Bennett rencontre le chef de Raam pour former un gouvernement sans Netanyahu
Rechercher

Bennett rencontre le chef de Raam pour former un gouvernement sans Netanyahu

Les partis, l'un de droite, l'autre islamiste, étudient une coopération improbable ; Smotrich s'y oppose : "un gouvernement avec Abbas, c'est comme un gouvernement avec le Hamas"

Le chef du parti Yamina, Naftali Bennett, lors d'une conférence de presse à la Knesset, à Jérusalem, le 21 avril 2021. (Yonatan Sindel/Flash90)
Le chef du parti Yamina, Naftali Bennett, lors d'une conférence de presse à la Knesset, à Jérusalem, le 21 avril 2021. (Yonatan Sindel/Flash90)

Le chef du parti Yamina, Naftali Bennett, a rencontré mercredi le chef du parti Raam, Mansour Abbas, lors du tout premier contact politique entre les dirigeants des deux partis, dans le cadre des efforts déployés pour former un gouvernement sans le Likud du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Le parti de droite de Bennett et la faction islamiste d’Abbas ont entamé une coopération improbable ces derniers temps au sein de la commission des arrangements de la Knesset, et les contacts se sont intensifiés alors que le mandat de Netanyahu pour former un gouvernement touche à sa fin.

Ces deux partis sont les seuls qui, lors des élections du mois dernier, ont refusé de soutenir soit le bloc religieux de droite de Netanyahu, soit le « bloc du changement » rival qui cherche à l’évincer.

Raam a indiqué dans une déclaration après la réunion au bureau de Bennett à la Knesset que la discussion a porté sur les positions des deux partis concernant les événements politiques actuels, et a été « menée dans une atmosphère positive ».

Un membre non identifié du « bloc du changement » a été cité par la Douzième chaîne comme ayant déclaré que des « progrès significatifs » avaient été réalisés dans les discussions de coalition au cours de la journée précédente.

Après avoir rencontré M. Abbas, M. Bennett aurait rencontré le chef du parti Tikva Hadasha, Gideon Saar, tandis que le numéro deux de ce dernier, Zeev Elkin, aurait rencontré le chef du parti Yesh Atid, Yair Lapid.

Mansour Abbas, chef du parti Raam, fait une déclaration après avoir rencontré le président Reuven Rivlin à la résidence du président à Jérusalem, le 5 avril 2021. (Yonatan Sindel/Flash90)

Le chef du Parti sioniste religieux, Bezalel Smotrich, a critiqué Bennett pour sa rencontre avec Abbas, dont le parti est une branche des Frères musulmans et rejette le sionisme.

« Un gouvernement avec Abbas est comme un gouvernement avec le Hamas », a déclaré le député d’extrême droite Smotrich.

M. Smotrich a déclaré que M. Bennett deviendrait un paria de la droite s’il formait un gouvernement avec Raam, tout comme l’ancien Premier ministre Ariel Sharon l’a été lorsqu’il a décidé d’évacuer les implantations israéliennes de Gaza en 2005.

Smotrich a empêché Netanyahu de s’appuyer sur Raam pour former un gouvernement, mais les efforts du Premier ministre pour courtiser le soutien d’Abbas ont donné à ses rivaux une plus grande légitimité publique pour travailler avec le parti arabe, qui n’a jamais fait partie d’un gouvernement.

Bezalel Smotrich de Yamina (à gauche) et le Premier ministre Benjamin Netanyahu. (Autorisation)

Il ne reste que six jours à M. Netanyahu pour tenter de former un gouvernement avant de devoir rendre le mandat au président Reuven Rivlin.

Lundi, Bennett et Saar ont exprimé leur prudence quant aux négociations en cours pour former un gouvernement d’unité, admettant que des fossés importants subsistaient entre eux et le parti centriste Yesh Atid, mais le chef du parti, Lapid, a insisté sur le fait qu’il était encore possible de les combler.

Alors que Bennett a déclaré qu’il serait ravi si Netanyahu parvenait à former une coalition, Saar a maintenu sa position, à savoir qu’il ne servirait pas sous les ordres du leader du Likud et que le Premier ministre devait se retirer.

Tout en admettant que ce n’était pas leur scénario idéal, Bennett et Saar ont tous deux déclaré qu’ils étaient prêts à rejoindre une coalition d’unité avec Yesh Atid et les partis de gauche Travailliste et Meretz.

Le chef du parti Yesh Atid, Yair Lapid, lors d’une réunion de faction à la Knesset à Jérusalem, le 26 avril 2021. (Yonatan Sindel/Flash90)

Insistant sur le fait qu’une nouvelle élection serait catastrophique pour l’économie, Lapid a déclaré qu’il serait possible de parvenir à un accord pour former un gouvernement d’union dans une semaine ou dix jours. « Pour notre part, nous ferons tout notre possible », a-t-il déclaré.

Une fois le mandat rendu, Rivlin aura plusieurs options, y compris celle de confier la tâche au prochain législateur, le chef de l’opposition Lapid.

Un gouvernement Bennett-Lapid serait basé sur une rotation du poste de Premier ministre entre Lapid et Bennett, selon les médias en hébreu. Cependant, Bennett serait confronté à des réticences au sein de son propre parti de droite pour coopérer avec Lapid, et certains des sept législateurs de son Yamina pourraient ne pas accepter de rejoindre une telle coalition, selon la Douzième chaîne. Cela entraverait davantage les efforts de Lapid pour construire une coalition viable.

Si aucun gouvernement n’est formé, le pays se dirigera vers sa cinquième élection en deux ans et demi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...