Rechercher

Bennett prédit l’effondrement de la coalition ; Lapid rejette un « bruit de fond »

Le ministre des Affaires Etrangères a déclaré que " les fuites, les calomnies et les tentatives de [créer des] disputes" n'éloigneront pas le gouvernement de ses objectifs

Le Premier ministre Naftali Bennett (R) et le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid participent à une réunion du cabinet à Jérusalem le 12 septembre 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Le Premier ministre Naftali Bennett (R) et le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid participent à une réunion du cabinet à Jérusalem le 12 septembre 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Le ministre des Affaires Etrangères Yair Lapid a rejeté vendredi, dans une longue publicaiton sur Facebook, les informations selon lesquelles le Premier ministre Naftali Bennett aurait indiqué qu’il ne s’attend pas à ce que son gouvernement actuel, caractérisé par un accord de partage du pouvoir, dure jusqu’en août 2023, date à laquelle Lapid devrait devenir Premier ministre dans le cadre d’un accord de rotation.

« Nous avons un objectif. Ils ne nous en éloigneront pas. Pas avec des fuites et des calomnies, pas avec des enregistrements secrets, et pas avec des tentatives de [créer des] disputes », a écrit Lapid.

« Les bruits de fond doivent être ignorés et nous devons continuer à aller de l’avant. Ne jamais s’arrêter, et ne pas quitter la cible des yeux », a-t-il ajouté.

Lapid a déclaré qu’il s’était entretenu avec Bennett, la ministre de l’Intérieur, Ayelet Shaked et d’autres dirigeants de la coalition ces derniers jours, leur disant à tous que leur défi consiste à « savoir faire la différence entre ce qui est important et ce qui ne l’est pas. Ils essaient et continueront d’essayer de nous faire nous disputer. S’ils réussissent, ce sont surtout les citoyens d’Israël qui en pâtiront », a-t-il écrit.

Lapid a déclaré qu’avec ses partenaires de coalition, ils « ont formé ce gouvernement pour le bien des citoyens de l’État d’Israël. C’est notre objectif. Nous nous concentrons uniquement sur cela. Nous avons des défis sécuritaires et politiques, [et] nous [vivons] deux années de pandémie et de division sociale. Nous sommes en train de régler tout cela. C’est ce qui nous motive. C’est notre mission. Tout le reste n’est que du bruit ».

Les progrès du gouvernement sur des questions clés, telles que l’avancement du budget, « sont mille fois plus importants que des bêtises que quelqu’un a dites dans un moment de colère ».

Jeudi, la Douzième chaîne a cité Bennett disant qu’il estime que l’accord de rotation n’aura pas lieu. « Il y a une chance considérable que le gouvernement se dissolve entre l’adoption [du] budget et le moment du changement de pouvoir, pour diverses raisons. »

Le bureau de Bennett a réagi au reportage et semblé confirmer le commentaire, mais a indiqué qu’il s’agissait d’une évaluation et a souligné que Bennett « honorera pleinement l’accord de rotation, comme il l’a dit depuis le début ».

Le Premier ministre suppléant Yair Lapid et la ministre de l’Intérieur Ayelet Shaked se serrent la main après l’approbation de la nouvelle coalition par la Knesset, le 13 juin 2021 (Crédit : Haim Zach / GPO).

Ce rapport a été publié dans un contexte de tensions accrues au sein de la coalition au pouvoir, un jour après que le même média a cité Shaked, proche alliée politique de Bennett, qui se demande si le parti Yamina honorera la rotation qui permettrait à Lapid de devenir Premier ministre en 2023.

La coalition – composée de partis de droite, de gauche et centristes, ainsi que d’un parti islamiste – doit adopter un budget 2021 d’ici le 14 novembre, et Bennett et d’autres ministres ont mis en garde contre toute agitation à l’approche de ce vote.

Si le budget tant retardé – ce serait le premier budget de l’État à être approuvé depuis plus de trois ans – n’est pas adopté à la date limite, la coalition sera automatiquement dissoute, ce qui déclenchera de nouvelles élections.

La coalition aura besoin de tous ses législateurs pour approuver le budget, que la commission des Finances de la Knesset a approuvé plus tôt jeudi pour ses dernières lectures en plénière.

Ces dernières semaines, les législateurs de la coalition ont fait preuve d’un optimisme croissant quant à leurs chances d’adopter un budget, aucun membre du gouvernement étroit de 61 sièges n’étant intéressé par de nouvelles élections, malgré les diverses différences idéologiques qui les séparent.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...