Biden condamne l’antisémitisme ; Le Congrès demande à nommer un envoyé spécial
Rechercher

Biden condamne l’antisémitisme ; Le Congrès demande à nommer un envoyé spécial

Le président américain déclare qu'il ne laissera pas les Américains se faire attaquer pour ce qu’ils sont; Une lettre bipartisane appelle à une réponse plus énergique au fléau

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Le président Joe Biden parle sur la base conjointe Langley-Eustis de Hampton, en Virginie, le 28 mai 2021. (Crédit :  AP Photo/Patrick Semansky)
Le président Joe Biden parle sur la base conjointe Langley-Eustis de Hampton, en Virginie, le 28 mai 2021. (Crédit : AP Photo/Patrick Semansky)

Le président américain Joe Biden s’est prononcé vendredi pour la deuxième fois en quelques jours contre une augmentation des attaques ciblant les Juifs à travers les États-Unis, alors que 132 membres du Congrès ont lancé un appel bipartisan pour qu’il nomme un envoyé spécial contre l’antisémitisme.

« Je ne permettrai pas que nos compatriotes américains soient intimidés ou attaqués à cause de qui ils sont ou de la foi qu’ils pratiquent », a déclaré Biden dans un communiqué, déplorant le « ciblage et la terrorisation des Juifs américains ».

« Nous avons été témoins de briques jetées à travers la fenêtre d’une entreprise appartenant à des Juifs de Manhattan, d’une croix gammée gravée dans la porte d’une synagogue à Salt Lake City, de familles menacées devant un restaurant à Los Angeles, et du vandalisme par des messages antisémites de musées en Floride et en Alaska, dédiés à célébrer la vie et la culture juives et à commémorer la Shoah », a noté Biden.

« Ces attaques sont méprisables, inacceptables, anti-américaines, et elles doivent cesser », a-t-il ajouté, faisant référence à la flambée des incidents survenus dans le contexte de la guerre de 11 jours entre Israël et les groupes terroristes à Gaza.

Photo d’illustration : Des partisans pro-israéliens scandent des slogans pendant un rassemblement en soutien à Israël aux abords du bâtiment fédéral à Los Angeles, le 12 mai 2021. (Crédit : AP Photo/Jae C. Hong, file)

La déclaration de Biden est intervenue quatre jours après qu’il a tweeté que les récentes attaques sont « ignobles et qu’elles doivent cesser. Je condamne ce comportement haineux chez nous et à l’étranger – il nous appartient à tous de ne donner à la haine aucun refuge. »

Dans la déclaration de vendredi, il a noté que le ministère de la Justice
« déploierait tous les outils à sa disposition pour lutter contre les crimes de haine ».

Biden a déclaré que ces derniers jours avaient prouvé qu' »aucune communauté n’est à l’abri » et que les Américains doivent s’unir « pour faire taire ces échos terribles et terrifiants des pires chapitres de l’histoire du monde, et s’engager à ne donner à la haine aucun refuge. »

« Mai est le Mois du Patrimoine Juif Américain, au cours duquel nous honorons les juifs américains qui ont inextricablement mêlé leur expérience et leurs réalisations à notre identité nationale ; surmontant la douleur de l’histoire et aidant à lutter pour une société plus égalitaire, plus juste et plus tolérante », a-t-il poursuivi. « Reprenons tous ce travail et créons une nation qui défend et se soulève pour la dignité et la sécurité de tout notre peuple. »

Vendredi également, 132 membres de la Chambre ont signé une lettre à Biden à l’initiative des représentants démocrates Ted Deutch et Grace Meng, et des représentants républicains Brian Fitzpatrick et Chris Smith, exhortant le président à prendre des mesures importantes pour répondre à la montée des attaques.

« Nous vous exhortons à continuer de répondre de manière décisive à cette violence alimentée de haine en utilisant les nouveaux outils à votre disposition, et à prendre des mesures pour protéger également la communauté juive américaine », ont déclaré les législateurs, notant que
« la majorité des crimes de haine ciblant une communauté religieuse dans notre pays sont contre les Juifs », selon le FBI.

Les membres du Congrès ont exhorté l’administration Biden à mettre en œuvre rapidement la loi COVID-19 sur les crimes de haine afin de renforcer la réponse nationale au ciblage des minorités, d’élaborer une stratégie inter-institutions pour lutter contre l’antisémitisme et protéger les Juifs américains, et de « nommer rapidement » un envoyé spécial du département d’État pour combattre l’antisémitisme.

La semaine dernière, des représentants de cinq organisations ont rencontré des responsables de la Maison Blanche pour discuter des mesures que l’administration Biden pourrait adopter, notamment la nomination d’un moniteur au Département de la sécurité intérieure et la nomination d’un agent de liaison avec la communauté juive.

Parmi les noms qui ont été suggérés pour lutter contre l’antisémitisme figurent l’ancien leader de l’Anti Defamation League Abraham Foxman ; Nancy Kaufman, ancienne directrice générale du National Council of Jewish Women; et Deborah Lipstadt, professeure d’études sur l’Holocauste à l’Université Emory, a rapporté Bloomberg mardi, citant des sources proches du dossier.

« Bien que ces nouveaux outils soient essentiels, nous savons également qu’ils ne sont qu’une première étape. L’éducation et la solidarité sont nécessaires pour éliminer les causes profondes de l’antisémitisme et de la discrimination raciale », ont noté les législateurs.

« Nous nous tenons prêts à travailler avec votre administration pour condamner sans équivoque et combattre l’antisémitisme à travers l’Amérique et dans le monde », ont-ils ajouté.

Le Premier ministre Netanyahu avait rencontré jeudi une délégation des Fédérations juives d’Amérique du Nord, emmenée par le président et le directeur général Eric Fingerhut.

La délégation est venue en Israël afin d’exprimer sa solidarité et son soutien à l’Etat dans le contexte de l’opération Gardien des murs.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontre une délégation des Fédérations juives d’Amérique du Nord, emmenée par le président et le directeur général Eric Fingerhut, le 27 mai 2021 ((Crédit : GPO)

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...