Canada: pas de changement de date du scrutin pour accommoder une fête religieuse
Rechercher

Canada: pas de changement de date du scrutin pour accommoder une fête religieuse

Le 21 octobre, date des élections législatives au Canada, tombe en même temps que la fête juive de Chemini Atseret, ce qui pourrait empêcher de voter 75 000 juifs orthodoxes

Un drapeau canadien flotte au vent à Toronto, Ontario, Canada, le 25 juillet 2016. (Vaughn Ridley/Getty Images/JTA)
Un drapeau canadien flotte au vent à Toronto, Ontario, Canada, le 25 juillet 2016. (Vaughn Ridley/Getty Images/JTA)

L’organisme indépendant chargé d’organiser les élections législatives du 21 octobre au Canada a recommandé lundi au gouvernement de ne pas changer la date du scrutin qui coïncide avec une fête religieuse juive.

Une candidate juive orthodoxe, qui représentera le parti conservateur dans une circonscription de Toronto, Chani Aryeh-Bain, et un militant politique juif orthodoxe, Ira Walfish, avaient demandé le report de l’élection au 28 octobre.

Ils avaient contesté devant la Cour fédérale du Canada la décision du directeur général des élections du Canada, Stéphane Perrault, de ne pas changer la date prévue du scrutin, faisant valoir que celle-ci tombait en même temps que la grande fête juive de Chemini Atseret.

Ils invoquaient également le fait que lors de cette fête, la loi juive interdit aux pratiquants de voter.

Concrètement, arguaient-ils, cela reviendrait à enfreindre les droits fondamentaux de quelque 75.000 juifs orthodoxes, garantis par la Charte canadienne des droits et libertés.

La Cour fédérale avait demandé la semaine dernière au directeur général d’Elections Canada de réexaminer sa décision.

Dans sa réponse d’une dizaine de pages rendue publique lundi, M. Perrault note qu’il devait « trouver un équilibre entre le degré d’atteinte aux droits des juifs pratiquants et l’objectif (…) de tenir une élection équitable et accessible pour tous les Canadiens ».

« Il n’existe pas de date parfaite pour tenir une élection, surtout dans un pays aussi diversifié que le Canada. Il y aura toujours des Canadiens qui ne pourront pas voter le jour de l’élection », souligne-t-il.

Néanmoins, les juifs pratiquants peuvent exercer leur droit de vote par anticipation ou par bulletin spécial, envoyé par la poste ou rempli en personne dans un bureau d’Elections Canada, ajoute-t-il.

« Après avoir examiné attentivement les répercussions de la tenue de l’élection le 21 octobre sur la capacité des juifs pratiquants à participer au processus électoral, et compte tenu de ma responsabilité d’assurer un vote accessible à tous les Canadiens, j’en conclus qu’il n’est pas souhaitable de changer la date de l’élection générale à un stade aussi avancé ».

La population juive orthodoxe se concentre en milieu urbain, dans 36 des 338 circonscriptions fédérales, selon le recensement canadien de 2016.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...