Rechercher

Baharav-Miara : le chef de la commission des nominations doit être permanent

La procureure générale fait valoir que la présidence de la commission sur une base temporaire porterait atteinte aux autorités du gouvernement et de la commission

La procureure générale Gali Baharav-Miara à la Cour suprême, à Jérusalem, le 29 mai 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
La procureure générale Gali Baharav-Miara à la Cour suprême, à Jérusalem, le 29 mai 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La procureure générale Gali Baharav-Miara s’est prononcée jeudi contre l’idée d’un chef temporaire pour la commission de contrôle des hauts fonctionnaires, après que la Haute Cour a gelé la nomination d’un nouveau président par le gouvernement en raison des élections.

Répondant au nom de l’État, Baharav-Miara a reconnu les « considérations de retenue » en période électorale, mais fait valoir que ne pas nommer Menachem « Meni » Mazuz à la présidence de la commission consultative des nominations de hauts fonctionnaires sur une base permanente porterait atteinte aux autorités du gouvernement et de la commission.

Dans leur décision d’arrêter la nomination la semaine dernière, les juges ont demandé pourquoi Mazuz ne pouvait pas assumer la présidence de la commission à titre temporaire.

« La nomination d’un président de commission sur une base temporaire ou ‘ad hoc’… nuit aux grandes politiques du gouvernement et ouvre la voie à l’érosion du statut indépendant et très important des membres de la commission en tant que gardiens », écrit-elle dans sa réponse.

Le général de division Herzi Halevi, chef des renseignements militaires, qui vient d’être désigné prochain chef du commandement du sud dans une photographie non datée (Crédit : Armée israélienne)

La nomination de Mazuz est nécessaire pour que le major-général Herzi Halevi devienne le prochain chef d’état-major de Tsahal, car les candidats aux postes de sécurité les plus élevés doivent être examinés par la commission.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...