Rechercher

Californie: Une responsable musulmane dénoncée par l’ADL pour des propos antisémites

Zahra Billoo a prôné, lors d'une conférence pro-palestinienne, de contrôler les "synagogues sionistes" ; l'ADL dénonce des propos vils, orduriers et complotistes

Zahra Billoo lors d'un discours, le 27 novembre 2021. (Capture d'écran/YouTube)
Zahra Billoo lors d'un discours, le 27 novembre 2021. (Capture d'écran/YouTube)

J. The Jewish News of Northern California via JTA — Une avocate et activiste dans la lutte en faveur des droits des musulmans a été vivement critiquée et accusée notamment d’antisémitisme par des organisations juives locales et nationales après un discours prononcé le 27 novembre.

Zahra Billoo dirige le bureau du CAIR – le conseil des relations américano-islamiques – à San Francisco.

Dans son discours, elle avait appelé les personnes qui s’étaient rassemblées pour assister à une conférence pro-palestinienne à Chicago de ne pas se focaliser uniquement sur l’extrême-droite mais aussi sur les « sionistes courtois », évoquant notamment l’ADL (Anti-Defamation League), Les JFNA (Jewish Federations), Hillel et « les synagogues sionistes ».

« Quand on parle d’islamophobie, nous pensons souvent aux fascistes violents », a déclaré Billoo.

« Mais je veux aussi que nous prêtions attention aux sionistes qui font preuve de courtoisie à notre égard. Ceux qui nous disent : ‘Rompons le pain ensemble’. »

« Mais ce ne sont pas nos amis », a-t-elle affirmé.

Dans cette allocution, faite lors de la conférence annuelle de l’organisation American Muslims for Palestine, Billoo a évoqué une campagne bien financée ayant pour objectif de renforcer l’islamophobie dans le monde entier, ainsi qu’un réseau interconnecté d’organisations pro-sionistes œuvrant à porter préjudice aux musulmans.

Elle a aussi répété une affirmation mensongère qui a circulé parmi certains groupes activistes de gauche selon laquelle « les agents de police, aux États-Unis, qui tuent des hommes, des femmes et des enfants afro-américains sont formés par l’armée israélienne ».

Ces propos dans leur ensemble ont été critiqués avec force par un certain nombre de groupes juifs qui ont déclaré qu’ils faisaient écho aux tropes antisémites laissant entendre que les Juifs exercerait un certain pouvoir et contrôle sur le monde.

Le directeur national de l’ADL Jonathan Greenblatt s’est insurgé contre ces paroles, évoquant « des propos vils, antisémites, orduriers, pétris de théories du complot qui s’attaquent à la communauté juive américaine mainstream« .

Le bureau de l’organisation Jewish Community Relations Council à San Francisco a aussi dénoncé ce discours dans un communiqué, évoquant une allocution « antisémite et déplorable qui cherche à diviser et à anéantir les efforts de coopération et de coexistence ».

Cet incident illustre l’écart politique qui sépare de nombreuses organisations juives aux États-Unis des activistes musulmans pro-palestiniens sur le sujet d’Israël, alors même qu’ils peuvent être d’accord sur d’autres sujets politiques comme le contrôle des armes, les droits des immigrants et la lutte contre le racisme.

Les paroles prononcées par l’avocate pro-palestinienne viennent aussi condamner non seulement le sionisme religieux de droite, pro-implantations, mais aussi les points de vue sionistes plus modérés qui sont largement adoptés au sein de la communauté juive américaine. Selon une récente enquête réalisée par Pew, approximativement huit Juifs américains sur dix disent avoir un lien avec Israël et que l’État d’Israël est important dans leur identité juive.

Billoo a expliqué, pendant son discours, qu’elle ne soutenait pas la solution à deux États au conflit israélo-palestinien. « Allah nous a promis la victoire », a-t-elle affirmé.

Billoo, membre du CAIR depuis 2009, est une avocate des droits civils renommée. Elle a fait des études de droit à l’UC Hastings ; elle apparaît dans des interviews télévisées et son nom est fréquemment évoqué dans les journaux.

Au cours des douze dernières années, elle a aidé à faire traduire en justice au civil Southwest Airlines, Abercrombie & Fitch et le département américain de la Justice et elle a été saluée pour son travail. Elle a établi un partenariat avec un groupe juif au cours d’au moins un événement qui avait été organisé en 2019.

En 2016, quelques semaines après l’élection de Donald Trump à la présidence, Billoo avait écrit sur Facebook : « Il va vous faire à vous, les musulmans, ce que Hitler avait fait aux Juifs. »

En 2019, Billoo avait été l’une des quelques organisatrices de la Women’s March à quitter le mouvement – volontairement ou non – suite à des accusations d’animosité à l’encontre d’Israël et plus largement d’antisémitisme. Elle avait été renvoyée suite à des critiques de l’ADL et d’autres qui avaient dénoncé un tweet de 2015 dans lequel elle avait écrit : « J’ai plus peur des sionistes racistes qui soutiennent un Israël de l’apartheid que des jeunes mentalement dérangés qui sont recrutés par le FBI pour rejoindre l’EI. »

Billoo et le bureau national du CAIR n’ont pas répondu à une demande de commentaire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...