Rechercher

Biden appelle à « faire taire » l’extrémisme aux Etats-Unis

"La haine n'est jamais vaincue, elle se cache seulement, et si on lui donne de l'oxygène, elle sort de sa cachette," a déploré le président américain

Le président Joe Biden s'exprime depuis le balcon du salon bleu de la Maison Blanche, le lundi 1er août 2022, à Washington, alors qu'il annonce qu'une frappe aérienne américaine a tué le chef d'Al-Qaïda Ayman al-Zawahri en Afghanistan. (Crédit : Jim Watson/Pool via AP)
Le président Joe Biden s'exprime depuis le balcon du salon bleu de la Maison Blanche, le lundi 1er août 2022, à Washington, alors qu'il annonce qu'une frappe aérienne américaine a tué le chef d'Al-Qaïda Ayman al-Zawahri en Afghanistan. (Crédit : Jim Watson/Pool via AP)

Le président américain Joe Biden a appelé jeudi à « faire taire » les idées extrémistes, racistes et incitant à la violence à l’occasion d’une conférence organisée par la Maison Blanche.

« Nous ne pouvons pas rester silencieux. Il y en a qui disent que lorsque nous évoquons (l’extrémisme), nous divisons le pays », a dit le démocrate de 79 ans, à qui l’opposition républicaine a reproché d’attiser les clivages après un récent discours virulent contre la droite radicale.

« En l’évoquant, nous le faisons taire, plutôt que de nous taire. Le silence creuse les blessures », a dit Joe Biden qui avait été annoncé sur scène, de manière très symbolique, par la mère d’une jeune fille tuée pendant une manifestation de suprématistes blancs.

Heather Heyer, 32 ans, est morte en août 2017 à Charlottesville (Virginie, est) quand un sympathisant néo-nazi avait foncé en voiture dans une foule de militants antiracistes.

Susan Bro, mère de Heather Heyer, qui a été tuée lors du rassemblement Unite the Right l’année dernière, regarde des souvenirs dans son bureau de Charlottesville, en Virginie, le lundi 6 août 2018. (Crédit : AP / Steve Helber)

Ces derniers protestaient contre une marche de centaines de membres de l’ultra droite, une manifestation dont Joe Biden a encore dit jeudi qu’elle l’avait convaincu de sortir de sa retraite politique pour se lancer dans la course à la Maison Blanche.

« La haine n’est jamais vaincue, elle se cache seulement, et si on lui donne de l’oxygène, elle sort de sa cachette. Ces dernières années, nous lui avons donné trop d’oxygène en politique, dans les médias et sur internet », a encore dit le président américain.

Sur ce dernier point, Joe Biden entend « tenir les réseaux sociaux responsables de la diffusion de la haine et de l’incitation à la violence », a-t-il déclaré.

Il a appelé le Congrès à « mettre fin à l’immunité spéciale » dont elles jouissent via une disposition législative, qui, contrairement aux éditeurs de presse par exemple, ne les tient pas responsables des contenus publiés.

Manifestation de suprématistes blancs, torches à la main, sur le campus de l’université de Virginie, à Charlottesville, le 11 août 2017. (Crédit : capture d’écran YouTube)

Si Joe Biden a repris jeudi l’appel à l’unité et à la réconciliation qui scande son mandat depuis le début, le président adopte aussi à l’occasion un ton plus virulent, alors qu’approchent, dans huit semaines, les élections législatives de mi-mandat.

Le 1er septembre à Philadelphie, il avait dénoncé, dans une rare attaque directe envers son prédécesseur, l' »extrémisme » de Donald Trump et de ses partisans, leur reprochant d’ébranler les « fondations » mêmes de la démocratie américaine.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...