Rechercher

Biden s’abstient de reconnaître Jérusalem-Est comme future capitale palestinienne

Jacob Magid est le correspondant du Times of Israël aux États-Unis, basé à New York.

Le président américain Joe Biden et le président de l'Autorité palestinienne Mahmud Abbas se serrent la main après leurs déclarations aux médias dans le complexe présidentiel de Muqataa, dans la ville de Bethléem, en Cisjordanie, le 15 juillet 2022. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)
Le président américain Joe Biden et le président de l'Autorité palestinienne Mahmud Abbas se serrent la main après leurs déclarations aux médias dans le complexe présidentiel de Muqataa, dans la ville de Bethléem, en Cisjordanie, le 15 juillet 2022. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)

Le président américain Joe Biden s’est abstenu de reconnaître Jérusalem-Est comme la capitale d’un futur État palestinien, comme l’Autorité palestinienne avait insisté pour qu’il le fasse lors des discussions précédant la rencontre de Mahmoud Abbas avec le président américain, selon un responsable à Ramallah.

Au lieu de cela, Biden s’est contenté de dire que « Jérusalem est au cœur des visions nationales des Palestiniens et des Israéliens – de vos histoires, de vos croyances, de vos futurs. »

« Jérusalem doit être une ville pour tous ses habitants » où le statu quo est préservé sur ses lieux saints où la Jordanie conserve un rôle de gardien, a ajouté Biden.

« Dans toute cette terre sainte remplie de tant de lieux importants pour les musulmans, les chrétiens et les juifs, nous devons tous être libres de pratiquer notre foi. »

Bien qu’il ne reconnaisse pas Jérusalem-Est, son soutien aux frontières d’avant 1967, lorsque cette partie de la ville n’était pas sous contrôle israélien, semble représenter un soutien de facto à l’objectif palestinien, bien que l’AP ait espéré qu’il le dise plus explicitement.

C’est vous qui le dites...