Bezeq interdit à ses employés juifs d’entrer dans les villes arabes
Rechercher

Bezeq interdit à ses employés juifs d’entrer dans les villes arabes

Le géant des communications cite des "motifs de sécurité" au milieu de la recrudescence de la vague de terreur et dit que des techniciens arabes serviront les clients arabes

Des ouvriers de Bezeq installant des câbles de fibre optique. (Crédit : autorisation)
Des ouvriers de Bezeq installant des câbles de fibre optique. (Crédit : autorisation)

Bezeq, le géant israélien du téléphone et de l’Internet a ordonné à ses employés juifs de ne pas entrer dans des villes arabes tant que persiste la vague de violence.

Les employés qui détiennent un permis de port d’armes ont été invités à se déplacer avec leurs armes à feu lors de leurs interventions et le service dans les quartiers arabes de villes mixtes, telles que Haïfa, Akko ou Tel Aviv, ne sera effectué qu’après vérification avec le service de la sécurité de l’entreprise.

Les employés ont aussi reçu l’instruction de ne pas sortir seuls lors d’appels, a rapporté la radio militaire.

La société a été ébranlée mardi par les nouvelles que le terroriste d’un des deux attentats meurtriers à Jérusalem, Alaa Abu Jamal, était un employé de Bezeq, et a même utilisé son vehicule de foinction pour renverser un rabbin de 60 ans à un arrêt de bus au centre de Jérusalem et le tuer.

Alaa Abu Jamal, l'un des terroristes de Jérusalem de la journée du 13 octobre 2015(Crédit : capture d'écran Ynet)
Alaa Abu Jamal, l’un des terroristes de Jérusalem de la journée du 13 octobre 2015(Crédit : capture d’écran Ynet)

La radio militaire a interviewé Tzvika Tuchterman, le directeur d’une entreprise de ciment dans le Néguev avec de nombreux employés arabes, qui a dit que son usine a des problèmes de connexion à Internet depuis près de deux semaines, mais que le technicien de Bezeq qui devait arriver mercredi ne s’est pas présenté. La compagnie a expliqué l’annulation par des « raisons de sécurité ».

Tuchterman a critiqué la décision à l’emporte pièce. « Par peur, ils ont décidé de ne pas travailler dans les villages et les localittés arabes. Beaucoup de Juifs travaillent dans des conseils locaux [arabes], à Kseife, dans toute la région, et ne sont pas en danger. »

Bezeq a réagi à la révélation en expliquant que la mesure suit les recommandations des responsables de la sécurité. Il ne les a pas nommés. Les techniciens arabes de la société, a-t-il conclu, continueront à servir la communauté arabe.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...