Baisse des accidents de la route en Israël – mais il y a toujours des morts
Rechercher

Baisse des accidents de la route en Israël – mais il y a toujours des morts

On note une baisse de plus de 20 % du nombre d'accidents par rapport à cette période l'an dernier ; le nombre de décès depuis début 2020 est inférieur de 26 % à la période en 2019

La scène d'un accident entre un minibus et un camion au carrefour de Qastina, près de Kiryat Malachi, le 19 février 2020 (Crédit : Magen David Adom)
La scène d'un accident entre un minibus et un camion au carrefour de Qastina, près de Kiryat Malachi, le 19 février 2020 (Crédit : Magen David Adom)

Le nombre d’Israéliens blessés sur les routes a considérablement baissé ces derniers mois, ont fait savoir les autorités. Cette baisse coïncide avec les règles strictes de distanciation sociales imposées pour lutter contre la pandémie de coronavirus, qui ont été assorties d’un confinement. Par conséquent, une majorité de la population est restée chez elle et a déserté les routes.

Selon le Bureau central des Statistiques (CBS), 65 personnes sont décédées sur les routes entre janvier et mars 2020, soit une baisse de 20,7 % par rapport à la même période sur l’année 2019.

Le nombre total d’accidents de la route pendant janvier et février 2020, à l’occasion desquels au moins une personne a été grièvement blessée, est de 2 503, ce qui correspond à une baisse de 24 % comparées à la même période sur l’année 2019.

Les chiffres publiés sur le site du ministère des Transports jeudi font état de 12 décès sur les routes au mois d’avril.

Ces chiffres indiquent que le nombre de décès depuis le début de l’année 2020 est inférieur de 26 % au nombre de décès pour la même période en 2019.

En mars, il y a eu 1 728 accidents au total, avec 18 morts et 2 442 blessés, selon le CBS. En comparaison, en mars 2019, il y a eu 4 908 accidents dans lesquels 25 personnes ont été tuées et 7 227 blessées.

Les chiffres sont plus bas car les Israéliens ont été confinés chez eux pendant une grande partie des deux derniers mois dans le cadre de l’effort national de lutte contre la propagation du coronavirus.

La grande majorité des Israéliens ne se sont pas déplacés pour travailler car de nombreux lieux de travail ont cessé leurs activités, et de nombreux israéliens sont passés au télétravail.

Les déplacements interurbains ont été fortement réduits et parfois même totalement interrompus, la police ayant installé des barrages routiers.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...