Israël en guerre - Jour 198

Rechercher

Ben Gvir payait des ados pour vandaliser des biens de l’ONU en Cisjordanie – média

Le photojournaliste Gilad Sade, ancien d'extrême-droite repenti, affirme que le ministre de la Sécurité nationale l'a envoyé vandaliser des locaux de l'ONU en 2021

Le ministre de la Sécurité intérieure, Itamar Ben Gvir, lors de la conférence annuelle à Jérusalem du groupe 'Besheva' à Jérusalem, le 21 février 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre de la Sécurité intérieure, Itamar Ben Gvir, lors de la conférence annuelle à Jérusalem du groupe 'Besheva' à Jérusalem, le 21 février 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Un journaliste juif, ancien d’extrême-droite repenti, a affirmé que l’actuel ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, a payé des adolescents pour vandaliser des biens palestiniens à Jérusalem-Est et en Cisjordanie.

Dans une interview accordée au New Yorker et publiée mardi, le photojournaliste Gilad Sade a déclaré qu’à l’âge de 14 ans, Ben Gvir l’a emmené dans un complexe de l’ONU à Jérusalem-Est et lui a demandé de franchir une clôture et d’endommager des véhicules à l’intérieur.

Il a déclaré que les événements se sont produits à la fin des années 1990 et au début des années 2000, à une époque où Ben Gvir, aujourd’hui âgé de 46 ans et chef du parti d’extrême droite Otzma Yehudit, était très impliqué dans le mouvement d’extrême droite Kach, lancé par le rabbin extrémiste assassiné Meir Kahane, un ancien député très controversé.

Sade a également tweeté au sujet du vandalisme présumé de la base de l’ONU, écrivant que « le fait de m’utiliser en tant qu’enfant et adolescent, ainsi que d’autres mineurs issus de foyers dysfonctionnels, a permis à Ben Gvir et aux kahanistes de garder les mains propres pendant qu’ils gâchaient la vie d’innombrables personnes qui conservent ces casiers [criminels] jusqu’à ce jour ».

Sade, qui est basé en Europe, a déclaré au magazine qu’il avait été un proche confident de Ben Gvir, qu’il décrit comme « un grand frère pour moi ». Ayant rejeté son idéologie passée, il craint maintenant de retourner en Israël en raison d’une éventuelle vengeance de la part de groupes extrémistes juifs en raison de sa prise de parole.

Il a rappelé un incident survenu en 2001 après que le groupe terroriste chiite Hezbollah, basé au Liban, a annoncé qu’il disposait d’une vidéo montrant la capture de trois soldats israéliens un an plus tôt lors d’un raid transfrontalier. Les forces de maintien de la paix des Nations unies présentes dans la région disposaient également d’une vidéo relative à l’enlèvement mais n’ont pas voulu en donner une version non éditée à Israël, ce qui a provoqué l’indignation de la droite israélienne.

Capture d’écran de la vidéo du photojournaliste Gilad Sade, 2020. (Crédit : YouTube. Utilisé conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d’auteur)

Sade a déclaré que Ben Gvir lui a dit de prendre un passe-montagne et l’a ensuite conduit à une base de l’ONU à Jérusalem-Est. Ben Gvir, qui avait environ 24 ans à l’époque, lui a tendu une pince coupante et lui a indiqué où il pouvait pénétrer dans la clôture environnante, a-t-il affirmé.

« Il m’a envoyé m’introduire dans une putain de base de l’ONU à Jérusalem et détruire leurs voitures », a déclaré Sade. « J’avais quatorze ans, putain ! J’aurais pu être tué ! »

Sade a déclaré qu’il a lacéré les pneus d’autant de voitures que possible et a pulvérisé des slogans tels que « ONU dehors » et « Kahane avait raison » sur les murs. Il a quitté le site et Ben Gvir l’a récupéré.

Il a également déclaré que Ben Gvir le paierait, lui et d’autres adolescents, jusqu’à soixante dollars pour une nuit à taguer des slogans. Sade a affirmé que Ben Gvir encourageait à crever les pneus des voitures et à briser les pare-brise, une accusation que Ben Gvir nie, selon le reportage.

Ben Gvir a refusé d’être interviewé pour l’article du New Yorker, mais ses assistants ont assuré que les accusations étaient fausses.

Sade a déclaré que les actes de vandalisme étaient généralement commis à Jérusalem-Est et à Hébron, mais qu’il leur arrivait d’utiliser une voiture de location pour parcourir la Cisjordanie le temps d’une nuit afin de dégrader des biens.

Le reportage indique que Sade a diffusé un enregistrement d’un homme décrit comme étant toujours proche de Ben Gvir, confirmant qu’il avait lui aussi été payé pour faire des graffitis lorsqu’il était adolescent.

Dvir Kariv, un ancien agent des services de sécurité du Shin Bet, a déclaré au New Yorker que les extrémistes d’extrême droite utilisaient des adolescents pour des attaques de vandalisme car ils savaient que cela poserait des problèmes aux forces de l’ordre s’ils étaient interpellés.

Ils « étaient très conscients que pour nous, interroger un mineur est beaucoup plus compliqué », a déclaré Kariv.

Sade a affirmé que lui, en particulier, avait été exploité par le mouvement Kach à travers d’autres manières également. Lorsqu’il avait 13 ans, Ben Gvir l’a envoyé taguer un carrefour de Jérusalem, mais il s’est fait prendre.

Au cours de l’enquête de police, il a appris que son histoire familiale était compliquée et notamment qu’il ne s’appelait pas Gilad Pollak comme il le pensait, et qu’il avait été adopté.

Il a ensuite découvert une vidéo de collecte de fonds du groupe Kach dans laquelle on le voit, à l’âge de 3 ans, remis au leader Kahane en affirmant que son père biologique était un Palestinien et que le groupe Kach avait sauvé le bambin et sa mère d’un village arabe.

Cependant, Sade a déclaré dans l’interview que sa mère a admis plus tard que la vidéo et le contexte étaient faux. Il s’agissait d’une mère célibataire issue d’une famille juive traditionnelle dont la propre mère lui a conseillé de demander de l’aide à Kach. L’organisation l’a ensuite persuadée de réaliser la vidéo promotionnelle.

« Ils l’ont exploitée, et ils m’ont exploitée », a déclaré Sade. « En plus d’être dangereux, ces gens sont méticuleux. Ils ont appris à garder leurs mains propres tout en laissant de la terre brûlée sous les pieds d’autres personnes. »

Ben Gvir se décrit comme un disciple de Kahane, un ancien membre de la Knesset dont le parti Kach a été interdit et déclaré groupe terroriste dans les années 1980, tant en Israël qu’aux États-Unis. Comme feu Kahane, Ben Gvir a été condamné à maintes reprises par le passé pour avoir soutenu une organisation terroriste, bien qu’il insiste sur le fait qu’il s’est modéré ces dernières années.

Bien qu’il ait récemment pris ses distances avec les opinions les plus ouvertement racistes et discriminatoires de Kahane, Ben Gvir a vanté les vertus de Kahane et fait l’éloge de nombre de ses activités.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.