Bénédictions en échange d’argent : la détention de Berland prolongée
Rechercher
21 cas et 200 témoins

Bénédictions en échange d’argent : la détention de Berland prolongée

L'octogénaire a été arrêté dans le quartier de Mea Sharim à Jérusalem; Il est notamment suspecté de délits de fraude, d’extorsion, de blanchiment d’argent

Marissa Newman est la correspondante politique du Times of Israël

Le rabbin Eliezer Berland arrive à l'audience du tribunal de Jérusalem, le 9 février 2020. 
(Photo par Yonatan Sindel/Flash90)
Le rabbin Eliezer Berland arrive à l'audience du tribunal de Jérusalem, le 9 février 2020. (Photo par Yonatan Sindel/Flash90)

Dimanche, un tribunal de Jérusalem a prolongé de cinq jours la détention du rabbin Eliezer Berland, un délinquant sexuel condamné. Cette décision intervient après une longue enquête sur des accusations selon lesquelles il aurait escroqué de l’argent à des malades en phase terminale en leur promettant de les guérir, empochant ainsi des millions de shekels.

Berland, âgé de 82 ans, a été arrêté dans le quartier de Mea Sharim à Jérusalem, avec sa femme et d’autres membres de sa secte ultra-orthodoexe Shuvu Bonim autour de 5h30 dimanche, alors que ses partisans s’opposaient à la police à proximité.

La police avait demandé que Berland et d’autres suspects soient maintenus en détention pendant 10 jours. Lors de la présentation du dossier au tribunal, la police a déclaré que son enquête sous couverture sur Berland, lancée il y a plusieurs mois, avait permis d’ouvrir une « boîte de Pandore », alors que 200 personnes se sont présentées afin de témoigner dans le dossier.

Il y a actuellement 21 affaires criminelles contre Berland, sa femme, et ses quatre assistants pour des délits de fraude, d’extorsion, de blanchiment d’argent, de fraude fiscale à hauteur de centaines de millions de shekels, a déclaré la police.

Alors que le tribunal de Jérusalem a approuvé la demande de maintien en détention de 5 jours, accédant seulement partiellement à la demande de la police, le juge Eliezer Bialin a écrit dans sa décision qu’il avait reçu des preuves accablantes des « crimes systématiques, sophistiqués et de grande ampleur qui ont été commis au fil du temps ».

« Avec ces donations, les comptes en banque, dont ceux de la femme de Berland, ont reçu des dizaines de millions. Berland et d’autres ont fait tourner une machine à extorquer de l’argent en ciblant des personnes vulnérables », a ajouté le juge.

Eliezer Berland et ses partisans dans des images publiées en ligne en août 2018. (Capture d’écran : YouTube)

Lors de l’audience de dimanche, Berland a nié les accusations formulées à son encontre, déclarant qu’il avait seulement offert des bénédictions et des services de soin quand on le lui demandait, à des tarifs bien plus bas que ceux avancés par la police.

Dimanche après-midi, les membres de la secte Shuvu Bonim dirigée par Berland ont protesté, autour du tribunal, contre son arrestation.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...