Bennett s’entretient avec Bourla sur une nouvelle livraison de vaccins Pfizer
Rechercher

Bennett s’entretient avec Bourla sur une nouvelle livraison de vaccins Pfizer

Le Premier ministre et le directeur-général de Pfizer-BioNTech ont aussi évoqué un échange possible avec d'autres pays des doses sur le point d'expirer

Le Premier ministre israélien Naftali Bennett, à gauche, et le ministre de la Santé, Nitzan Horowitz , lors d'une conférence de presse organisée dans un centre de vaccination de la Maccabi à Holon, le 29 juin 2021. (Crédit : Marc Israel Sellem/POOL)
Le Premier ministre israélien Naftali Bennett, à gauche, et le ministre de la Santé, Nitzan Horowitz , lors d'une conférence de presse organisée dans un centre de vaccination de la Maccabi à Holon, le 29 juin 2021. (Crédit : Marc Israel Sellem/POOL)

Le Premier ministre Naftali Bennett s’est entretenu dimanche avec le directeur-général de la firme Pfizer, Albert Bourla, concernant la livraison à Israël de doses de vaccins supplémentaires alors que le pays tente d’immuniser le plus rapidement possible ses préadolescents et ses adolescents dans un contexte de réapparition du virus.

Le ministère de la Santé, de son côté, pourrait recommander une troisième dose de vaccin sous forme de rappel aux Israéliens immunodéprimés.

Le bureau de Bennett a fait savoir que les deux hommes « ont évoqué des stratégies de prise en charge du virus en soulignant les variants actuels et à venir, ainsi que la possibilité d’un approvisionnement supplémentaire de vaccin Pfizer » au sein de l’État juif.

Le Premier a également demandé au ministère de la Santé de promouvoir deux études médicales sur les vaccins, qui, selon lui, fourniront aux décideurs des « informations cruciales ».

L’une des études examinera l’efficacité du vaccin au fil du temps dans différents groupes d’âge et dans différents états de santé.

L’autre étude examinera l’immunité cellulaire (une réponse immunitaire n’impliquant pas d’anticorps) dans le temps.

Le chef des services de santé publique du ministère de la santé, le Dr Sharon Alroy-Preis, supervisera la recherche.

Israël avait acheté des millions de vaccins Pfizer et avait été l’un des premiers pays à les recevoir pour une somme dont le montant n’avait pas été révélé. Le pays, qui était alors dirigé par le Premier ministre Benjamin Netanyahu, avait signé un accord, au mois d’avril dernier, visant l’achat de 18 millions de doses – au cas où un rappel s’avère nécessaire. Ces doses ne sont pas encore arrivées sur le territoire.

Il y aurait 1,4 million de doses dans le pays qui expireront à la fin du mois de juillet et Bennett espère pouvoir les utiliser, autant que possible, pour vacciner 300 000 enfants d’ici le 9 juillet – ce qui permettrait d’utiliser la même série de flacons pour administrer la deuxième dose.

« De plus, le Premier ministre et le directeur-général de Pfizer ont discuté d’accords possibles portant sur des échanges de vaccins entre Israël et divers pays », a noté le bureau de Bennett.

Un tel accord permettrait à l’État juif de fournir ces doses sur le point d’expirer à une nation destinataire, recevant en échange l’une des livraisons ultérieurement effectuées par Pfizer à l’État en question. Si Israël échoue à trouver des acheteurs, des doses de vaccin – pour un montant de centaines de millions de dollars – pourraient être jetées dans les semaines à venir.

Selon un reportage diffusé mercredi soir par la Douzième chaîne, l’État juif aurait été en discussions avancées avec le Royaume-Uni pour fournir des millions de vaccins Pfizer – qui, le cas échéant, auraient été jetés en raison de leur date d’expiration – d’ici quelques jours. En échange, Londres aurait fait parvenir à Israël l’une de ses prochaines livraisons de vaccins Pfizer, à une date ultérieure. Aucun accord n’aurait finalement été conclu mais Jérusalem serait aujourd’hui en contact avec deux autres pays concernant un échange similaire, ont fait savoir les médias vendredi.

Le PDG de Pfizer, Albert Bourla, s’exprime lors d’une conférence de presse à l’usine Pfizer de Puurs, en Belgique. (Crédit : John Thys / Pool / AFP)

Plus de 5,62 millions de personnes – la population du pays est de plus de 9,3 millions de personnes – ont reçu au moins une dose de vaccin. Sur ce chiffre, près de 5,2 millions d’Israéliens ont bénéficié de la deuxième dose.

Une troisième dose pour les immunodéprimés

Le ministère de la Santé recommandera aux Israéliens immunodéprimés de se faire administrer une troisième dose du vaccin Pfizer-BioNTech, même si la compagnie pharmaceutique n’a pas encore sanctionné la piqûre de rappel, ont fait savoir dimanche les médias israéliens.

Les responsables de la Santé s’inquiètent de données qui montrent que les personnes immunodéprimées développent une réponse insuffisante en termes d’anticorps aux deux doses de vaccin – qui ne permet pas de les protéger pleinement du virus.

Cette recommandation n’a pas encore été confirmée par le ministère.

Parmi les immunodéprimés, les personnes ayant bénéficié d’une greffe d’organe ou les malades du cancer.

Un enfant israélien reçoit un vaccin COVID-19, au centre de vaccination Clalit Covid-19 à Petah Tikva, le 6 juin 2021. (Flash90)

Le nombre de nouveaux cas quotidiens au sein de l’État juif est actuellement d’environ 300 par jour, après des mois où ce chiffre n’avait été que de quelques petites dizaines à la suite d’une campagne de vaccination unique au monde.

Mardi, le cabinet chargé de la lutte contre le coronavirus se réunira pour évoquer la possibilité de réimposer des restrictions supplémentaires en Israël pour tenter faire baisser le chiffre des contaminations.

Dans ce contexte de hausse du nombre de cas, le gouvernement a jusqu’à présent remis en vigueur l’obligation du port du masque dans les espaces clos. Il a pris la décision de sanctionner les voyageurs en provenance des pays qui se caractérisent par un taux élevé d’infection et de faire respecter de manière plus stricte la mise en quatorzaine des nouveaux-arrivants sur le territoire tout en cherchant, néanmoins, à éviter un retour des restrictions qui avaient été graduellement levées au cours de ces deux derniers mois.

Le pays a également entrepris la vaccination des enfants et des adolescents âgés de 12 à 15 ans, avec plus de 100 000 vaccins qui ont été administrés ces dernières semaines dans cette catégorie d’âge, a fait savoir le ministère de la Santé.

Le ministère de la Santé s’attend que le nombre de diagnostics quotidiens de la COVID-19 monte à entre 500 et 600 la semaine prochaine, selon des informations parues mercredi dernier dans les médias.

Illustration : un travailleur médical prépare un vaccin contre la COVID-19 dans un centre de vaccination Clalit à Jérusalem, le 25 février 2021. (Olivier Fitoussi / Flash90)

Le variant Delta du virus, qui a été identifié pour la première fois en Inde, est plus contagieux que les autres et il pourrait être plus apte à contourner la défense assurée par les vaccins, mais il n’entraînerait pas de formes graves de la maladie chez les personnes vaccinées.

Il pourrait être plus contaminant que la souche originale – à environ 40% – selon l’agence de santé publique du Royaume-Uni. L’efficacité des deux doses de vaccin pour prévenir les hospitalisation est de 96%, a ajouté l’agence.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...