Rechercher

Ce que l’on sait sur la mutation AY4.2 du variant Delta

Selon le ministère de la Santé, ce sous-variant identifié de prime abord au Royaume-Uni ne serait pas plus mortel ou plus résistant au vaccin ; il y quelques cas en Israël

Qu'est-ce que le variant "Delta Plus" ? (Crédit :  AP Illustration/Peter Hamlin)
Qu'est-ce que le variant "Delta Plus" ? (Crédit : AP Illustration/Peter Hamlin)

Le ministère israélien de la Santé a indiqué que le sous-variant AY4.2 – une mutation du variant Delta du coronavirus – semblait être légèrement plus contagieux mais pas davantage mortel que le variant original.

Le premier cas de AY4.2 a été identifié au sein de l’État juif la semaine dernière, chez un enfant qui revenait de Moldavie.

Samedi, la Treizième chaîne a cité le ministère qui a indiqué que les enquêtes initiales avaient établi que ce nouveau sous-variant était à 15 % plus contagieux que Delta. Toutefois, il ne semble pas être plus meurtrier et il n’est pas résistant au vaccin.

Le variant Delta lui-même était beaucoup plus contagieux que la souche originale du coronavirus.

Le ministère a précisé n’avoir découvert que six cas d’AY4.2 qui venaient de l’étranger, et qu’il n’a pas encore constaté de propagation locale. Pour cette raison, aucune précaution nouvelle n’est nécessaire pour le moment, a-t-il poursuivi.

Le sous-variant AY4.2 a été identifié par des scientifiques britanniques, le mois dernier.

Parce qu’elle ne suscite pas d’inquiétude ou de préoccupation particulières, cette mutation n’a pas encore été nommée officiellement à l’aide d’une lettre de l’alphabet grec, comme cela a été le cas avec d’autres variants plus alarmants.

Les scientifiques contrôlent ses capacités de propagation rapide et son potentiel meurtrier par rapport aux versions précédentes de la maladie. Dans une étude récente, des responsables britanniques ont fait savoir que ce variant représentait 6 % de tous les cas analysés dans le pays et qu’il était sur « une trajectoire ascendante ».

Une employée du Magen David Adom prépare un vaccin COVID-19. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le variant affiche deux mutations dans la protéine Spike qui aide le virus à envahir les cellules de l’organisme. Ces changements ont aussi été constatés dans d’autres versions du virus depuis le début de la pandémie, mais ils ne sont pas allés loin, commente Francois Balloux, directeur de l’Institut génétique au sein de l’University College London.

Le variant Delta reste, « et de loin, le variant dominant en termes de circulation mondiale » a déclaré Maria Van Kerkhove, à la tête de l’équipe de réponse technique à la pandémie de COVID-19 au sein de l’Organisation mondiale de la Santé, au cours d’une session publique qui a eu lieu cette semaine.

« Delta domine mais Delta évolue également », a-t-elle ajouté, notant que plus le virus circulait, plus il avait de chance de muter.

L’agence de la santé de l’ONU traque actuellement 20 variations de Delta. La mutation AY.4.2 « fait partie de celles à observer parce que nous devons continuellement garder un œil sur la manière dont change le virus », a continué Van Kerkhove.

Aux États-Unis, le variant Delta représente presque tous les nouveaux cas de COVID-19. Le variant AY4.2 a été détecté « à l’occasion » mais il ne suscite pas d’inquiétude pour le moment, ont confié des responsables de la santé américains.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...