Berlinale: « The Operative » et « Synonymes », deux films israéliens en compétition
Rechercher

Berlinale: « The Operative » et « Synonymes », deux films israéliens en compétition

Un thriller d'espionnage sur fond de tension avec l'Iran, et l'histoire d'un Israélien en recherche de paix intérieure à Paris, à l'aide de son dictionnaire français-hébreu

Un film de Nadav Lapid sera présenté lors du festival du film de Berlin (Crédit : Wikimedia commons/CC BY SA3.0)
Un film de Nadav Lapid sera présenté lors du festival du film de Berlin (Crédit : Wikimedia commons/CC BY SA3.0)

Le festival du film de Berlin, qui débute jeudi 7 février, fait la part belle cette année aux réalisatrices et sélectionne pour la toute première fois un film produit par le géant américain Netflix. Deux films israéliens seront également présentés.

Vitrine du cinéma en Europe avec les festivals de Cannes et de Venise, la Berlinale va proposer pour sa 69ème édition jusqu’au 17 février 23 films en sélection officielle, dont 17 en compétition pour l’Ours d’or, décerné par un jury présidé par l’actrice française Juliette Binoche.

Yuval Adler (qui a déjà réalisé Bethlehem, et le court métrage Seduction et dont le dernier film The secret we keep est en tournage) présentera hors compétition The Operative un thriller d’espionnage avec Diane Kruger et Martin Freeman.

« À la fin des années 2000, raconte son distributeur, alors que la crise du nucléaire entre l’Iran et l’Occident est au bord de l’implosion, Rachel, agente du Mossad surdouée et actrice principale d’une conspiration internationale, disparaît sans laisser de trace. Thomas, son référent de mission, se lance alors à sa recherche, avec pour seul indice un message codé laissé par la disparue ».

Originaire de Tel Aviv le réalisateur, scénariste et écrivain Nadav Lapid (Le Policier, L’Institutrice), se rendra à Berlin avec Synonymes, son dernier film tourné en français et en hébreu avec Quentin Dolmaire, Louise Chevillotte et John Sehil.

Il raconte l’histoire d’un jeune Israélien, Yoav, qui cherche à fuir la folie d’Israël, son pays à la recherche d’une vie plus sereine. Il atterrit à Paris avec l’espoir que la France, et la langue française, le sauveront.

« Son dictionnaire franco-israélien devient son compagnon le plus fidèle et l’aidera à traverser diverses expériences, et faire des rencontres décisives pour son existence, » raconte Les Inrocks.

A noter que cette édition 2019 du festival sera la dernière dirigée par l’Allemand Dieter Kosslick, 70 ans, qui passera ensuite le relais, après 18 ans à la barre.

Un duo plus jeune, composé de Carlo Chatrian, actuel directeur du Festival du film de Locarno, et Mariette Rissenbeek, réalisatrice néerlandaise, lui succèdera.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...