‘Beverly Hills 90210’ inspire une association caritative juive
Rechercher

‘Beverly Hills 90210’ inspire une association caritative juive

La lecture d’épisodes du drame adolescent des années 1990 récolte des fonds pour des organisations d’aide sociale et pour la parité

L'équipe de "Diplômez Donna Martin", avec Lizzie Leader et Kat Spada, 3° et 4° depuis la gauche, Gabrielle Carteris, 7° depuis la gauche, et Denise Dowse, 5° depuis la droite. Lindsay Rosin est 3° depuis la droite. (Crédit : Abel Armas via JTA)
L'équipe de "Diplômez Donna Martin", avec Lizzie Leader et Kat Spada, 3° et 4° depuis la gauche, Gabrielle Carteris, 7° depuis la gauche, et Denise Dowse, 5° depuis la droite. Lindsay Rosin est 3° depuis la droite. (Crédit : Abel Armas via JTA)

BEVERLY HILLS, Californie – Dans les années 1990, la série de la Fox « Beverly Hills 90210 » abordait les troubles du comportement alimentaire, le port d’armes, la toxicomanie et le SIDA sur un ton si honnête qu’il semblait désuet à l’ère de « Girls » et de « Broad City », des émissions qui évitaient la moralisation des générations passées.

Dans ce qui est peut-être l’épisode le plus connu des 10 saisons de la série, les terminales de West Beverly High School reçoivent une leçon de militantisme étudiant. La cause : renverser la suspension de Donna Martin. Le cri de ralliement du mouvement : « Diplômez Donna Martin ! »

La semaine dernière, cet appel à l’action à présent emblématique, qui a depuis suivi Tori Spelling, l’actrice juive qui jouait Donna, a prêté son slogan à une bonne action en direct pour le Jewish Family Service de Los Angeles, et l’institut Geena Davis sur le genre et les médias.

L’évènement, « Diplômez Donna Martin », a pris la forme d’une lecture d’épisodes sur scène. Pour les non initiés, Donna fait face à une mesure disciplinaire après s’être présentée ivre à son bal de fin d’année. La fille choyée d’un chirurgien et d’une mondaine pourrait devoir suivre des cours d’été au lieu d’être diplômée en juin avec ses amis. L’injustice, si vous voulez, inspire une grève pendant les derniers examens. Elle culmine quand le leader étudiant, Brandon Walsh (joué par Jason Priestley) dit à la direction de l’école que « nous sommes tous ici parce que nous croyons en quelque chose » avec autant de conviction que s’il s’opposait à la guerre ou à la violence policière.

« Ils protestent comme s’il s’agissait d’une vraie atteinte aux droits de l’Homme », a déclaré Kat Spada, 29 ans, qui co-anime avec Lizzie Leader The Blaze, un podcast populaire sur « Beverly Hills 90210 ». « Donna a en fait violé le règlement, et ses amis font ‘nous ne pouvons pas laisser cela arriver’. »

Jeudi soir, au théâtre Ahrya Fine Arts, les causes qui ont rassemblé plus de 300 personnes, dont beaucoup ont regardé la série avec ferveur quand ils étaient adolescents (et ont à présent presque 40 ans) étaient plus admirables : le Jewish Family Service, une œuvre qui remonte à 1854, fournit des conseils en santé mentale, lutte contre la faim et accueille des victimes de violence domestique dans un refuge, entre autres nombreux services sociaux. L’institut Geena Davis, pour sa part, travaille à l’amélioration de la balance des genres dans le divertissement, et à promouvoir des portraits positifs de femmes à l’écran.

L'équipe de "Diplômez Donna Martin" pendant la lecture sur scène de l'épisode, le 4 août 2016. (Crédit : Abel Armas via JTA)
L’équipe de « Diplômez Donna Martin » pendant la lecture sur scène de l’épisode, le 4 août 2016. (Crédit : Abel Armas via JTA)

Leader et Spada, qui se sont liées à l’université grâce aux DVD de la série, ont organisé l’évènement indépendamment des œuvres bénéficiaires. (La levée de fonds est en cours.) Lindsey Rosin, scénariste et productrice de théâtre, a mis en scène le spectacle, avec deux anciens acteurs de « Beverly Hills 90210 » : Gabrielle Carteris, qui jouait Andrea Zuckerman dans la série, mais a joué la mère de Donna jeudi soir, et Denise Dowse, qui jouait Mme Teasley.

Rosin, fille de Charles Rosin, producteur de « Beverly Hills 90210 », est active dans la division jeunesse de Jewish Family Service ; son mari et sa belle-mère sont au conseil d’administration de l’association. « J’aime que ce soit une association juive, mais que l’objectif soit de servir toute la ville de Los Angeles, peu import la race, la religion, l’orientation sexuelle, a-t-elle déclaré à JTA. J’ai le sentiment que les jeunes, particulièrement nos amis, répondent à cela. »

Carteris, qui est juive, a des relations étroites avec une autre association : sa mère a doté un fonds bénéficiant aux familles monoparentales via Jewish Family and Children’s Service, dans la baie de San Francisco.

L’épisode lu sur scène jeudi soir avait été diffusé pour la première fois le 12 mai 1993, mais reste un classique culte dans la génération X.

« Cela joue sur tout ce dont ‘90210’ parle, a déclaré Carteris à JTA. Les privilèges, mais aussi que nous faisons des erreurs, notre humanité ; »

Spada a sa propre théorie sur la longévité de « Beverly Hills 90210 » et en particulier sur ses épisodes les plus connus.

« C’était une autre époque pour les téléspectateurs », a-t-elle dit, notant qu’avant internet et l’enregistrement des épisodes, tout le monde regardait le même épisode au même moment, et ne l’a probablement plus jamais revu.

Dans la culture de forte consommation de séries d’aujourd’hui, les émissions peuvent durer plus longtemps, mais n’ont pas la même endurance, dit-elle. « Je ne sais pas combien de temps nous parlerons de Chad de ‘Bachelorette’. Mais 23 ans après, tout le monde connait toujours ‘Diplômez Donna Martin’. »

Et en effet, tout le public a repris le slogan jeudi soir.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...