Israël en guerre - Jour 255

Rechercher

Avec la fermeture du point de passage de Rafah, l’aide humanitaire commence à pourrir

Le point de passage, fermé par l'Egypte depuis trois semaines, cause une accumulation d'aide alimentaire qui se détériore très rapidement au soleil

Des camions du Croissant-Rouge égyptien chargés d'aide humanitaire attendent à Rafah, devant le poste-frontière avec la bande de Gaza, le 23 mars 2024, alors que les combats font rage entre Israël et le Hamas. (Crédit : Khaled Desouki/AFP)
Des camions du Croissant-Rouge égyptien chargés d'aide humanitaire attendent à Rafah, devant le poste-frontière avec la bande de Gaza, le 23 mars 2024, alors que les combats font rage entre Israël et le Hamas. (Crédit : Khaled Desouki/AFP)

Alors que le passage de Rafah reste fermé pour la troisième semaine d’affilée depuis que l’Égypte a refusé de rouvrir le point de passage pour protester contre le contrôle de la partie palestinienne par l’armée israélienne, une partie des denrées alimentaires indispensables qui attendent d’entrer dans la bande de Gaza, côté égyptien, ont commencé à pourrir.

Le point de passage de Rafah – frontalier de l’Égypte et qui est la principale porte d’entrée des marchandises et des personnes entrant ou sortant de Gaza – est fermé depuis qu’Israël a déclaré le 7 mai l’avoir pris au Hamas.

Depuis que l’armée israélienne a pris le contrôle du passage, l’Égypte a mis fin à la coordination instaurée pour que les camions passent de son territoire à Gaza, insistant pour que l’autre côté du passage repasse sous contrôle palestinien avant toute réouverture.

Par conséquent, sur la route entre le côté égyptien du passage et la ville d’al-Arish, à environ 45 kilomètres à l’ouest de Rafah, point d’arrivée de l’aide internationale, les camions s’accumulent.

Une partie des aliments aujourd’hui pourris, mais initialement destinée à Gaza, ont été déchargés et vendus à prix réduit – notamment des stockes d’oeufs pourris – sur les marchés du nord du Sinaï, avant d’être confisqués, ont indiqué les autorités locales du ministère égyptien de l’Approvisionnement.

Un chauffeur de camion, Mahmoud Hussein, explique que ses marchandises étaient à bord de son camion depuis maintenant un mois et qu’elles s’étaient abîmées au soleil. Certaines denrées alimentaires ont été jetées, d’autres, vendues à bas prix.

« Pommes, bananes, poulet et fromage, tout un tas de choses ont pourri. Certaines d’entre elles ont été renvoyées ou sont vendues pour un quart de leur prix », dit-il, accroupi sous son camion pour se mettre à l’ombre.

« Cela me fait de la peine de dire que les oignons que nous transportons seront au mieux mangés par les animaux, à cause des vers qu’ils contiennent maintenant. »

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.