Barrages routiers et patrouilles : la police est prête pour un confinement total
Rechercher

Barrages routiers et patrouilles : la police est prête pour un confinement total

Alors que les autorités envisagent un confinement total si le virus continue à se propager, le chef de la police déclare être prêt à faire face à un tel scénario

Des policiers israéliens montent la garde aux abords de la Vieille Ville, le 20 mars 2020 à Jérusalem. (Olivier Fitoussi/Flash90)
Des policiers israéliens montent la garde aux abords de la Vieille Ville, le 20 mars 2020 à Jérusalem. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Le chef intérimaire de la police israélienne Motti Cohen a approuvé dimanche le projet de confinement total possible du pays si la crise sanitaire continue à se développer.

Les mesures prévues comprennent une présence renforcée de la police et de l’armée israélienne, avec des forces de sécurité réparties dans tout le pays pour patrouiller, faire respecter les consignes et limiter les mouvements, a déclaré la police dans un communiqué.

La police procéderait au blocage des routes principales conformément aux décisions du gouvernement et mettrait en place des barrages routiers aux entrées et sorties des villes. Elle diviserait également les villes en zones plus petites et plus faciles à gérer.

Les lieux de rassemblement public seraient fermés. Des équipes d’intervention spéciales seraient sur place pour traiter les événements extraordinaires, y compris les actes de vandalisme, de violence et autres crimes éventuels.

Le chef de police par intérim Motti Cohen prend la parole à la conférence annuelle sur la justice à Airport City, près de Tel Aviv, le 3 septembre 2019. (Tomer Neuberg/Flash90)

« Les forces de police sont prêtes pour toute tâche qui leur sera confiée… dans le cadre de leur responsabilité en matière de sécurité publique », a indiqué M. Cohen. « J’attends du public qu’il continue à faire preuve de discipline, de responsabilité personnelle et d’attention mutuelle ».

Israël a pris des mesures de grande envergure pour contenir la pandémie, notamment en fermant ses frontières aux non-citoyens et non-résidents, en fermant les écoles, en interdisant les rassemblements de plus de dix personnes, en disant aux gens de ne pas quitter leur domicile sauf si cela est nécessaire et de se tenir à une distance de deux mètres les uns des autres et en fermant tous les lieux de loisirs.

De nouvelles directives sont entrées en vigueur dimanche matin, conférant à la police le pouvoir de faire appliquer ces mesures. Celles-ci, permettant aux services « essentiels » de rester ouverts, ont semé la confusion parmi les propriétaires de commerces et les particuliers quant à ce qui est autorisé.

La police ne sanctionnera pas les individus qui enfreignent les consignes en quittant leur domicile, mais plutôt ceux qui se rassemblent en groupe.

Des policiers présents dans le quartier juif ultra-orthodoxe de Mea Shearim, alors qu’ils dispersent des rassemblements publics, suite aux décisions du gouvernement, dans le but de contenir la propagation du coronavirus, Jérusalem, le 22 mars 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

La police a investi dimanche le marché Carmel de Tel Aviv et le marché Mahane Yehuda de Jérusalem, ordonnant la fermeture des stands de produits alimentaires et de fruits et légumes, conformément aux nouvelles consignes d’urgence.

Trois personnes ont été arrêtées et condamnées à une amende lors de violents affrontements avec la police dans le quartier ultra-orthodoxe de Mea Shearim, à Jérusalem, dimanche, alors que les agents s’efforçaient de faire respecter le confinement partiel ordonné par le gouvernement.

Lundi, Israël comptait 1 238 personnes porteuses du virus, et un décès. Au moins 37 personnes en ont guéri.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...