Ben & Jerry’s/Herzog: le boycott d’Israël est une « nouvelle forme de terrorisme »
Rechercher

Ben & Jerry’s/Herzog: le boycott d’Israël est une « nouvelle forme de terrorisme »

L'AP a riposté que "l'occupation est le terrorisme lui-même" ; Yair Golan proteste contre l'utilisation d'un terme lourd de sens pour décrire un "boycott de crème glacée"

Le président Isaac Herzog s'exprime lors d'une cérémonie dans le centre d'Israël, le 14 juillet 2021. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
Le président Isaac Herzog s'exprime lors d'une cérémonie dans le centre d'Israël, le 14 juillet 2021. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Le président Isaac Herzog a qualifié mercredi le boycott d’Israël de « nouveau type de terrorisme », se faisant l’écho des responsables israéliens qui ont tancé Ben & Jerry’s pour sa décision de cesser la vente de glaces dans les implantations de Cisjordanie et à Jérusalem-Est.

« Le boycott contre Israël est un nouveau type de terrorisme – le terrorisme économique. Un terrorisme qui cherche à nuire aux citoyens israéliens et à l’économie israélienne. Nous devons nous opposer à ce boycott et à tout type de terrorisme », a déclaré Herzog lors de son intervention à l’occasion d’un événement en mémoire de l’ancien Premier ministre Yitzhak Shamir.

« La campagne BDS ne recherche pas la paix et entend saper l’existence même de l’État d’Israël. Elle pointe ses flèches vers l’économie israélienne », a-t-il poursuivi, insistant sur le fait que tous les dirigeants israéliens au fil des ans répondraient de manière agressive à de telles mesures dirigées contre l’État juif.

Ces commentaires ont été critiqués par le ministère des Affaires étrangères de l’Autorité palestinienne, qui a déclaré dans un communiqué que « l’occupation est le terrorisme lui-même. C’est la pire forme de terrorisme ».

« Le président israélien devrait remercier Ben & Jerry’s. Ils sont une sorte de sonnette d’alarme. Soit Israël se réveille de son occupation et travaille pour y mettre fin, soit il fera face à un boycott total », a ajouté le ministère des Affaires étrangères de l’AP.

Le député du Meretz Yair Golan prend la parole lors d’une session plénière à la Knesset, à Jérusalem, le 24 août 2020. (Crédit : Oren Ben Hakoon / POOL)

Yair Golan, du parti de gauche Meretz, a également critiqué la façon dont Herzog a caractérisé le boycott.

L’ancien chef d’état-major adjoint de Tsahal a rédigé un tweet à l’adresse de Herzog : « En tant que personne qui connaît le terrorisme et qui l’a combattu toute sa vie, ce qui se passe sur la scène internationale n’est pas du terrorisme. Nous devons lutter contre le boycott d’une part et pour une solution à deux États de l’autre. Mais utiliser des concepts tirés du monde de la violence n’est pas la solution. »

« Un boycott de crème glacée n’est pas du terrorisme », a ajouté Golan.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...