Bennett exhorte le PDG de Pfizer à autoriser le vaccin pour les moins de 12 ans
Rechercher

Bennett exhorte le PDG de Pfizer à autoriser le vaccin pour les moins de 12 ans

Selon le bureau du Premier ministre, Bourla a indiqué à Bennett qu'il considérait la question et qu'il fera son maximum pour accélérer le processus

Des jeunes Israéliens reçoivent des vaccins contre la COVID-19 dans un centre de vaccination à Petah Tikva, le 19 juillet 2021. (Crédit : Flash90)
Des jeunes Israéliens reçoivent des vaccins contre la COVID-19 dans un centre de vaccination à Petah Tikva, le 19 juillet 2021. (Crédit : Flash90)

Le Premier ministre Naftali Bennett s’est entretenu aujourd’hui avec le PDG de Pfizer, Albert Bourla, et l’a exhorté à accélérer l’approbation réglementaire du vaccin Pfizer contre la COVID-19 pour les moins de 12 ans.

Selon le bureau du Premier ministre, Bourla a indiqué à Bennett qu’il considérait la question et qu’il fera son maximum pour accélérer le processus.

Les deux hommes ont également discuté de la campagne d’Israël pour une troisième dose de rappel à la population de plus de 60 ans, a déclaré le bureau du Premier ministre.

Le directeur général du ministère de la Santé, Nachman Ash, a déclaré lui que, malgré les nouvelles restrictions approuvées par le cabinet hier soir, il était préoccupé par la flambée actuelle des cas de COVID.

« Le nombre de cas atteint de nouveaux sommets, tout comme le nombre de cas graves », a déclaré Ash lors d’une conférence de presse. « La situation est préoccupante – nous ne pouvons pas rester inactifs. »

Ash a appellé le million d’Israéliens non vaccinés à se faire vacciner dès que possible, et a demandé aux plus de 60 ans d’aller se faire injecter une troisième dose de rappel. Il a noté que les responsables du ministère se réuniront ce jeudi soir pour décider s’ils étendaient la campagne pour une troisième dose aux moins de 60 ans.

Il a rassuré les Israéliens sur le fait que le pays avait un stock considérable de vaccins Pfizer, et que des expéditions supplémentaires étaient en cours. Ash a déclaré que le ministère examinerait une nouvelle étude selon laquelle le vaccin Moderna – dont Israël a un petit stock – était plus efficace que le vaccin Pfizer contre le variant Delta.

Ash a réitéré que se faire vacciner et respecter les restrictions sur le port du masque, la distanciation sociale et les limitations au sujet des rassemblements étaient les seules choses qui pouvaient empêcher la prise de mesures « drastiques » à l’avenir.

Le responsable coronavirus Nachman Ash lors d’une conférence de presse à Jérusalem le 23 juin 2021. (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

Plus tôt, ce jeudi, le bureau du Premier ministre a déclaré que le chef du gouvernement prendrait un congé avec sa famille ce week-end, et que le conseil des ministres prévu dimanche était donc annulé.

Bennett « continuera à recevoir des mises à jour pendant ses jours de congés » pendant son séjour dans le nord du pays, a indiqué son bureau. Il devrait reprendre le travail lundi.

Un avion United Airlines à l’aéroport international Ben Gourion, le 3 août 2013. (Crédit : Moshe Shai/FLASH90)

Hier, 23 personnes ont été extraites d’un avion en partance d’Israël vers New York avec de faux tests PCR négatifs.

Selon le ministère de la Santé et la police israélienne, United Airlines a alerté les autorités sanitaires de l’aéroport international de Ben Gourion, soupçonnant que les tests, requis pour entrer aux États-Unis, avaient été falsifiés.

Il a été révélé que les tests avaient en effet été truqués et les suspects ont été arrêtés pour interrogatoire avant d’être libérés sous caution et condamnés à une amende. Leurs coordonnées ont été remises aux autorités américaines, selon la police. Des peines supplémentaires pour les fautifs sont à l’étude.

Des ouvriers palestiniens entrent en Israël à travers le poste-frontière de Mitar, dans le sud de la Cisjordanie, le 5 mai 2020. (Crédit : Wisam Hashlamoun/Flash90)

Dans le même temps, l’Autorité palestinienne a reçu 150 000 doses supplémentaires de vaccin de Pfizer, alors que la plupart des Palestiniens ne sont toujours pas vaccinés, a déclaré Mai al-Kaila, ministre de la Santé de l’Autorité palestinienne, dans un communiqué.

Environ 100 000 doses seront envoyées dans la bande de Gaza, selon al-Kaila.

Selon al-Kaila, quelque 2 millions de vaccins ont été distribués à ce stade entre la Cisjordanie et Gaza. Cependant, les responsables de la santé ont déclaré que le taux de vaccination était faible, de nombreux Palestiniens refusant la vaccination.

Ramallah a également été secouée par des scandales répétés autour du vaccin contre le coronavirus. Avant qu’il ne soit disponible en Cisjordanie, des hauts fonctionnaires, leurs enfants et même l’équipe de football palestinienne auraient été les premiers à avoir pu bénéficier de l’injection.

L’Autorité palestinienne a également été largement critiquée par la population palestinienne suite à un accord avec Israël en juin dans lequel Jérusalem devait fournir à Ramallah des millions de doses de Pfizer qui devaient bientôt expirer. En échange, Israël aurait obtenu plus tard dans l’année de nouvelles doses de vaccin que l’Autorité palestinienne avait déjà achetées, mais qui n’étaient pas encore arrivées. L’Autorité palestinienne s’est retirée de l’accord après l’opposition du public.

Le nombre d’infections enregistrées restent faibles en Cisjordanie et à Gaza, avec seulement 2 723 cas actifs. Mais les responsables de la santé avertissent que relativement peu de tests sont effectués, ce qui signifie que le virus pourrait se propager largement sans être détecté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...