Bennett : pour les consommateurs, prendre le parti du Hamas n’est pas « cool »
Rechercher

Bennett : pour les consommateurs, prendre le parti du Hamas n’est pas « cool »

Le Premier ministre s'insurge contre Ben & Jerry's et déclare que "boycotter Israël est la pire décision commerciale que l'on puisse prendre"

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le Premier ministre Naftali Bennett (à droite) salue l'envoyé d'Israël aux Etats-Unis et à l'ONU, Gilad Erdan, à Jérusalem, le 22 juillet 2021 (Crédit: Haim Zach/GPO)
Le Premier ministre Naftali Bennett (à droite) salue l'envoyé d'Israël aux Etats-Unis et à l'ONU, Gilad Erdan, à Jérusalem, le 22 juillet 2021 (Crédit: Haim Zach/GPO)

Le Premier ministre Naftali Bennett a déclaré jeudi que le boycott d’Israël est un acte commercial terrible, et a laissé entendre que le fabricant de glaces américain Ben & Jerry’s se rangeait du côté du Hamas en interdisant les ventes dans les implantations israéliennes.

« Quiconque envisage de transformer le boycott d’Israël en une question de marketing ou de marque découvrira que c’est la pire décision commerciale qu’il ait jamais prise », a déclaré Bennett.

Il s’exprimait depuis le quartier général de Tsahal à Tel-Aviv, alors qu’il rencontrait une délégation de 26 ambassadeurs auprès des États-Unis et de l’ONU, qui effectue actuellement une tournée en Israël.

« Les consommateurs, certainement en Israël mais aussi aux États-Unis et dans d’autres pays, ne pensent pas que prendre le parti du Hamas soit cool », a-t-il poursuivi. « Nous utiliserons toutes les mesures à notre disposition, y compris législatives ».

Lundi, Ben & Jerry’s a annoncé qu’elle ne distribuerait plus ses produits dans les « Territoires palestiniens occupés », faisant apparemment référence aux implantations de Cisjordanie et à Jérusalem-Est.

La nouvelle a été accueillie par une furieuse condamnation en Israël, le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid s’engageant à demander à des dizaines d’États américains d’activer leurs lois anti-BDS pour punir le fabricant de crème glacée.

Des camions sont garés à l’usine de glaces Ben & Jerry’s dans la zone industrielle de Be’er Tuvia, le 20 juillet 2021 (Crédit: AP Photo/Tsafrir Abayov)

« Quiconque boycotte Israël – dont le seul péché est de lutter contre le terrorisme – doit savoir qu’il y a un prix à payer », a déclaré Bennett.

Bennett s’est adressé à la délégation en anglais, mais son bureau n’a fait circuler qu’une transcription en hébreu de ses remarques.

La délégation est accueillie par l’ambassadeur d’Israël aux États-Unis et aux Nations Unies, Gilad Erdan.

Le groupe est arrivé en Israël jeudi soir pour une tournée d’une semaine parrainée par le Mouvement sioniste américain. Des envoyés du Kenya, de Hongrie, d’Argentine, de la République tchèque, du Bhoutan, de la République dominicaine, d’Ukraine, de Tonga, du Guatemala et d’Australie – ainsi que leurs conjoints – ont participé à la tournée, en plus de représentants d’organisations juives telles que la Marche des vivants, l’AZM et le Bnai Brith.

« En particulier ces jours-ci, alors que les entreprises cèdent à la pression du BDS et introduisent des considérations politiques et anti-israéliennes dans leurs décisions, l’importance d’une visite des ambassadeurs de l’ONU est particulièrement significative », a déclaré Erdan.

Il a ajouté que les membres des délégations se sont engagés à travailler pour influencer les positions de leurs gouvernements à l’ONU et dans d’autres forums internationaux.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...