Rechercher

Départ d’Air Force One pour un vol historique entre Israël et l’Arabie saoudite

"Nous n'abandonnerons jamais le travail en faveur de la paix," a déclaré le président américain aux côtés du chef de l'AP

  • Le président américain Joe Biden est reçu par le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, le 15 juillet 2022. (Crédit : MANDEL NGAN / AFP)
    Le président américain Joe Biden est reçu par le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, le 15 juillet 2022. (Crédit : MANDEL NGAN / AFP)
  • Le président américain Joe Biden quitte l'aéroport Ben Gurion en direction de Jérusalem, le 13 juillet 2022. (Crédit : Gil Cohen-Magen/Pool via AP)
    Le président américain Joe Biden quitte l'aéroport Ben Gurion en direction de Jérusalem, le 13 juillet 2022. (Crédit : Gil Cohen-Magen/Pool via AP)
  • Des drapeaux américain et saoudien flottent avant la visite du président américain Joe Biden, sur une place de Jeddah, en Arabie saoudite, le14 juillet 2022. (Crédit : AP/Amr Nabil)
    Des drapeaux américain et saoudien flottent avant la visite du président américain Joe Biden, sur une place de Jeddah, en Arabie saoudite, le14 juillet 2022. (Crédit : AP/Amr Nabil)
  • Le président américain Joe Biden lors de la cérémonie d'accueil à l'aéroport Ben Gourion près de Tel Aviv le 13 juillet 2022. (Crédit : Sraya Diamant/Flash90)
    Le président américain Joe Biden lors de la cérémonie d'accueil à l'aéroport Ben Gourion près de Tel Aviv le 13 juillet 2022. (Crédit : Sraya Diamant/Flash90)

Départ d’Air Force One pour un vol historique entre Israël et l’Arabie saoudite

Le président américain Joe Biden a quitté vendredi Israël à bord d’un premier vol direct vers l’Arabie saoudite, dernière étape de sa tournée au Moyen-Orient.

Air Force One a décollé dans l’après-midi de l’aéroport Ben Gurion de Tel-Aviv, où les président et Premier ministre israéliens Isaac Herzog et Yaïr Lapid ont salué M. Biden, et doit se poser en début de soirée à Jeddah dans l’ouest de l’Arabie saoudite.

A Jeddah vendredi, M. Biden rencontrera le roi Salmane et participera ensuite avec son équipe à des discussions avec MBS, dirigeant de facto du royaume, et des ministres saoudiens.

Joe Biden cherche à la fois à rester fidèle à sa défense des droits humains et à convaincre le royaume d’ouvrir les vannes de sa production. L’enjeu : abaisser le prix du gallon d’essence à l’approche des élections de mi-mandat aux Etats-Unis.

Samedi, M. Biden participera à un sommet des dirigeants des monarchies arabes du Golfe auquel assisteront également d’autres leaders arabes.

Une occasion d’ailleurs de pousser la normalisation engagée par Israël avec plusieurs pays arabes, dans le but de faire face à l’Iran, ce que n’a pas manqué de lui faire remarquer jeudi le Premier ministre israélien Yaïr Lapid.

Biden s’abstient de reconnaître Jérusalem-Est comme future capitale palestinienne

Le président américain Joe Biden et le président de l'Autorité palestinienne Mahmud Abbas se serrent la main après leurs déclarations aux médias dans le complexe présidentiel de Muqataa, dans la ville de Bethléem, en Cisjordanie, le 15 juillet 2022. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)
Le président américain Joe Biden et le président de l'Autorité palestinienne Mahmud Abbas se serrent la main après leurs déclarations aux médias dans le complexe présidentiel de Muqataa, dans la ville de Bethléem, en Cisjordanie, le 15 juillet 2022. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)

Le président américain Joe Biden s’est abstenu de reconnaître Jérusalem-Est comme la capitale d’un futur État palestinien, comme l’Autorité palestinienne avait insisté pour qu’il le fasse lors des discussions précédant la rencontre de Mahmoud Abbas avec le président américain, selon un responsable à Ramallah.

Au lieu de cela, Biden s’est contenté de dire que « Jérusalem est au cœur des visions nationales des Palestiniens et des Israéliens – de vos histoires, de vos croyances, de vos futurs. »

« Jérusalem doit être une ville pour tous ses habitants » où le statu quo est préservé sur ses lieux saints où la Jordanie conserve un rôle de gardien, a ajouté Biden.

