Cameron exige que Corbyn renonce à ses « amis », le Hamas et le Hezbollah
Rechercher

Cameron exige que Corbyn renonce à ses « amis », le Hamas et le Hezbollah

Sont-ils vos amis ou non ? a demandé le Premier ministre britannique au leader de l'opposition, qui affirme que ses remarques précédentes n’étaient « pas une approbation » des groupes islamistes ; le Labour suspend deux conseillers pour antisémitisme

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Le Premier ministre britannique, David Cameron, devant le 10 Downing Street à Londres, le 27 février 2014. (Crédit : Carl Court/AFP)
Le Premier ministre britannique, David Cameron, devant le 10 Downing Street à Londres, le 27 février 2014. (Crédit : Carl Court/AFP)

Le Premier ministre britannique, David Cameron, a publiquement demandé mercredi que le chef de l’opposition, Jeremy Corbyn, qui dirige un parti Travailliste aux prises actuellement avec des accusations répétées d’antisémitisme dans ses rangs, renonce à son amitié déclarée avec le groupe terroriste palestinien Hamas et l’organisation libanaise du Hezbollah, qui ont tous deux juré la destruction d’Israël.

La confrontation animée entre les deux chefs de parti a eu lieu pendant les Questions du Premier ministre, une séance hebdomadaire de la Chambre des communes au cours de laquelle le Premier ministre répond aux questions des députés.

Cameron est revenu à plusieurs reprises sur la tempête en cours au sujet de l’antisémitisme au Labour, et a demandé des éclaircissements à Corbyn sur les deux groupes terroristes, revisitant un commentaire que ce dernier a fait lorsqu’il était député sans fonction ministérielle. Il avait alors invité « nos amis » du Hamas et du Hezbollah à prendre la parole lors d’un événement au Parlement.

« Il a fait allusion au Hamas et au Hezbollah comme étant ses amis. Il doit retirer cette remarque », a déclaré Cameron au sujet du chef de l’opposition, assis de l’autre côté de la Chambre.

« Sont-ils vos amis, ou non ? Parce que ces organisations, dans leurs constitutions, croient à la persécution et à l’extermination des Juifs … non seulement en Israël, mais dans le monde entier », a poursuivi le Premier ministre.

« Ce sont des organisations antisémites, ce sont des organisations racistes ».

« Il doit prendre ses responsabilités et dire qu’ils ne sont pas ses amis ».

Corbyn, en réponse, a dénoncé l’antisémitisme, et plus tard a dit que ses commentaires sur le Hamas et le Hezbollah n’étaient « pas une approbation » de ces deux organisations.

« De toute évidence, toute personne qui commet des actes racistes ou antisémites ne figure pas parmi mes amis », at-il dit. « Je suis très clair à ce sujet ».

Alors que l’échange entre Cameron et Corbyn a couvert diverses questions de politique, le Premier ministre a saisi l’occasion dans ses réponses sur d’autres sujets de revenir à la question des membres du parti Travailliste faisant des commentaires antisémites, racistes et anti-Israël sur les médias sociaux.

Il a également exigé des éclaircissements au sujet du Hamas et du Hezbollah.

Jeremy Corbyn, chef de l'opposion britannique donne un discours depuis un bus à deux étages du parti Communiste de Grande-Bretagne (Marxiste-Léniniste), à Londres, le 1er mai 2016. (Crédit : AFP / JUSTIN TALLIS)
Jeremy Corbyn, chef de l’opposion britannique donne un discours depuis un bus à deux étages du parti Communiste de Grande-Bretagne (Marxiste-Léniniste), à Londres, le 1er mai 2016. (Crédit : AFP / JUSTIN TALLIS)

Prenant la parole lors d’un événement du 1er mai, dimanche, Corbyn avait rejeté les appels à ce qu’il dénonce des contacts avec les groupes terroristes du Hamas (décision saluée par un porte-parole du groupe terroriste palestinien) et du Hezbollah, tout en répétant sa déclaration que le parti Travailliste est contre l’antisémitisme.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...