Avec la révélation du site nucléaire, Netanyahu veut la guerre, dit l’Iran
Rechercher

Avec la révélation du site nucléaire, Netanyahu veut la guerre, dit l’Iran

Pour le chef de la diplomatie iranien, Israël "crie au loup" ; il évoque la fois où le Premier ministre aurait recommandé au Congrès américain de se débarrasser de Saddam Hussein

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif parle aux journalistes pendant une conférence de presse conjointe avec son homologue indonésien Retno Marsudi à Jakarta, en Indonésie, le 6 septembre 2019 (Crédit : AP/Achmad Ibrahim)
Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif parle aux journalistes pendant une conférence de presse conjointe avec son homologue indonésien Retno Marsudi à Jakarta, en Indonésie, le 6 septembre 2019 (Crédit : AP/Achmad Ibrahim)

L’Iran a répondu avec fureur à la révélation par Israël de la découverte d’une structure nucléaire jusqu’alors inconnue, accusant le Premier ministre Benjamin Netanyahu d’avancer à n’importe quel prix vers la guerre.

Dans un discours télévisé diffusé lundi, Netanyahu a clamé que Téhéran avait mené des expériences pour poursuivre la fabrication d’armes nucléaires dans cette structure nucléaire clandestine située dans le centre de l’Iran, violant les termes de l’accord de Vienne.

Répondant à Netanyahu, le ministre iranien des Affaires étrangères Javad Zarif a accusé le leader israélien de chercher la guerre.

« Celui qui possède des armes nucléaires RÉELLES crie au loup face à un site ‘démoli’ PRÉSUMÉ en Iran », a-t-il écrit sur Twitter.

« Lui & #B_Team veulent tout simplement la guerre, peu importe le sang des innocents & encore 7 MILLIARDS de dollars », a-t-il ajouté, faisant référence à Netanyahu, au conseiller américain à la sécurité, John Bolton, au prince héritier saoudien, Mohammed Bin Salman, et au prince héritier d’Abou Dhabi, Mohammed Bin Zayed.

Zarif a également publié sur Twitter une vidéo de 2002 montrant Netanyahu parler devant le Congrès de ce qui, selon lui, serait les conséquences positives de la destitution du pouvoir du dictateur irakien Saddam Hussein. Il a également publié un article de journal datant de 1986 portant sur l’arsenal nucléaire secret de l’Etat juif.

L’Iran a par ailleurs accusé lundi les Etats-Unis d’avoir violé le Traité de non-prolifération en modernisant ses armes nucléaires au lieu d’avancer vers le désarmement.

L’ambassadeur iranien aux Nations unies, Majid Takht Ravanchi, a cité les progrès réalisés dans l’interdiction universelle des explosions nucléaires et l’objectif plus large du désarmement en ajoutant que « malheureusement, il y a actuellement deux courses alarmantes : la course aux nouvelles armes nucléaires et la course à leur modernisation ».

Il a déclaré lors de la commémoration de la Journée internationale contre les essais nucléaires organisée à l’Assemblée générale de l’ONU que « des politiques irresponsables » comme celles des Etats-Unis « portent préjudice à tous les efforts livrés à l’international vers le désarmement et la non-prolifération nucléaires, elles doivent donc prendre fin ».

L’envoyé iranien à l’ONU Majid Takht Ravanchi s’exprime devant les journalistes aux abords du Conseil de sécurité, le 24 juin 2019 (Crédit : Loey Felipe/UN)

Ravanchi a souligné que les moratoires volontaires sur les essais nucléaires « ne peuvent se substituer à une interdiction globale, universelle, contrôlable et légalement contraignante sur tous les types d’explosions nucléaires, notamment alternatifs ».

Il a vivement recommandé aux pays de redoubler d’efforts pour atteindre « l’objectif noble de l’élimination totale des armes nucléaires ».

La révélation de Netanyahu est la dernière d’une série résultant du travail des services de renseignements israéliens visant à démontrer que la République islamique n’a pas renoncé à son objectif de fabriquer une arme nucléaire, recommandant vivement aux signataires restants du JCPOA, accord international historique sur le nucléaire iranien signé sous l’administration Obama, de l’abandonner.

Les Etats-Unis s’en sont retirés l’année dernière, réimposant des sanctions à Téhéran. En réaction, l’Iran a repris des activités d’enrichissement de l’uranium tout en pressant l’Europe de contourner les pénalités mises en place par les Américains.

Netanyahu a expliqué que la découverte du site a été rendue possible par une opération du Mossad menée l’année dernière dans un entrepôt de Téhéran, qui abritait des archives sur le nucléaire iranien.

Une fois que l’Iran a compris qu’Israël a appris l’existence du site nucléaire secret, situé à Abadeh, au sud d’Ispahan, le régime a rapidement procédé à sa destruction, a fait savoir Netanyahu. Le Premier ministre, qui a montré des photos du site datant des mois de juin et juillet, soit avant et après sa démolition, n’a pas précisé la nature des expériences qui avaient été menées là-bas.

« Quand l’Iran a réalisé que nous avions découvert le site, voilà ce que les Iraniens ont fait : ils ont détruit le site », a expliqué Netanyahu. « Ils l’ont tout simplement effacé de la carte. Ils ont effacé le site de la carte… Ils ont détruit les preuves ou tout du moins, ils ont essayé de le faire ».

Lors de l’Assemblée générale des Nations unies l’année dernière, Netanyahu avait révélé l’existence d’un entrepôt lié au programme sur le nucléaire iranien.

L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a confirmé, au début du mois, avoir trouvé des résidus d’uranium enrichi sur le site et avoir vivement recommandé à la République islamique de lui donner des explications. Ce que le régime de Téhéran a échoué à faire jusqu’à présent.

« C’est ce que j’ai à dire aux tyrans de l’Iran : Israël sait ce que vous faites, Israël sait quand vous le faites et où vous le faites », a ajouté Netanyahu, s’exprimant d’abord en hébreu avant de répéter sa déclaration en anglais.

« Nous continuerons à exposer vos mensonges », a-t-il ajouté.

Netanyahu a vivement appelé les puissances mondiales à rejoindre les sanctions mises en place par les Etats-Unis depuis le retrait unilatéral de Washington du pacte sur le nucléaire, en 2015. Les autres signataires – la Chine, la Russie, la France, l’Allemagne, et le Royaume-Uni – tentent pour leur part de sauvegarder l’accord.

« J’appelle la communauté internationale à se réveiller, à réaliser que l’Iran viole l’accord de manière systématique », a asséné le Premier ministre. « Le seul moyen d’interrompre l’avancée de l’Iran vers la bombe et ses agressions dans la région, c’est la pression, la pression et toujours plus de pression ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d’une déclaration à la presse sur le programme nucléaire iranien au ministère des Affaires étrangères de Jérusalem, le 9 septembre 2019 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Répondant aux critiques qui ont estimé que la révélation d’une troisième structure nucléaire en Iran, une semaine avant le scrutin, avait des motivations politiques, une source diplomatique a indiqué que de hauts responsables avaient recommandé la diffusion immédiate de l’information à la suite de la conférence de presse organisée lundi par le chef de l’AIEA.

Le Premier ministre a également pris la parole quelques jours après que le président Donald Trump a expliqué qu’une rencontre avec son homologue iranien Hassan Rouhani était « possible ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...