« Dans toute cette terre sainte remplie de tant de lieux importants pour les musulmans, les chrétiens et les juifs, nous devons tous être libres de pratiquer notre foi. »

Bien qu’il ne reconnaisse pas Jérusalem-Est, son soutien aux frontières d’avant 1967, lorsque cette partie de la ville n’était pas sous contrôle israélien, semble représenter un soutien de facto à l’objectif palestinien, bien que l’AP ait espéré qu’il le dise plus explicitement.

Pour la première fois en tant que président, Biden soutient la solution à 2 Etats

Le président américain Joe Biden écoute le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas lors d'une déclaration commune dans la ville de Bethléem, en Cisjordanie, le 15 juillet 2022. (Crédit : AP Photo/Majdi Mohammed)
Le président américain Joe Biden écoute le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas lors d'une déclaration commune dans la ville de Bethléem, en Cisjordanie, le 15 juillet 2022. (Crédit : AP Photo/Majdi Mohammed)

Le président américain Joe Biden a appelé à une solution à deux États « le long des frontières de 1967 » avec des échanges territoriaux mutuellement convenus, pour la première fois en tant que président, lors d’une déclaration conjointe avec le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas à Bethléem.

« Le peuple palestinien mérite un État indépendant, souverain, viable et contigu », a déclaré Biden, se démarquant ainsi nettement de la proposition de paix de Trump, qui n’offrait aux Palestiniens qu’un État semi-contigu tout en permettant à Israël de conserver toutes ses implantations.

Dans de rares commentaires d’un président américain concernant le sort des Palestiniens, Biden a dit « savoir que l’objectif de deux États semble si lointain lorsque des indignités comme les restrictions de mouvement et de voyage ou l’inquiétude quotidienne concernant la sécurité de vos enfants sont réelles et immédiates ».

Biden a toutefois souligné que « le terrain n’est pas mûr en ce moment » pour relancer les négociations de paix entre Israël et les Palestiniens, mais affirme que son administration continuera à essayer de favoriser les progrès entre les deux parties.

Le président américain a demandé à Israël de prendre des mesures pour faciliter le quotidien des Palestiniens et a appelé les Palestiniens à mettre en œuvre des réformes de leur système politique et sociétal.

Biden appelle à faire « toute » la lumière sur la mort de Shireen Abu Akleh

Le président américain Joe Biden a plaidé vendredi pour que « toute » la lumière soit faite sur la mort de la journaliste américano-palestinienne Shireen Abu Akleh, tuée en mai dernier en couvrant une opération militaire israélienne en Cisjordanie.

Lors d’un point de presse commun avec le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas à Bethléem en Cisjordanie, M. Biden a rendu hommage au « travail vital » de la grande reporter de la chaîne du Qatar Al Jazeera.

« Il doit y avoir un horizon politique » pour les Palestiniens, affirme Biden

Le président américain Joe Biden rencontre le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas à Bethléem, le 15 juillet 2022. (Capture d'écran)
Le président américain Joe Biden rencontre le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas à Bethléem, le 15 juillet 2022. (Capture d'écran)

« Il doit y avoir un horizon politique pour le peuple palestinien », a déclaré vendredi le président américain Joe Biden, malgré le fait selon lui que les conditions n’étaient pas réunies à ce stade pour relancer les pourparlers de paix israélo-palestinien.

Lors d’un point de presse conjoint avec le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, M. Biden a appelé à ne pas « abandonner » l’idée d’une paix israélo-palestinienne et plaidé en faveur d’un Etat palestinien « indépendant » avec une « continuité territoriale », aux côtés d’Israël.

Aux côtés de Biden, Abbas dit tendre la main aux leaders d’Israël pour faire la paix

Le président américain Joe Biden est reçu par le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, le 15 juillet 2022. (Crédit : MANDEL NGAN / AFP)
Le président américain Joe Biden est reçu par le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, le 15 juillet 2022. (Crédit : MANDEL NGAN / AFP)

Lors d’une conférence de presse avec le président américain Joe Biden, le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a appelé à une solution à deux États et à des efforts accrus pour établir un État palestinien.

« Nous avons exprimé l’importance de rétablir les fondements de ce sur quoi le processus de paix était basé, la solution à deux États sur les frontières de 1967 », a dit Abbas, qui s’exprimait en arabe mais dont le discours était traduit simultanément en anglais.

« N’est-il pas temps que l’occupation prenne fin, et que notre peuple inébranlable gagne à nouveau sa liberté et son indépendance ? », a demandé Abbas.

La « clé pour assurer la paix dans notre région commence par la reconnaissance d’un État palestinien », a ajouté Abbas.

Abbas a déclaré que les Palestiniens « veulent que le consulat américain soit rouvert à Jérusalem-Est » et que les États-Unis retirent l’OLP de la liste américaine des organisations terroristes et rouvrent le bureau de l’OLP à Washington, « et nous sommes prêts à travailler dans un cadre de partenariat et de coopération pour y parvenir ».

