Rechercher

Brésil : Un journaliste s’excuse d’avoir dit que la Shoah engendrait la richesse

"Si nous tuons des tonnes de Juifs et nous approprions leur pouvoir économique, alors le Brésil deviendra riche", a déclaré Jose Carlos Bernardi en direct à la télévision

Jose Carlos Bernardi s'exprime dans l'émission brésilienne "Jornal Da Manhã", le 16 novembre 2021. (Crédit : Jovem Pan via JTA)
Jose Carlos Bernardi s'exprime dans l'émission brésilienne "Jornal Da Manhã", le 16 novembre 2021. (Crédit : Jovem Pan via JTA)

JTA – Un journaliste travaillant pour l’une des plus grandes chaînes de télévision du Brésil a présenté ses excuses pour avoir déclaré à la télévision mercredi que la seule façon pour son pays d’égaler la richesse de l’Allemagne était de tuer ses Juifs.

Jose Carlos Bernardi, un expert travaillant pour Jovem Pan, une station de radio et de télévision de droite, s’exprimait lors d’une discussion mardi sur une visite de l’ancien président brésilien Luis Inácio Lula da Silva en Allemagne.

Interrogé par la journaliste Amanda Klein sur la manière dont le Brésil pourrait atteindre le développement économique dont jouit l’Allemagne, Bernardi a répondu : « Ce n’est qu’en attaquant les Juifs que nous y arriverons. Si nous tuons des tonnes de Juifs et nous approprions leur pouvoir économique, alors le Brésil deviendra riche. C’est ce qui s’est passé avec l’Allemagne après la guerre. »

Les remarques de Bernardi ont provoqué un tollé de la part des critiques qui l’ont accusé d’inciter à la violence et de répéter des stéréotypes antisémites sur les Juifs et la richesse. Un procureur de Sao Paulo envisage d’inculper Bernardi pour incitation à la haine, selon le journal brésilien Jornal do Commercio.

Bernardi a publié un communiqué dans lequel il a présenté ses « excuses pour les propos malheureux » qu’il a tenus, précisant que son intention était d’aborder et de souligner l’injustice commise par l’Allemagne à l’égard des Juifs, et non de recommander cette action.

Jovem Pan a également présenté ses excuses pour ces remarques. La chaîne n’a pas répondu aux appels à licencier Bernardi.

Un législateur de droite au parlement de l’État brésilien de São Paulo, Antônio Campos Machado, a déclaré que son bureau avait mis fin à un contrat avec Bernardi, qui avait fourni des services de conseil à Campos Machado. « Il n’y a plus les conditions nécessaires » pour employer Bernardi, a écrit Campos Machado.

CONIB, le groupe de coordination des communautés juives brésiliennes, a déclaré que les remarques de Bernardi avaient causé « détresse et douleur » à de nombreux Juifs et a réitéré sa position contre la comparaison des questions politiques contemporaines à la Shoah.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...