Ayelet Shaked encourage le boycott de Ben & Jerry’s aux États Unis
Rechercher

Ayelet Shaked encourage le boycott de Ben & Jerry’s aux États Unis

La ministre de l'Intérieur visite l'usine Ben & Jerry's et dit travailler avec des groupes juifs et évangéliques pour convaincre l'entreprise américaine de revenir sur sa décision

La ministre de l'Intérieur Ayelet Shaked visite l'usine Ben and Jerry's en Israël, le 21 juillet 2021. (Crédit: Flash90)
La ministre de l'Intérieur Ayelet Shaked visite l'usine Ben and Jerry's en Israël, le 21 juillet 2021. (Crédit: Flash90)

La ministre de l’Intérieur, Ayelet Shaked, a visité mercredi l’usine locale de crème glacée Ben & Jerry’s en Israël en signe de soutien après que le fabricant américain de desserts a annoncé en début de semaine qu’il ne permettrait plus que ses produits soient fournis aux « Territoires palestiniens occupés ».

Mme Shaked a déclaré que les autorités israéliennes s’efforçaient d’obtenir l’aide des communautés juives et évangéliques, ainsi que des groupes pro-Israël aux États-Unis, pour boycotter le fabricant de crème glacée « jusqu’à ce qu’il revienne sur sa décision méprisable. »

« Ben & Jerry’s International a choisi de lécher les bottes d’organisations terroristes et antisémites au lieu d’être fidèle à son licencié israélien », a-t-elle déclaré à l’usine située à Beer Tuvia, une communauté du sud près de la ville de Kiryat Malakhi.

Shaked a déclaré qu’Israël fera tout ce qu’elle peut dans les « arènes juridiques, de consommation et diplomatiques » contre le producteur américain afin de le faire revenir sur sa décision.

Lundi, Ben & Jerry’s a annoncé qu’il ne distribuerait plus ses produits dans les « Territoires palestiniens occupés », faisant apparemment référence aux implantations de Cisjordanie et à Jérusalem-Est.

La décision prendrait effet à la fin de 2022, lorsque son contrat avec le fabricant et le distributeur israélien actuel expirera. L’avenir des ventes de Ben & Jerry’s en Israël à partir de 2023 reste en suspens.

À l’usine, Shaked a exhorté les Israéliens à continuer d’acheter la crème glacée Ben & Jerry’s produite localement, tout en soulignant la nécessité de « combattre les Ben & Jerry’s américains ».

« Nous avons un an et demi pour changer cette décision antisémite », a-t-elle déclaré.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...