Il a également évoqué la mort de la journaliste américano-palestinienne Shireen Abu Akleh, et demandé qu’Israël soit « tenu pour responsable. »

« L’opportunité d’une solution à deux États sur les frontières de 1967 n’est peut-être disponible qu’aujourd’hui, nous ne savons pas ce qui se passera à l’avenir », a conclu Abbas.

« Je profite de cette occasion pour dire que je tends la main aux dirigeants d’Israël pour faire la paix », sur la base de l’Initiative de paix arabe.

A la conférence de presse Abbas-Biden, une chaise vide pour Shireen Abu Akleh

Une chaise avec une affiche montrant la journaliste d'Al Jazeera Shireen Abu Akleh,lors de la conférence de presse conjointe du président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et du président américain Joe Biden à Bethléem, le 15 juillet 2022. (Crédit : MANDEL NGAN / AFP)
Une chaise avec une affiche montrant la journaliste d'Al Jazeera Shireen Abu Akleh,lors de la conférence de presse conjointe du président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et du président américain Joe Biden à Bethléem, le 15 juillet 2022. (Crédit : MANDEL NGAN / AFP)

Des journalistes attendant la conférence de presse du président américain Joe Biden et du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas ont laissé une chaise vide pour la journaliste américano-palestinienne Shireen Abu Akleh.

Akleh a été abattue en Cisjordanie en marge d’un raid de l’armée en mai. Les Palestiniens ont accusé Israël de l’avoir tuée, tandis qu’Israël a déclaré ne pas pouvoir tirer de conclusions définitives sur sa mort. Les Palestiniens ont fait pression sur Biden pour qu’il s’exprime plus fermement sur la mort d’Abu Akleh lors de sa visite.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a déclaré en début de semaine qu’il avait parlé avec la famille d’Abu Akleh et l’avait invitée à se rendre à Washington.

Nucléaire: l’Iran se dit encore « plus déterminé » à préserver ses intérêts après la visite de Biden en Israël

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, s'exprimant lors d'une conférence conjointe avec son homologue syrien, dans la capitale syrienne, Damas, le 2 juillet 2022. (Crédit: Louai Beshara/AFP)
Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, s'exprimant lors d'une conférence conjointe avec son homologue syrien, dans la capitale syrienne, Damas, le 2 juillet 2022. (Crédit: Louai Beshara/AFP)

L’Iran s’est déclaré vendredi encore « plus déterminé » à conserver ses intérêts dans tout accord sur le dossier nucléaire, après la signature d’un partenariat stratégique israélo-américain face à Téhéran lors de la visite du président américain Joe Biden en Israël.

« Nous ne négligerons jamais les droits inaliénables de la grande nation iranienne » dans le domaine nucléaire, a indiqué le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, sur Twitter, ajoutant que parvenir à un « bon accord » pour Téhéran est son objectif. « Le show de la Maison Blanche et du sionisme (ndlr Israël) nous rend plus déterminés », a-t-il ajouté.

Biden s’entretient avec le président de l’AP à Bethléem

Le président américain Joe Biden est reçu par le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, le 15 juillet 2022. (Crédit : MANDEL NGAN / AFP)
Le président américain Joe Biden est reçu par le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, le 15 juillet 2022. (Crédit : MANDEL NGAN / AFP)

Le président américain Joe Biden est arrivé au complexe présidentiel de la Muqata à Bethléem et est accueilli par une garde d’honneur et des interprétations des hymnes nationaux américain et palestinien.

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a reçu M. Biden et les deux dirigeants ont entamé leur réunion.

Biden et Abbas prononceront des déclarations communes à l’issue de leur entretien, après quoi Biden se rendra à l’église de la Nativité à Bethléem.

Biden annonce un don de 100 M de $ pour les hôpitaux palestiniens de Jérusalem-Est

Le président américain Joe Biden s'exprime lors d'une visite à l'hôpital Augusta Victoria à Jérusalem le 15 juillet 2022. (Crédit : MANDEL NGAN / AFP)
Le président américain Joe Biden s'exprime lors d'une visite à l'hôpital Augusta Victoria à Jérusalem le 15 juillet 2022. (Crédit : MANDEL NGAN / AFP)

Le président américain Joe Biden a déclaré, lors d’une visite à l’hôpital Augusta Victoria à Jérusalem-Est, que les Palestiniens et les Israéliens « méritent des mesures égales de liberté, de sécurité, de prospérité et de dignité, et que l’accès aux soins de santé lorsque vous en avez besoin est essentiel pour vivre une vie digne pour nous tous ».

