Berlin prolonge son gel des ventes d’armes à Ryad
Rechercher

Berlin prolonge son gel des ventes d’armes à Ryad

Décidé après l'assassinat du journaliste Jamal Kashoogi, Heiko Maas a annoncé que "face à l'évolution de la situation au Yémen", ce gel serait maintenu jusque fin mars

Le ministère des Affaires étrangères allemand Heiko Maas à Auschwitz le 20 août 2018. (Crédit: AFP/ JANEK SKARZYNSKI)
Le ministère des Affaires étrangères allemand Heiko Maas à Auschwitz le 20 août 2018. (Crédit: AFP/ JANEK SKARZYNSKI)

L’Allemagne a annoncé mercredi la prolongation jusqu’à la fin du mois de mars de son gel de ventes d’armes à l’Arabie Saoudite, critiqué par Paris et Londres, tout en entrouvrant la porte à un assouplissement par la suite.

Berlin avait décidé à l’automne de suspendre ces exportations après la mort du journaliste saoudien Jamal Khashoggi. Cette interruption des ventes était censée s’achever le 9 mars.

Mais le gouvernement a désormais décidé de prolonger de quelques semaines ce gel, jusqu’à fin mars.

« Nous l’avons décidé face à l’évolution de la situation au Yémen. Nous sommes d’avis que la guerre au Yémen doit prendre fin le plus rapidement possible », a expliqué mercredi le chef de la diplomatie allemande, Heiko Maas.

Il a toutefois envisagé un assouplissement à l’issue de cette nouvelle période : « Au cours du mois, nous observerons les développements en cours, en particulier en ce qui concerne le conflit au Yémen. Nous regarderons de près la situation », a-t-il expliqué lors d’une conférence de presse avec son homologue danois, Anders Samuelsen.

Image extraite d’une vidéo datée de mars 2018 fournie par Metafora Production, dans laquelle Jamal Khashoggi donne une interview. (Crédit : Metafora Production via AP)

Décidé après l’assassinat du journaliste Jamal Kashoogi le 3 octobre, ce gel des ventes d’armes à l’Arabie saoudite suscite des crispations avec les principaux alliés de Berlin, en première ligne la France et la Grande-Bretagne. Ces deux pays craignent que cet arrêt remette en cause des projets industriels communs.

La décision du gouvernement crée aussi des tensions entre les partenaires de la coalition au pouvoir à Berlin : la droite conservatrice CDU de la chancelière Angela Merkel semble favorable à un assouplissement, les sociaux-démocrates du SPD défendant une position plus intransigeante à l’égard de Ryad.

L’Allemagne fait partie des quatre ou cinq plus grands pays exportateurs d’armes au monde derrière les leaders américain, russe ou français. Mais politiquement, le pays, en raison de son passé militariste jusqu’à la Deuxième guerre mondiale, défend traditionnellement une ligne pacifiste.

Les ventes d’armes sont très impopulaires dans l’opinion.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...