Bennett avertit l’Iran après l’attaque au drone : « Ils savent le prix à payer »
Rechercher

Bennett avertit l’Iran après l’attaque au drone : « Ils savent le prix à payer »

Ils ne peuvent pas rester assis tranquillement à Téhéran alors qu'ils enflamment tout le Moyen-Orient - c'est terminé", dit le Premier ministre

Le Premier ministre Naftali Bennett et le chef du commandement nord de Tsahal Amir Baram visitent la frontière nord le 3 août 2021. (Kobi Gideon/GPO)
Le Premier ministre Naftali Bennett et le chef du commandement nord de Tsahal Amir Baram visitent la frontière nord le 3 août 2021. (Kobi Gideon/GPO)

Le Premier ministre Naftali Bennett a lancé un avertissement à l’Iran mardi, après l’attaque meurtrière par drone la semaine dernière contre un navire ayant des liens avec Israël dans le golfe d’Oman, qu’Israël a imputée à la République islamique.

« Ils ne peuvent pas rester assis calmement à Téhéran tout en enflammant l’ensemble du Moyen-Orient – c’est terminé », a déclaré Bennett alors qu’il faisait le tour de la frontière nord d’Israël avec de hauts responsables militaires.

« Nous nous efforçons de mobiliser le monde entier, mais le moment venu, nous savons comment agir seuls », a déclaré le Premier ministre. « L’Iran connaît le prix que nous leur ferons payer lorsque quiconque menacera notre sécurité ».

Bennett a également critiqué l’Union européenne au sujet de la présence prévue d’un diplomate de haut rang à la prestation de serment du président élu iranien Ebrahim Raisi.

« Raisi est le présent iranien le plus extrême à ce jour – et la concurrence est rude. Je dis d’ici à l’UE : Vous ne pouvez pas parler des droits de l’homme et en même temps rendre hommage à un meurtrier, un bourreau, qui a assassiné des centaines d’opposants au régime », a déclaré le Premier ministre.

L’ultraconservateur Raisi, 60 ans, a été intronisé par le guide suprême de l’Iran, l’ayatollah Ali Khamenei, mardi et prêtera serment devant le Parlement jeudi.

Le nouveau président iranien Ebrahim Raissi salue les journalistes à la fin d’une conférence de presse à Téhéran, le 21 juin 2021. (Crédit :Vahid Salemi/AP)

Raisi figure sur une liste noire de responsables iraniens sanctionnés par Washington, en raison de sa complicité dans la « répression brutale » des manifestations et les « exécutions extrajudiciaires de milliers de prisonniers politiques en 1988. » Le religieux, ancien élève de Khamenei, est considéré par de nombreux observateurs de l’Iran comme le président le plus compatible avec le guide suprême depuis que Khamenei a pris ses fonctions en 1989.

Plus tôt mardi, les médias hébraïques ont rapporté que le ministre de la Défense, Benny Gantz, et le ministre des Affaires étrangères, Yair Lapid, tiendront mercredi une réunion d’information pour les représentants du Conseil de sécurité de l’ONU, au cours de laquelle ils leur présenteront des informations de renseignement montrant la responsabilité de l’Iran dans l’attentat.

Israël, la Grande-Bretagne et les États-Unis devraient demander plus tard mardi une motion au Conseil de sécurité condamnant l’Iran pour l’attaque, a rapporté le site Web Ynet.

Les trois pays ont publiquement accusé l’Iran de l’attaque de jeudi dernier contre le MT Mercer Street, un pétrolier géré par une société basée au Royaume-Uni et appartenant à l’éminent milliardaire israélien Eyal Ofer. Un agent de sécurité britannique et un membre d’équipage roumain ont été tués lorsque des drones ont percuté le navire au large des côtes d’Oman. La Roumanie a également tenu l’Iran pour responsable.

Mardi, l’alliance de l’OTAN a mis en garde l’Iran au sujet de l’attaque, tandis que l’Union européenne a rejeté l’incident comme « inacceptable », bien qu’elle ait également déclaré que les circonstances ne sont pas encore claires.

Cette photo du 2 janvier 2016 montre le pétrolier Mercer Street, battant pavillon libérien, au large du Cap, en Afrique du Sud (Johan Victor via AP).

Un porte-parole de l’OTAN a « fermement condamné » l’assaut.

« La liberté de navigation est vitale pour tous les Alliés de l’OTAN, et doit être maintenue conformément au droit international », a déclaré le porte-parole de l’OTAN, Dylan White.

« Le Royaume-Uni, les États-Unis et la Roumanie ont conclu que l’Iran est très probablement responsable de cet incident. Les Alliés restent préoccupés par les actions déstabilisatrices de l’Iran dans la région, et appellent Téhéran à respecter ses obligations internationales. »

La porte-parole de l’UE pour les affaires étrangères, Nabila Massrali, a déclaré aux journalistes : « Les circonstances exactes de cette attaque doivent être clarifiées. Et nous prenons note des enquêtes menées par les États-Unis, le Royaume-Uni et Israël.

« Il s’agit d’une action qui va à l’encontre de la liberté de navigation dans cette zone et qui est bien sûr inacceptable. »

Le pétrolier a posé mardi l’ancre au large de Fujairah, aux Emirats arabes unis, cinq jours après avoir été la cible d’une attaque meurtrière dans laquelle l’Iran a été pointé du doigt. Selon le site spécialisé MarineTraffic, le Mercer Street est arrivé à 02H47 locales (lundi à 22H47 GMT) dans la zone d’ancrage offshore de Fujairah, l’un des sept émirats de la fédération des Emirats, pays du Golfe voisin d’Oman.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...