Dans son discours, le président a fait l’éloge des infirmières et autres travailleurs de la santé qui fournissent des soins et de l’espoir aux malades, et promis 100 millions de dollars de la part des États-Unis en faveur des hôpitaux palestiniens de Jérusalem-Est.

« Les États-Unis continueront à travailler avec les dirigeants palestiniens et le gouvernement d’Israël, ainsi qu’avec tous nos partenaires internationaux, pour faire en sorte que le réseau hospitalier de Jérusalem-Est reste viable et disponible, et qu’il soit en mesure de fournir des soins de haute qualité que le peuple palestinien mérite », a ajouté M. Biden.

Le service de presse de la Maison Blanche arrive en Arabie Saoudite avant Biden

JEDDAH – Le service de presse de la Maison Blanche a atterri en Arabie saoudite avant l’arrivée du président américain Joe Biden dans la journée.

Biden termine un voyage de deux jours en Israël et en Cisjordanie avant de devenir le premier président américain à s’envoler directement d’Israël à Jeddah où il tiendra des réunions bilatérales avec les dirigeants saoudiens peu après son atterrissage et participera samedi à un sommet élargi du Conseil de coopération du Golfe, connu sous le nom de CCG+3.

Il tiendra également des réunions bilatérales avec les dirigeants de l’Irak, de l’Égypte et des Émirats arabes unis avant de reprendre l’avion pour les États-Unis samedi soir.

La température à Jeddah est de 35 degrés Celsius.

Biden visite l’hôpital Augusta Victoria à Jérusalem-Est

Le président américain Biden est arrivé à l’hôpital Augusta Victoria à Jérusalem-Est.

Lapid et Michaeli saluent la décision saoudienne d’ouvrir son espace aérien

La ministre des Transports Merav Michaeli assistant à la cérémonie d'ouverture de l'enquête sur les transports, à Tel Aviv, le 24 mai 2022. (Crédit: Avshalom Sassoni/Flash90)
La ministre des Transports Merav Michaeli assistant à la cérémonie d'ouverture de l'enquête sur les transports, à Tel Aviv, le 24 mai 2022. (Crédit: Avshalom Sassoni/Flash90)

Israël a salué vendredi la décision de l’Arabie saoudite d’ouvrir son espace aérien à « tous les transporteurs », y compris israéliens, une mesure qui va « renforcer » les relations entre l’Etat hébreu et des pays du Moyen-Orient, a indiqué sa ministre du Transport.

« C’est désormais officiel. Les vols israéliens seront autorisés dans l’espace aérien de l’Arabie saoudite (…) ce qui va permettre de renforcer les relations entre Israël et les autres pays du Moyen-Orient », a déclaré dans un communiqué Merav Michaeli.

Le Premier ministre intérimaire d’Israël, Yair Lapid, s’exprime lors d’une conférence de presse conjointe avec le président américain Joe Biden, à Jérusalem, le 14 juillet 2022. (Crédit : MANDEL NGAN/AFP)

Le Premier ministre israélien Yair Lapid a également réagi à sur l’ouverture de l’espace aérien de Ryad :

« Après un processus long et clandestin, et une diplomatie intensive avec l’Arabie saoudite et les États-Unis, nous nous réveillons ce matin avec une heureuse nouvelle. »

Lapid a salué le leadership saoudien pour le « premier pas » effectué et a assuré que le gouvernement « continuera à travailler sur ce sujet avec le soin qui s’impose ; pour l’économie israélienne, la sécurité israélienne et le peuple israélien. »

Il a remercié Biden, qui partira aujourd’hui, « pour son engagement en faveur de la force militaire et diplomatique d’Israël. »

 

Joe Biden attendu à Jérusalem Est et à Bethléem

Le président américain Joe Biden terminera sa visite en Israël ce matin par un déplacement à Jérusalem-Est et en Cisjordanie, avant de se rendre en Arabie saoudite.

À 10 h 30, M. Biden est attendu à l’hôpital Augusta Victoria, sur le mont des Oliviers à Jérusalem-Est, où il annoncera un financement de 100 millions de dollars pour le réseau hospitalier de Jérusalem-Est qui traite les Palestiniens.

Il se rendra ensuite à Bethléem pour rencontrer le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, à 11 h 30. Il devrait annoncer avec M. Abbas un ensemble de mesures visant à renforcer l’AP.

Biden retournera à l’aéroport Ben Gurion pour un vol de 15 h 30 à destination de Jeddah, mais il pourrait faire une brève halte en chemin à l’église de la Nativité de Bethléem, si le temps le permet.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...