Avec la vulnérabilité pré-électorale de Netanyahu, le Hamas accroît la pression
Rechercher
Analyse

Avec la vulnérabilité pré-électorale de Netanyahu, le Hamas accroît la pression

Entre crise économique et blocus israélo-égyptien, le groupe terroriste de Gaza recourt à sa méthode éprouvée pour obtenir concessions et argent : une nouvelle vague de violence

Avi Issacharoff

Avi Issacharoff est notre spécialiste du Moyen Orient. Il remplit le même rôle pour Walla, premier portail d'infos en Israël. Il est régulièrement invité à la radio et à la télévision. Jusqu'en 2012, Avi était journaliste et commentateur des affaires arabes pour Haaretz. Il enseigne l'histoire palestinienne moderne à l'université de Tel Aviv et est le coauteur de la série Fauda. Né à Jérusalem , Avi est diplômé de l'université Ben Gourion et de l'université de Tel Aviv en étude du Moyen Orient. Parlant couramment l'arabe, il était le correspondant de la radio publique et a couvert le conflit israélo-palestinien, la guerre en Irak et l'actualité des pays arabes entre 2003 et 2006. Il a réalisé et monté des courts-métrages documentaires sur le Moyen Orient. En 2002, il remporte le prix du "meilleur journaliste" de la radio israélienne pour sa couverture de la deuxième Intifada. En 2004, il coécrit avec Amos Harel "La septième guerre. Comment nous avons gagné et perdu la guerre avec les Palestiniens". En 2005, le livre remporte un prix de l'Institut d'études stratégiques pour la meilleure recherche sur les questions de sécurité en Israël. En 2008, Issacharoff et Harel ont publié leur deuxième livre, "34 Jours - L'histoire de la Deuxième Guerre du Liban", qui a remporté le même prix

Des manifestants palestiniens se rassemblent près de la clôture de la frontière à l'est de la ville de Gaza, dans la bande de Gaza, le 15 mai 2019, lors d'une manifestation de la Nakba. (Mahmud Hams/AFP)
Des manifestants palestiniens se rassemblent près de la clôture de la frontière à l'est de la ville de Gaza, dans la bande de Gaza, le 15 mai 2019, lors d'une manifestation de la Nakba. (Mahmud Hams/AFP)

Comme un cauchemar récurrent, le nouveau round du combat entre Israël et le Hamas à Gaza est presque arrivé. Sans raison claire, sans action inhabituelle de part et d’autre, mais simplement dans le cadre d’une escalade chronique qui semble constituer le triste sort des deux adversaires.

Cela peut s’expliquer par les retards dans l’envoi de l’argent qatari à la bande de Gaza, lequel est destiné à verser des allocations à des dizaines de milliers de familles pauvres. Elle pourrait également être causée par une tentative de la part du Hamas de détourner l’attention du sommet économique que les Etats-Unis préparent à Bahreïn pour la fin du mois.

Mardi, la Maison Blanche a annoncé que la Jordanie et l’Egypte participeront au sommet avec les pays du Golfe, démontrant ainsi l’impuissance du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et son incapacité à influencer les événements régionaux après avoir essayé à plusieurs reprises de convaincre les dirigeants au Caire et à Amman de ne pas participer à l’initiative du gouvernement Trump.

Mais pour autant, quelle sera l’efficacité du sommet s’il se déroule dans l’ombre d’une nouvelle escalade à Gaza sous l’orchestration experte du Hamas ?

Cette escalade a commencé par un pic de ballons incendiaires lancés depuis Gaza ces derniers jours. Rien que mercredi, 12 tirs de ballons ont déclenché des feux de broussailles près de localités israéliennes situées à proximité de la frontière de Gaza.

A titre d’illustration : Un pompier israélien combat un incendie déclenché par un engin incendiaire lancé depuis la bande de Gaza, près de la clôture de la frontière de Gaza, le 15 mai 2019. (AP/Tsafrir Abayov)

Selon des informations crédibles, ces engins n’ont pas été lancés par une poignée de voyous de Gaza, mais il s’agissait d’une action délibérée du Hamas visant à avertir Israël de ne pas retarder la mise en œuvre de l’accord non officiel de cessez-le-feu conclu le mois dernier, dont l’une des principales conditions était le transfert de l’argent qatari.

Le comité de Gaza qui organise les manifestations à la barrière frontalière a également annoncé son intention de renouveler les activités des « unités de nuit », qui organisent chaque nuit des émeutes à différents endroits le long de la clôture de sécurité afin de faire pression sur Israël en tourmentant les civils vivant aux alentours et les soldats servant à la frontière.

