Birmanie : 137 ONG de 31 pays demandent à l’ONU un embargo sur les armes
Rechercher

Birmanie : 137 ONG de 31 pays demandent à l’ONU un embargo sur les armes

La Chine, l'Inde, Israël, la Corée du Nord, les Philippines, la Russie et l'Ukraine figurent parmi les pays fournisseurs d'armes

Un groupe de militants birmans résidant en Israël brandissent (de gauche à droite) le drapeau historique de la Birmanie (jusqu'en 1974), le drapeau du parti de la Ligue nationale pour la démocratie de la dirigeante évincée Aung San Suu Kyi, et le drapeau d'Israël, lors d'une manifestation devant l'ambassade du pays dans la ville côtière méditerranéenne de Tel Aviv, le 3 février 2021. (JACK GUEZ / AFP)
Un groupe de militants birmans résidant en Israël brandissent (de gauche à droite) le drapeau historique de la Birmanie (jusqu'en 1974), le drapeau du parti de la Ligue nationale pour la démocratie de la dirigeante évincée Aung San Suu Kyi, et le drapeau d'Israël, lors d'une manifestation devant l'ambassade du pays dans la ville côtière méditerranéenne de Tel Aviv, le 3 février 2021. (JACK GUEZ / AFP)

137 organisations non gouvernementales issues de 31 pays ont réclamé mercredi dans une lettre ouverte au Conseil de sécurité de l’ONU l’imposition en urgence d’un embargo sur les armes à l’égard de la Birmanie « afin de dissuader la junte de commettre de nouveaux abus ».

« Les gouvernements qui permettent l’acheminement d’armes en Birmanie – incluant la Chine, l’Inde, Israël, la Corée du Nord, les Philippines, la Russie et l’Ukraine – doivent immédiatement arrêter les livraisons d’armes, de munitions et d’équipements qui y sont liés », ajoutent ces ONG.

Parmi les pays cités, la Chine et la Russie (deux pays disposant d’un droit de veto), ainsi que l’Inde, membre non permanent depuis janvier, siègent au Conseil de sécurité.

« Compte tenu des atrocités de masse contre les Rohingyas, des décennies de crimes de guerre et du renversement du gouvernement élu, le moins que le Conseil de sécurité de l’ONU puisse faire est d’imposer un embargo mondial sur les armes vers la Birmanie », a souligné Kenneth Roth, directeur de l’ONG Human Rights Watch.

Le Conseil de sécurité de l’ONU « devrait aussi imposer des sanctions ciblées, des interdictions de voyages et des gels d’avoirs pour les dirigeants de la junte », réclament les signataires de la lettre parmi lesquelles figurent, outre HRW, des dizaines d’ONG asiatiques.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...