLIS / POOL / AFP)
Le Premier ministre britannique Boris Johnson (à droite) serre la main du président israélien Isaac Herzog avant des entretiens au numéro 10 de Downing Street, dans le centre de Londres, le 23 novembre 2021, pendant la visite de trois jours du président israélien. (Crédit : JUSTIN TALLIS / POOL / AFP)

Le président israélien Isaac Herzog a rencontré mardi le Premier ministre britannique Boris Johnson à Londres.

Selon son bureau, Herzog a fait pression sur Johnson pour qu’il soit ferme avec l’Iran afin d’empêcher la République islamique d’obtenir des armes nucléaires.

M. Herzog a déclaré qu’Israël « attend(ait) de nos alliés du P5+1 qu’ils soient aussi fermes que possible, car nous ne pensons pas qu’ils agissent de bonne foi, et ce n’est que si toutes les options sont sur la table que les choses pourront évoluer dans la bonne direction. »

Le président a également remercié Johnson d’avoir mis sur liste noire l’aile politique du Hamas, en plus de sa branche armée.

« Je veux me faire l’écho de ces points et, tout d’abord, en ce qui concerne le Hamas, je pense que c’est la bonne décision, c’était une décision difficile et controversée mais je pense que c’était la bonne, et d’ailleurs une décision qui, je pense, a été presque immédiatement justifiée par l’incident épouvantable que nous avons vu en Israël. Une chose terrible, terrible », a répondu le chef du gouvernement britannique, en référence à une fusillade meurtrière perpétrée dimanche dans la Vieille Ville de Jérusalem par un membre du Hamas et qui a fait un mort.

« Et votre remarque sur l’Iran est également bienvenue, et nous voyons une situation dans laquelle le monde n’a pas beaucoup de temps », a ajouté Johnson.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...