Les lancements de ballons ont conduit Israël à réduire la zone de pêche autorisée au large des côtes de Gaza. Chaque fois, le coordonnateur des activités gouvernementales d’Israël dans les territoires, ou COGAT, le général de division Kamil Abu Rukun, annonce une augmentation ou une diminution de la zone de pêche en fonction du nombre de ballons qui atterrissent en Israël.

Mercredi, avec une augmentation significative des lancements de ballons, toute pêche au large des côtes de Gaza a été interdite, et un blocus maritime complet a été imposé à la bande.

Les ramifications économiques d’une telle décision sont immenses. Les quelques habitants de Gaza qui travaillent encore le font en grande partie dans l’industrie de la pêche.

Des pêcheurs palestiniens nettoient un filet après une nuit de pêche, au port de Gaza, le 3 avril 2019. (Crédit : AP/Khalil Hamra)

Dans les heures qui ont suivi, des rumeurs se sont répandues à Gaza selon lesquelles Israël avait décidé de retarder l’entrée dans la bande de Gaza de l’envoyé du Qatar Mohammed al-Emadi – la visite avait déjà été reportée une fois – qui devait distribuer 30 millions de dollars en espèces aux familles pauvres dans le cadre des efforts du Qatar pour renforcer le cessez-le-feu.

Puis, presque automatiquement, la réponse est venue : une roquette lancée de Gaza vers Israël, qui a été sommairement abattue par le système de défense antimissile Dôme de fer. Quelques heures se sont écoulées, et encore une fois la réponse automatique, cette fois du côté israélien : des frappes aériennes sur deux positions du Hamas, l’une près de Rafah et l’autre dans le quartier Zeitoun de la ville de Gaza. Aucun blessé n’a été recensé.

Des roquettes lancées vers Israël depuis Gaza City, le 5 mai 2019. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

Où en est-on jeudi matin ? À première vue, les choses ne semblent pas prometteuses. Les services de renseignement égyptiens ne sont pas encore arrivés dans la bande de Gaza pour jouer leur rôle récurrent dans l’extinction des flammes. Et l’argent qatari qui devait être transféré dans la bande, et dont le retard a causé l’escalade précédente et est au cœur de celle à venir, n’a toujours pas été distribué.

Le Hamas a depuis longtemps juré que les retards dans les livraisons d’argent et les exigences d’Israël en matière de contrôle de sa distribution conduiraient à une nouvelle série de combats. A présent, les deux camps sont au seuil de la prochaine confrontation.

Chaque cycle nous renvoie une fois de plus au coût qu’Israël paie pour la décision prise l’année dernière par le gouvernement israélien d’autoriser le Qatar à envoyer 15 millions de dollars par mois en espèces à Gaza.

Les Palestiniens reçoivent leur aide financière dans le cadre d’une aide de 480 millions de dollars allouée par le Qatar, dans un bureau de poste de la ville de Gaza, le 19 mai 2019. (Abed Rahim Khatib/Flash90)

Depuis lors, la faim du Hamas pour l’argent du Qatar n’a fait qu’augmenter. Et le groupe terroriste a appris qu’avec un peu de souplesse et de menaces, Netanyahu et ses divers gouvernements, intérimaires et permanents, choisiront toujours de payer le prix de la protection plutôt que de subir une escalade.

La décision inévitable de laisser entrer l’argent a beaucoup de sens. Il empêche la guerre. Mais cela a aussi un coût : les escalades récurrentes qu’Israël connaît aujourd’hui tous les mois ou tous les deux mois. En effet, même si l’argent du Qatar entre dans la bande de Gaza et que la dernière escalade s’estompe, il n’y a pas d’arrangement alternatif perceptible qui promette un résultat meilleur et plus stable.

Après cette série de combats, d’autres suivront sûrement. Le Hamas estime qu’il a peu d’autres options acceptables. Le groupe terroriste du Jihad islamique ne cesse de faire porter le chapeau au Hamas (avec les encouragements iraniens, bien sûr) et d’insister pour que de nouvelles séries de combats avec Israël soient initiées. L’Autorité palestinienne, quant à elle, fait tout ce qui est en son pouvoir pour endommager davantage l’économie de Gaza dans le cadre de la longue querelle du Fatah avec le Hamas.

Face à de telles pressions, le Hamas voit maintenant une opportunité. Les prochaines élections d’Israël, il le sait par expérience très récente, rendent Netanyahu vulnérable aux pressions. Le moment pourrait être bien choisi pour obtenir de nouvelles concessions, principalement grâce à sa méthode éprouvée d’augmentation soigneusement contrôlée de la violence sur le terrain.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...