Chants racistes contre un joueur du Beitar ; le propriétaire envisage de partir
Rechercher

Chants racistes contre un joueur du Beitar ; le propriétaire envisage de partir

La police a arrêté 4 supporters du club de foot, qui ont scandé des chants racistes contre le milieu de terrain nigérian Ali Mohamed

Des supporters du Beitar Jerusalem scandent des slogans contre Ali Mohamed durant un match d'entraînement, le 10 juillet 2019. (Crédit : Twitter)
Des supporters du Beitar Jerusalem scandent des slogans contre Ali Mohamed durant un match d'entraînement, le 10 juillet 2019. (Crédit : Twitter)

Le propriétaire du club de football Beitar Jerusalem a suggéré qu’il pourrait quitter le club après que des chants racistes ont été scandés par des fans contre un nouveau joueur dont le prénom a une consonance musulmane.

Quelque 4 000 supporters du Beitar ont assisté mardi au premier match d’entraînement de la pré-saison, pendant lequel le milieu de terrain nigérian Ali Mohamed a participé, après avoir été transféré.

Des vidéos de l’entraînement montrent plusieurs fans vêtus aux couleurs du Beitar – noir et jaune – chanter « Mohamed est mort » et « Ali est mort ».

La police a arrêté quatre personnes pour avoir scandé des slogans racistes, lancés des grenades fumigènes, troubles à l’ordre public et pour avoir fait voler un drone sans permis.

Le nouveau joueur du Beitar Ali Mohamed. (Crédit : Facebook)

Après l’entraînement, le Beitar a émis un communiqué condamnant les chants et déclaré que Moshe Hogeg réfléchissait à son avenir au sein de l’équipe.

Hogeg, entrepreneur du secteur du high-tech, a déclaré qu’après avoir racheté le club en août, il espérait la mettre sur une « nouvelle voie » et que la religion ne soit plus un facteur dans les décisions du personnel.

Après avoir signé le transfert de Mohammed, qui se revendique chrétien, Hogeg avait expliqué avoir reçu des menaces par téléphone, indiquant ne pas être inquiet pour autant et ne pas se sentir concerné par l’origine ou la religion de Mohamed.

Il a promis de poursuivre devant les tribunaux tous ceux qui le menaceraient et a pris la défense de sa recrue nigérienne.

Le Beitar, l’une des meilleurs équipes de football du pays, est connu pour ses antécédents anti-arabes et anti-musulmans, et est le seul club israélien à n’avoir jamais eu de jouer arabe musulman.

Les responsables de l’équipe avaient indiqué par le passé qu’il s’agissait d’une politique tacite au sein du club.

Moshe Hogeg, homme d’affaires israélien et propriétaire du club de football du Beitar Jerusalem, au mur Occidental, dans la vieille ville de Jérusalem, le 13 août 2018. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

L’équipe a tenté ces derniers temps de redorer son image, et en 2017, elle a reçu une distinction de la part du président israélien Reuven Rivlin pour ses efforts visant à éliminer le racisme et pour la baisse significative du nombre de chants racistes durant les matchs.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...