Blanquer : 130 faits racistes dans les écoles dont environ 16 % sont antisémites
Rechercher

Blanquer : 130 faits racistes dans les écoles dont environ 16 % sont antisémites

Le ministre a condamné ceux qui « sous couvert de théorie de décolonisation réactivent le concept de race » et défini l’antisionisme comme le « nouveau masque de l'antisémitisme »

Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education quitte l'Elysée après une réunion, le 30 mai 2018 on May 30 (Crédit AFP PHOTO / Ludovic MARIN)
Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education quitte l'Elysée après une réunion, le 30 mai 2018 on May 30 (Crédit AFP PHOTO / Ludovic MARIN)

Ce jeudi, le ministre de l’Education français Jean-Michel Blanquer s’est rendu dans le collège Les Prunais de Villiers-sur-Marne, dans le Val-de-Marne, dans le cadre de la semaine de lutte contre le racisme et l’antisémitisme, a rapporté Le Figaro.

A cette occasion, le ministre s’est vu remettre les travaux d’une cinquantaine d’élèves réalisés lors d’ateliers consacrés à la Shoah, aux génocides, à l’antisémitisme et au racisme.

En juin 2017, le ministère de l’Education avait annoncé le lancement d’une nouvelle plateforme permettant aux enseignants de signaler des cas d’atteinte à la laïcité, ainsi que des incidents racistes ou antisémites.

Ce jeudi, le ministre a pour la première fois révélé les chiffres de cette plateforme. Il a indiqué que 130 faits racistes et antisémites au sein d’établissements scolaires avaient été signalés au ministère au premier trimestre 2019.

Parmi ces 130 faits, environ 16 % « ont un caractère antisémite », a expliqué le ministère, faisant état de « propos généraux et parfois diffus, de graffitis et dégradations, et le ciblage de personnes ».

Ces actes sont commis par des élèves à 51 % et des parents à 35 %. Quatre académies sont particulièrement concernées : Créteil, avec 30 % des faits signalés, Lille avec 15 %, Versailles 8 % et Grenoble 7 %.

« Nous ne sommes plus dans une logique défensive sur un phénomène qui serait mal mesuré. Nous sommes dans une logique offensive », a affirmé le ministre.

Jean-Michel Blanquer a également évoqué les contenus racistes publiés sur Internet, ce « vecteur de haine ». Il a condamné ceux qui « sous couvert de théorie de décolonisation réactivent le concept de race » et défini l’antisionisme comme le « nouveau masque de l’antisémitisme ». « Si l’on va à l’école, c’est pour s’émanciper. Tout adulte se doit d’intervenir lorsqu’il voit un élève persécuté », a-t-il ajouté.

En décembre dernier, une nouvelle plate-forme similaire a été lancée conjointement avec la Dilcrah (délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT). Sur celle-ci, 54 cas ont été signalés. 16 ont été classés sans suite et une trentaine ont donné lieu à l’intervention d’une équipe académique dédiée.

Le mois dernier, le ministre français de l’Intérieur s’est ému de la hausse de 74 % des actes antisémites dans le pays en 2018, à l’issue d’un week-end où plusieurs inscriptions anti-juives avaient été découvertes à Paris et où un arbre en mémoire d’Ilan Halimi avait été coupé près de Paris.

541 actes ont ainsi été recensés en France en 2018 contre 311 en 2017.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...