Canada : un suspect accusé de tentative de meurtre après l’agression d’un prêtre
Rechercher

Canada : un suspect accusé de tentative de meurtre après l’agression d’un prêtre

Un prêtre âgé de 77 ans a été blessé à l'arme blanche en pleine messe vendredi à Montréal – un "geste isolé" commis par un homme connu de la police et rapidement interpellé

Le prêtre catholique Claude Grou lors d'une conférence de presse, le 1er mars 2019, consacrée au travail à effectuer à l'Oratoire Saint-Joseph de Montréal. (Crédit photo : Sébastien St-Jean / AFP)
Le prêtre catholique Claude Grou lors d'une conférence de presse, le 1er mars 2019, consacrée au travail à effectuer à l'Oratoire Saint-Joseph de Montréal. (Crédit photo : Sébastien St-Jean / AFP)

Un prêtre âgé de 77 ans a été blessé à l’arme blanche en pleine messe vendredi à l’oratoire Saint-Joseph de Montréal, un « geste isolé » commis par un jeune homme connu des services de police, qui a été rapidement interpellé.

Le père Claude Grou, recteur de l’oratoire catholique, haut lieu touristique de la ville québécoise et plus grande église du Canada, a été légèrement blessé lors de l’agression. Il a été hospitalisé pour des « lacérations », selon la police, avant de quitter l’hôpital vendredi soir.

L’homme devait s’octroyer quelques jours de repos avant de reprendre ses fonctions, a indiqué l’Oratoire dans un communiqué samedi, précisant que ses blessures étaient « superficielles ». 

« Ma santé est bonne et je me remets de mes émotions », a indiqué le prêtre dans un message, remerciant ceux qui lui ont exprimé leur soutien et déclarant prier « pour que l’Oratoire Saint-Joseph reste un lieu d’accueil, de prière et de calme comme il l’a été depuis plus de 100 ans ».

Par mesure de précaution, la sécurité sera renforcée au cours des prochaines semaines à l’Oratoire, a indiqué sa directrice des communications Céline Barbeau.

« Il s’agit d’un geste isolé, rien n’a été revendiqué, il n’y a rien qui touche au terrorisme dans cet événement-là », avait indiqué à l’AFP la porte-parole de la police de Montréal, Caroline Chèvrefils.

L’agresseur est un homme de 26 ans, connu des services de police, dont l’identité ou les motivations n’ont pas été révélées.

Une voiture de police devant l’Oratoire Saint-Joseph de Montréal, le 22 mars 2019, suite à l’agression contre le prêtre catholique Claude Grou lors d’une messe diffusée en direct. (Crédit photo : Sébastien St-Jean / AFP)

Il a comparu samedi après-midi par vidéoconférence devant la chambre criminelle de la cour du Québec à Montréal, selon la même source. Lors de la séance, il a été formellement accusé de tentative de meurtre et de voies de fait avec arme. Il a été maintenu en détention dans l’attente d’une nouvelle comparution lundi.

Le suspect s’en est pris au prêtre pendant la messe de 08H30 à laquelle assistaient une soixantaine de personnes. Comme chaque matin, cette messe était retransmise en direct sur la chaîne catholique Sel et Lumière, qui diffuse sur satellite et sur internet, selon son site.

La chaîne CTV a diffusé des images de l’agression : on y voit un jeune homme armé d’un couteau, portant une parka et une casquette de base-ball, pourchasser le père Grou devant l’autel et le frapper, le faisant tomber à terre. Des cris s’élèvent de l’assistance.

Le prêtre se relève rapidement, tandis que l’agresseur est maîtrisé par des agents de sécurité de l’oratoire. Quelques minutes plus tard, la police, prévenue par des témoins, arrive sur place et interpelle le suspect.

« Geste horrible »

Selon une assistante de messe bénévole interrogée par Radio-Canada, l’agresseur est un homme « blanc » de grande taille.

« Je l’ai vu dégainer son couteau et, en courant, s’en aller vers le père », a témoigné Adèle Plamondon. « Quand j’ai vu ça, je suis sortie en hurlant pour aller à la sacristie alerter la sécurité. Ils sont venus en courant. »

Jean-François Lefèbvre, un ouvrier qui travaillait devant l’oratoire, a assisté à l’arrivée de la police.

« Je trouve ça dommage, dans des lieux si paisibles, particulièrement parce que nous avons deux millions de touristes qui viennent annuellement à l’oratoire », a-t-il déclaré à l’AFP.

« Dans la perspective de ce qui s’est passé à Christchurch, tous les lieux de culte peuvent être visés », a-t-il ajouté, en référence à l’attaque de deux lieux de culte musulmans qui a fait 50 morts en Nouvelle-Zélande la semaine dernière.

Le Premier ministre du Canada, Justin Trudeau, lors d’une réunion entre les Premiers ministres des provinces canadiennes à Montréal, le 7 décembre 2018. (Crédit photo : MARTIN OUELLET-DIOTTE / AFP)

« Quelle attaque terrible ce matin à l’oratoire St-Joseph », a réagi le Premier ministre Justin Trudeau sur Twitter. « Père Claude Grou, les Canadiens sont avec vous et vous souhaitent un prompt rétablissement. »

« Nous sommes tous en état de choc devant un acte de violence qui se déroule chez nous dans un endroit dédié à la paix », a pour sa part regretté l’archevêque de Montréal, Christian Lépine, dans un communiqué.

« Nous savons que les lieux de culte de différentes religions sont des cibles d’actes de violence », a-t-il reconnu.

L’oratoire Saint-Joseph domine Montréal du haut de sa montagne, comme le Sacré-Coeur surplombe Paris, et attire chaque année environ deux millions de visiteurs.

Le sanctuaire a été fondé par Frère André, Alfred Bessette pour l’état-civil, qui a consacré sa vie à aider les malades et à promouvoir la dévotion à Saint-Joseph. Il a été canonisé par le pape Benoît XVI en octobre 2010.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...