Bennett ravi de son voyage à Washington qui « a atteint tous ses objectifs »
Rechercher

Bennett ravi de son voyage à Washington qui « a atteint tous ses objectifs »

Le Premier ministre vante des progrès sur l'Iran, sur les dispenses de visa pour les Israéliens ; les leaders auraient convenu d'être en désaccord sur les implantations

Le Premier ministre Naftali Bennett embarque à bord d'un avion sur la Joint Base Andrews aux abords de Washington, le 29 août 2021. (Crédit :  Avi Ohayon/GPO)
Le Premier ministre Naftali Bennett embarque à bord d'un avion sur la Joint Base Andrews aux abords de Washington, le 29 août 2021. (Crédit : Avi Ohayon/GPO)

Au moment de quitter Washington, dans la nuit de dimanche, le Premier ministre s’est félicité de sa rencontre « chaleureuse » et « réussie » avec le président américain Joe Biden dans la journée de vendredi, disant que tous les objectifs de son voyage avaient été atteints.

« Nous sommes sur le point de monter dans le vol qui nous ramènera en Israël à l’issue d’une visite réussie à Washington – dont le point d’orgue a été la rencontre avec Biden », a déclaré Bennett peu avant de quitter la capitale américaine. « Nous avons eu un entretien utile et particulièrement chaleureux. Biden et moi-même avons développé une relation personnelle directe et construite sur la confiance ».

Bennett et Biden se sont vus vendredi à la Maison Blanche, une réunion qui avait été décalée de 24 heures en raison de l’attentat-suicide meurtrier survenu à l’aéroport de Kaboul, jeudi, qui a tué au moins 169 agents et 13 militaires américains.

Suite à l’entretien entre les deux hommes – qui a duré 50 minutes – Biden a réitéré l’engagement pris par les États-Unis visant « à garantir que l’Iran ne développera jamais d’arme nucléaire. Nous donnons la priorité à la diplomatie, et nous verrons où cela nous mènera. Mais si la diplomatie échoue, nous sommes prêts à nous tourner vers d’autres options. »

Sur le tarmac de l’aéroport, dimanche, Bennett a noté que « nous avons atteint – et même surpassé – tous les objectifs que nous nous étions fixés pour la rencontre. Nous avons convenu d’une coopération stratégique pour mettre un terme à la course au nucléaire de l’Iran ».

Il a aussi évoqué des progrès dans le programme de dispense de visa mis en place aux États-Unis au bénéfice des Israéliens : « Pour la toute première fois, Biden a donné pour instruction de finaliser l’accord dans les meilleurs délais », a dit le Premier ministre, qui a continué en disant qu’il souhaitait « remercier Biden pour cet accueil très chaleureux ».

Il a également parlé des frappes militaires effectuées cette nuit par l’armée israélienne en réponse à des émeutes violentes à la frontière et à des attaques au ballon incendiaire. « Comme je l’ai déjà dit : Nous passerons à l’action à Gaza chaque fois que l’exigeront nos intérêts directs », a-t-il précisé. « C’est le Hamas qui est – et qui continuera à être – le responsable de toutes les agressions émanant de Gaza ».

Des Palestiniens font brûler des pneus suite à une manifestation sur la frontière entre la bande de Gaza et Israël, à l’est de la bande de Gaza, le 28 août 2021. (Crédit : MAHMUD HAMS / AFP)

La Radio militaire a annoncé dimanche que Bennett avait présenté à Biden plusieurs conditions préalables à la reconstruction de Gaza, notamment l’arrêt immédiat des tirs de roquettes – et de l’approvisionnement en missiles – du Hamas. Il aurait également évoqué la nécessité de progresser dans l’accord portant sur le retour de deux Israéliens détenus en captivité au sein de l’enclave côtière et sur la restitution des dépouilles de deux soldats tombés au combat qui sont retenues en otage par le groupe terroriste.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken aurait estimé, pour sa part, que le retour des captifs israéliens ne devait pas être une exigence préalable à l’aide humanitaire de base – comme la fourniture de carburant ou d’électricité.

La Radio militaire a aussi déclaré que Bennett et Biden avaient pris la décision, pendant leur rencontre, de ne pas s’attarder sur leurs désaccords concernant les constructions d’implantations en Cisjordanie. L’administration Biden ne devrait pas exercer de pressions sur l’État juif à ce sujet tandis que le gouvernement de Bennett, pour sa part, s’abstiendra d’approuver des constructions massives.

« Les deux parties sont déterminées à ne pas définir leur relation sur cette question uniquement », aurait fait savoir une source anonyme proche des services de diplomatie, selon la station de radio.

Bennett était arrivé aux États-Unis dans la matinée de mercredi et il devait rencontrer Biden à la Maison Blanche jeudi. Mais l’information portant sur les explosions meurtrières à l’aéroport de Kaboul – qui ont fait au moins 182 morts – a perturbé l’emploi du temps de la visite et la réunion a été reprogrammée vendredi, dans la matinée. La délégation israélienne toute entière est ensuite restée à Washington pour le Shabbat, le temps manquant pour regagner l’État juif avant le début du Shabbat, vendredi au crépuscule.

Suite à leur entretien, Biden a souligné « l’engagement sans faille que nous avons pris, aux États-Unis, pour la sécurité d’Israël », promettant de travailler sur « les moyens de faire avancer la paix et la sécurité au bénéfice des Israéliens comme des Palestiniens ».

Le président américain Joe Biden rencontre le Premier ministre Naftali Bennett dans le bureau ovale de la Maison Blanche, le vendredi 27 août 2021, à Washington, DC. (AP Photo/Evan Vucci)

Biden a ajouté que les États-Unis voulaient voir Israël développer « des liens plus profonds » avec ses voisins arabes et musulmans même s’il n’a pas utilisé le terme « Accords d’Abraham ».

Bennett a expliqué aux journalistes, peu après cette réunion, qu’il avait invité Biden à venir en Israël et que l’entretien entre les deux hommes avait été chaleureux et constructif.

« Cela a été une rencontre formidable, particulièrement lorsque nous avons été en face à face », a poursuivi le Premier ministre. « Cela a été majoritairement une réunion de travail. Nous avions le sentiment de nous connaître depuis longtemps. J’ai découvert un président qui adore Israël, qui sait très exactement ce qu’il veut et qui est attentif à nos besoins ».

Le Premier ministre a ajouté que même après les attentats de Kaboul, Biden avait insisté pour reprogrammer la réunion.

« Je suis véritablement reconnaissant au président et à tout son cabinet pour leur détermination à maintenir l’entretien prévu », a continué Bennett, qui a salué l’administration américaine pour son « écoute et son attention » au moment même où les États-Unis vivaient un drame en Afghanistan.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...