Israël en guerre - Jour 256

Rechercher

Belgique: Des leaders socialistes scandalisent après avoir comparé Israël au nazisme

Des intellectuels ont eux regretté le manque de soutien de la Belgique à Israël après le 7 octobre, dénonçant un "silence assourdissant"

Tweet de Georges-Louis Bouchez, le 30 octobre 2023. (Crédit : X)
Tweet de Georges-Louis Bouchez, le 30 octobre 2023. (Crédit : X)

Les responsables socialistes belges André Flahaut et Jean-Pascal Labille ont récemment fait scandale sur les réseaux sociaux après avoir comparé Israël au régime nazi.

André Flahaut, ancien ministre de la Défense et ancien président de la Chambre, entre autres, aujourd’hui député fédéral pour le Parti socialiste, a écrit samedi sur X que « Gaza aujourd’hui, c’est Varsovie hier », une référence au ghetto de Varsovie pendant la Seconde Guerre mondiale.

Éliane Tillieux (PS), actuelle présidente de la Chambre, a momentanément « liké » la publication de son collègue avant de se rétracter.

Dans une autre affaire, la justice belge, saisie par le Comité de coordination des organisations juives de Belgique, avait déjà reconnu en 2014 que des propos tenus par André Flahaut lors d’une manifestation pro-palestinienne avaient dressé un parallèle entre la politique israélienne et le nazisme.

Jean-Pascal Labille, ancien ministre fédéral, a lui partagé un dessin montrant des soldats supposément israéliens faire feu sur ce qui représente Gaza, entouré d’une barrière sur laquelle figure une croix gammée dans une étoile de David, sous le regard des États-Unis et de l’Union européenne.

Il a depuis supprimé sa publication et présenté ses excuses, évoquant un « partage trop rapide et maladroit ». « Je n’ai en rien voulu faire d’amalgame et je condamne toute forme d’antisémitisme », a-t-il assuré, disant avoir plutôt voulu « dénoncer la passivité de la communauté internationale » sur ce qui se passe actuellement à Gaza.

Les internautes ont réagi dans les deux cas.

Georges-Louis Bouchez, président du Mouvement réformateur et sénateur, a dénoncé un « délit d’antisémitisme » dans le cas de Jean-Pascal Labille et appelé à son renvoi de son poste actuel – secrétaire général de la mutuelle Solidaris.

« Il ne peut se maintenir à son poste après une telle faute et insulte à l’histoire », a-t-il écrit. « Le PS se doit de réagir, au même titre qu’après le tweet de André Flahaut faisant une comparaison abjecte avec le ghetto de Varsovie. Quelle indignité. Quelle mise en danger des Juifs en Belgique et plus globalement quelle atteinte à la paix. Ce n’est pas par ces comparaisons honteuses, insultant l’Histoire, qui ne sont jamais réalisées dans les autres conflits, que nous arriverons à apaiser et à pacifier le conflit. Cela constitue au contraire une attitude de légitimation de l’action terroriste du Hamas. Plus que jamais l’antisionisme de certains cachent mal leur antisémitisme. »

La députée Viviane Teitelbaum a elle annoncé le dépôt d’une plainte contre Jean-Pascal Labille. « Cela tombe sous le coup de la loi de 1995 pour négationnisme », a-t-elle affirmé sur X ce lundi.

« Que des socialistes démocrates explosent le point Godwin de la sorte peut faire honte à tous les démocrates mais également à la mémoire de tous ces grands socialistes qui se sont élevés contre les crimes génocidaires des nazis durant la Deuxième Guerre Mondiale », a réagi le député fédéral Denis Ducarme auprès du journal 7sur7. « Ils me font pitié. Ce n’est pas par ce chemin qu’on peut mieux défendre les civils dans ce conflit, qu’ils soient Palestiniens ou Israéliens. »

Comme en France et ailleurs, la Belgique est touchée par une hausse de l’antisémitisme depuis le 7 octobre.

Cinq fois plus de plaintes pour antisémitisme ont été déposées depuis cette date en Belgique selon Unia, le service public indépendant de lutte contre la discrimination et de promotion de l’égalité des chances.

Lors d’une manifestation pro-palestinienne à Bruxelles le 26 octobre, un drapeau nazi et des drapeaux israéliens barrés ont été brandis, a rapporté un journaliste du Telegraaf.

Fin octobre, Joël Kotek, historien spécialiste des génocides, Olivier Boruchowitch, philosophe, Grégoire Jakhian, avocat, Félicité Lyamukuru, auteure tutsie, Doubi Ajami, Juif libanais fils d’un rescapé du pogrom d’Alep (1947) et Chemsi Cheref-Khan, humaniste de culture musulmane, avaient eux signé une tribune dans le journal belge La Libre.

Dans celle-ci, ils ont regretté le manque de soutien de la Belgique à Israël suite aux attaques du 7 octobre, dénonçant un « silence assourdissant ».

« À quelques notables exceptions, nos politiques et intellectuels se sont refusés à condamner la séquence génocidaire perpétrée par le Hamas », ont-ils écrit. « Quel contraste avec les hommes politiques et intellectuels français qui, à l’exception de la France insoumise, ont tous exprimé leur solidarité avec la communauté juive. Oui, le silence de la Belgique fait exception en Europe. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.