Bennett privilégie le vaccin face au confinement alors que les cas augmentent
Rechercher

Bennett privilégie le vaccin face au confinement alors que les cas augmentent

Bennett affirme que la morbidité grave devrait continuer à augmenter, mais prévient que les mesures de confinement ne seront utilisées qu'en tant que "dernière ligne de défense"

Le Premier ministre Naftali Bennett a  tenu une conférence de presse à son bureau à Jérusalem, le 18 août 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le Premier ministre Naftali Bennett a tenu une conférence de presse à son bureau à Jérusalem, le 18 août 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le Premier ministre Naftali Bennett a repoussé mercredi la perspective d’imposer un nouveau confinement dans un contexte de recrudescence des cas de coronavirus, vantant l’augmentation de la vaccination comme la meilleure voie pour réduire la morbidité.

« Si les citoyens israéliens continuent à se faire vacciner à grande échelle, nous pourrons surmonter le variant Delta », a déclaré M. Bennett lors d’une conférence de presse télévisée, en référence à la souche hautement contagieuse du SRAS-CoV-2, le virus à l’origine de la COVID-19.

M. Bennett a déclaré que non seulement Israël mais aussi d’autres pays à travers le monde devaient faire face à la souche Delta qui, selon lui, a créé une « nouvelle situation » en raison de sa forte transmissibilité.

Le Premier ministre s’est exprimé alors que le nombre de cas graves continue d’augmenter, atteignant 600 pour la première fois depuis la mi-mars.

Selon les derniers chiffres du ministère de la santé, il y a 59 218 cas actifs de COVID dans le pays, dont 991 sont hospitalisés, 600 dans un état grave et 103 sous respirateur. Depuis minuit, 4 583 infections supplémentaires ont été confirmées mercredi, et 5,39 % des tests se sont révélés positifs.

Le nombre de décès s’élève à 6 723, avec deux décès depuis minuit. Mardi, 16 personnes sont décédées de complications liées à la COVID.

Le ministère a également indiqué que 5 866 132 personnes en Israël avaient reçu au moins une injection de vaccin, tandis que 5 428 573 ont reçu deux doses. En outre, 1 166 624 personnes ont reçu une troisième injection de rappel, qu’Israël a récemment commencé à administrer aux personnes de plus de 60 ans, devenant ainsi le premier pays à le faire. Depuis, le pays a étendu l’éligibilité aux personnes de plus de 50 ans et administre également des rappels aux personnes immunodéprimées.

Un homme a reçu une troisième dose du vaccin contre le coronavirus dans un centre de santé à Katzrin, sur le plateau du Golan, le 16 août 2021. (Crédit : Michael Giladi/Flash90)

« La décision n’a pas été facile pour nous, mais nous savions que c’était le bon moyen de lutter contre le coronavirus », a déclaré Bennett au sujet des injections de rappel.

Face à la vague actuelle de morbidité, Bennett a déclaré que l’objectif du gouvernement était de veiller à la fois à la santé et aux moyens de subsistance des Israéliens.

« Le monde entier ne se voit pas qu’à travers le prisme du coronavirus. Il y a le travail, l’économie, l’avenir du pays », a-t-il déclaré.

M. Bennett a prévenu que les cas graves risquaient d’augmenter encore, mais a critiqué les mesures de confinement en tant qu’outil de lutte contre le coronavirus, soulignant leur coût économique.

« Un confinement est l’étape la plus facile pour le gouvernement. Beaucoup de gens disent : ‘Appuyez sur le bouton du confinement… et tout est en ordre’, sauf pour une chose. En agissant ainsi, nous détruisons l’avenir du pays », a-t-il déclaré.

« Un confinement est la dernière ligne de défense, uniquement lorsque toutes les autres options ont été épuisées », a-t-il ajouté.

Des personnes portant des masques de protection dans la rue Jaffa à Jérusalem, le 18 août 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Bennett a fait valoir que le retour du confinement laisserait Israël criblé de dettes et sans fonds pour acheter des équipements militaires clés et du matériel médical avancé, « parce que nous avons tout gaspillé ».

« Un pays vacciné est une alternative aux confinements », a-t-il dit.

Selon M. Bennett, sur les 105 personnes décédées de la COVID au cours de la semaine dernière, 103 n’étaient pas vaccinées ou n’avaient pas terminé le processus de vaccination. Il n’a pas précisé si l’achèvement du processus incluait une troisième dose, qui est administrée aux Israéliens de plus de 50 ans.

M. Bennett a déclaré que les vaccins perdaient de leur efficacité avec le temps dans la prévention des infections, ce qui rendait nécessaire les injections de rappel.

« Nous savons maintenant que la troisième injection non seulement rétablit la protection telle qu’elle était, mais nous offre aussi probablement une meilleure protection qu’auparavant après la deuxième dose », a-t-il affirmé. S’il a pris note de l’annonce faite par les responsables de la santé des États-Unis de déployer les vaccinations de rappel pour tous les Américains, il n’a pas annoncé de plans pour étendre le programme de rappel israélien aux personnes de moins de 50 ans.

Le ministre de la Santé, Nitzan Horowitz, a déclaré mercredi que les autorités envisageaient de proposer des rappels aux personnes âgées de 40 ans et plus, ainsi qu’au personnel scolaire.

Le Premier ministre a également déclaré que les outils du gouvernement pour faire face à la hausse de la morbidité étaient l’augmentation de la capacité des hôpitaux, l’obligation de porter des masques à l’intérieur, la réimposition des restrictions du passeport vert et l’augmentation du nombre de tests effectués chaque jour, entre autres mesures.

Mercredi, un reportage de la Douzième chaîne a indiqué que les hôpitaux devenaient eux-mêmes des vecteurs d’infection, ceux-ci n’étant soumis à aucune restriction en matière de passeport vert.

Un agent de santé du Magen David Adom a prélevé un échantillon de sang d’un adolescent dans un centre de dépistage COVID-19 à Jérusalem, le 18 août 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Plus tôt mercredi, Israël a réimposé des plafonds aux rassemblements et réintroduit des règles exigeant une distanciation sociale dans les entreprises. Ces nouvelles restrictions visent à ralentir la récente poussée d’infections qui a porté le nombre de cas quotidiens à des niveaux jamais atteints depuis six mois, alors que le pays avait réduit la propagation à une dizaine de nouveaux cas par jour, en moyenne.

Le personnel du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...