Rechercher

Benjamin Balint, lauréat du prix de littérature juive Sami Rohr 2020

Cet ouvrage non-fictionnel retrace le procès controversé qui avait déterminé le sort des manuscrits de l'auteur surréaliste juif Franz Kafka

Benjamin Balint. (Autorisation du prix Sami Rohr)
Benjamin Balint. (Autorisation du prix Sami Rohr)

C’est Benjamin Balint qui a remporté le prix de littérature juive Sami Rohr cette année pour son livre Kafka’s Last Trial: The Case of a Literary Legacy.

Cet ouvrage non-fictionnel est un récit du procès controversé qui avait déterminé le sort réservé aux manuscrits de Kafka.

Le nom du lauréat de ce prix de 100 000 dollars, mis en place par le Conseil du livre juif pour récompenser un auteur débutant susceptible d’apporter une contribution importante au monde de la littérature juive, a été annoncé lundi.

Trois finalistes recevront également 5 000 dollars chacun. Il s’agit de Mikhal Dekel, pour son livre Tehran Children: A Holocaust Refugee Odessey; de Sarah Hurwitz, pour Here All Along: Finding Meaning, Spirituality, and a Deeper Connection to Life — in Judaism (After Finally Choosing to Look There); et de Yaakov Katz, pour Shadow Strike: Inside Israel’s Secret Mission to Eliminate Syrian Nuclear Power.

Le prix Rohr, qui est remis tous les ans depuis 2007, fait alterner dans sa sélection, selon les années, les ouvrages de fiction ou de non-fiction. Il a été créé par les enfants de feu l’homme d’affaires et philanthrope Sami Rohr.

Michael David Lukas avait gagné l’an dernier pour The Last Watchmen of Old Cairo.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.