« Blanche-Neige » fait des vagues dans une école du Qatar
Rechercher

« Blanche-Neige » fait des vagues dans une école du Qatar

Un père d'un élève du SEK International School a dénoncé les phrases "indécentes" et les "insinuations sexuelles" du conte de fées

Blanche Neige de Marianne Stokes peint entre 1880-1890 (Crédit : Domaine public)
Blanche Neige de Marianne Stokes peint entre 1880-1890 (Crédit : Domaine public)

Un livre pour enfants sur le conte de fées de Walt Disney « Blanche-Neige et les Sept Nains » a été retiré de la bibliothèque d’une école du Qatar parce qu’il contenait des illustrations « indécentes », ont indiqué jeudi des journaux locaux.

Des responsables du Conseil suprême de l’éducation du Qatar ont ordonné ce retrait après une plainte émise par le père d’un écolier à la SEK International School, établissement espagnol basé dans la capitale Doha.

Ce parent a affirmé que la collection Penguin Kids du livre contenait des illustrations et des phrases « indécentes », ainsi que des « insinuations sexuelles », a rapporté le quotidien en arabe Al Sharq.

Le père a aussi assuré que les contenus en question allaient « clairement à l’encontre de la morale publique », a ajouté le journal.

Il a été impossible d’établir quelles images avaient pu choquer, mais la couverture du livre montre une « Blanche-Neige » souriante, portée par le prince qui parvient à la ranimer grâce à un baiser après qu’elle a mangé une pomme empoisonnée, a précisé le site web en anglais Doha News.

La proviseure de l’école Vivian Arif a déclaré à Doha News que l’établissement avait « agi immédiatement » après avoir reçu la plainte et qu’un tel incident ne se reproduirait plus.

« La SEK International School Qatar est fière d’être établie dans ce pays et présente ses excuses formelles pour une quelconque faute que cette situation non voulue a pu causer », a dit Mme Arif dans une déclaration.

Selon son site web, l’école a ouvert en septembre 2013, attirant plus de 150 enfants de 27 pays. Elle accueille des jeunes de 3 à 18 ans.

Il y a moins de deux semaines, le richissime émirat gazier du Qatar –un pays musulman conservateur– avait interdit la projection dans ses salles de cinéma du film « The Danish Girl » qui retrace l’histoire de la pionnière du mouvement transsexuel Lili Elbe.

Cette mesure avait été prise après que des internautes ont contesté le caractère « dépravé » du film.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...