Ayman Odeh refuse d’entrer dans les locaux d’un groupe juif américain
Rechercher

Ayman Odeh refuse d’entrer dans les locaux d’un groupe juif américain

Le chef de la Liste arabe unie a annulé une rencontre à NYC avec la Conférence des Présidents car l’Agence juive se trouve aussi dans ces locaux

Le dirigeant de la Liste arabe unie, Ayman Odeh, pendant la réunion hebdomadaire de son parti à la Knesset, le 12 octobre 2015. (Crédit : Miriam Alster / Flash90)
Le dirigeant de la Liste arabe unie, Ayman Odeh, pendant la réunion hebdomadaire de son parti à la Knesset, le 12 octobre 2015. (Crédit : Miriam Alster / Flash90)

WASHINGTON — Le président de la Liste arabe unie, le député Ayman Odeh a refusé de parler à la Conférence des Président des Organisations Juives Américaines Majeures jeudi, protestant contre le fait que les bureaux de New York dans lesquelles la rencontre devait se tenir abritaient également l’Agence juive et d’autres organisations sionistes.

Selon les organisateurs de la rencontre, Odeh est entré dans le couloir de l’immeuble, mais a refusé d’aller plus loin, expliquant que les bureaux à l’étage de la Conférence des Président abritaient aussi l’Agence juive, une organisation quasi gouvernementale qui, selon la Liste arabe unie, participerait à des pratiques discriminatoires contre les Arabes israéliens et les Palestiniens.

« Je suis venu ici représenter le public arabe en Israël devant un public américain, a ensuite déclaré Odeh dans un communiqué. En tant que leur représentant, je ne peux pas en bonne conscience participer à des rencontres dans les bureaux d’organisations dont le travail déplace des citoyens arabes, tout comme à la Knesset, nous ne participons pas au ministère de la Défense, des Affaires étrangères, de l’Alyah et de l’Absorption des Immigrés ».

Avec environ deux dizaines de représentants d’organisations qui participent à la Conférence des Présidents assis et attendant en haut, le Vice-Président exécutif de la Conférence des Présidents, Malcolm Hoenlein a descendu les escaliers pour essayer de trouver une solution.

La députée de l’Union sioniste Merav Michaeli a également tenté de désamorcer la situation, et une suggestion a été lancée de tenir la réunion à un étage différent de l’immeuble, qui abrite les bureaux du Mouvement de Réforme.

Mais cette salle était occupée, a déclaré Hoenlein, et il a souligné que même si elle avait été disponible, il pensait que la demande de tenir la rencontre ailleurs que dans les bureaux de l’organisation était inacceptable.

« En déplaçant la réunion, j’aurais reconnu qu’un membre de la Knesset ne vienne pas à un étage comme s’il y avait une sorte de contamination parce qu’il y avait une présence sioniste ? a-t-il demandé. La salle de rencontre où ils devaient se rencontrer, a souligné Hoenlein, n’avait aucun écriteau de l’Agence juive. »

« Je lui ai demandé, Comment allez-vous à la Knesset ? a raconté Hoenlein. Je lui ai dit, je n’ai pas le choix, je dois monter leur dire la vérité ».

Malcolm Hoenlein, le vice-président exécutif de la Conférence des présidents des principales organisations juives américaines (Crédit : Yossi Zamir/flash 90)
Malcolm Hoenlein, le vice-président exécutif de la Conférence des présidents des principales organisations juives américaines (Crédit : Yossi Zamir/flash 90)

« Ils étaient consternés, a continué Hoenlein en faisant référence à ses collègues qui attendaient. Nous continuerons à avoir un forum ouvert mais nous allons maintenir des principes qui devraient être inviolables. Ils ne peuvent pas accepter une attitude pareille ».

« Nous avons des dirigeants arabes qui viennent tout le temps. Nous n’avons jamais eu personne qui nous dise, je ne peux pas venir à votre étage », a-t-il déclaré.

Odeh, pourtant, a vu les choses différemment

« Dans tout mon voyage aux Etats-Unis, j’ai parlé avec des communautés juives et palestiniennes du besoin d’avoir une lutte commune pour un futur partagé, basé sur le respect mutuel et l’indépendance pour les deux peuples, a-t-il écrit dans sa déclaration. Le refus de la Conférence des Présidents de se rencontrer dans n’importe quel autre lieu montre un manque profond de compréhension et de respect ».

Dans leur réponse officielle, le Président de la Conférence des Présidents Stephen Greenberg et Hoenlein ont déclaré que les dirigeants de l’organisation étaient « profondément troublés et choqués par le refus » d’Odeh « d’honorer son engagement de parler lors d’une rencontre de la Conférence, parce que les locaux sont partagés avec l’Agence juive et d’autres groupes sionistes. »

« Nous avons reçu plusieurs suggestions que le député Ayman Odeh pourrait être invité et, en conservant la longue tradition de dizaines d’années de la Conférence de proposer un forum avec une très large variété de points de vue sur les questions qui affectent l’ordre du jour de la communauté juive américaine, nous avons fait cette invitation, ont noté les deux. Nous avons reçu des dirigeants de tous les courants et partis aux Etats-Unis, en Israël, de pays amis ou ennemis, et personne n’a refusé de se présenter. Pour un membre de la Knesset, affirmer qu’il n’entrera pas dans les locaux parce qu’ils sont partagés avec des groupes sionistes, comme l’Agence juive, est troublant et consternant ».

Hoenlein et Greenberg ont écrit qu’avec l’expérience, ils « comprennent maintenant la récente demande du maire de Nazareth, Ali Salam, qu’Odeh quitte sa ville parce que sa présence encourage la division ».

Le maire de Nazareth, Ali Salam (Crédit photo: Flash90)
Le maire de Nazareth, Ali Salam (Crédit photo: Flash90)

A l’époque, Salam a déclaré que les dirigeants de la Liste arabe unie provoquaient et favorisaient de récentes démonstrations, les accusent de « détruire notre futur » et de « détruire notre coexistence ».

Greenberg et Hoenlein ont déclaré que « la Conférence continuera à proposer un forum ouvert mais ne fera pas de compromis sur nos principes pour céder à des exigences scandaleuses ».

« Nous espérons que le député Odeh reconsidérera sa position s’il veut effectivement faire avancer la coexistence en Israël pour promouvoir la compréhension à l’étranger, ont-il conclu. En tant que chef, on ne peut pas se laisser aller à la pression d’extrémistes dans son camp, mais il devrait profiter de telles opportunités pour présenter son point de vue, et des personnes qu’il représente, à un public important et intéressé ».

Le législateur de 40 ans fait un voyage d’une semaine aux Etats-Unis.

A Washington, il a rencontré des officiels de l’administration, des membres du Congrès et des représentants des groupes de réflexion libéraux. A New York, le nouveau député a été accueilli par le rabbin Rick Jacobs de l’Union du judaïsme réformé et a rencontré plusieurs dirigeants du courant réformé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...