Israël en guerre - Jour 235

Rechercher

Chaos à Ben Gurion : Des bagages attendus pendant des heures

Les autorités aéroportuaires ont affirmé qu'elles s'efforçaient de résoudre le problème, tandis que le syndicat invoque un manque de personnel et réfute toute intention de grève

Illustration : La zone de réclamation des bagages, à l'aéroport Ben Gurion, en avril 2018. (Crédit : Moshe Shaï/Flash90)
Illustration : La zone de réclamation des bagages, à l'aéroport Ben Gurion, en avril 2018. (Crédit : Moshe Shaï/Flash90)

Les voyageurs ont subi vendredi des retards de vol et de longues attentes de bagages à l’aéroport Ben Gurion, apparemment en raison d’un manque de personnel et d’un trop grand nombre de vols au plus fort de la saison estivale, bien qu’une information non vérifiée ait également attribué le ralentissement à une action syndicale sauvage.

Les retards ont créé une atmosphère de chaos à l’intérieur de l’aéroport, les voyageurs piqués au vif cherchant à récupérer leurs effets personnels ou à obtenir des réponses. Beaucoup sont partis sans leurs bagages, tandis que d’autres ont fini par se frayer un chemin jusqu’à une zone du tarmac où ils ont trouvé des bagages restés immobiles.

L’Autorité aéroportuaire israélienne (IAA) a reconnu un « retard temporaire » dans le déchargement et le chargement des bagages des avions, qu’elle a déclaré s’efforcer de résoudre. Dans un communiqué publié vendredi après-midi, l’IAA a déclaré qu’elle s’attendait à ce que la question soit « bientôt résolue ».

Le syndicat des travailleurs de l’aéroport a attribué ces problèmes à un manque de main d’œuvre tout en niant que les retards étaient le résultat d’un ralentissement destiné à protester contre les conditions de travail.

Cependant, la Douzième chaîne a rapporté que les bagagistes avec lesquels elle s’est entretenue ont confirmé que le ralentissement était probablement une protestation intentionnelle après des années de demandes sans réponse pour de meilleures conditions. La chaîne a qualifié l’action de « grève d’avertissement », bien que de telles actions doivent généralement être déclarées dans le cadre d’un conflit de travail officiel.

« Il y a des centaines de personnes près de chaque tapis roulant et elles ne travaillent tout simplement pas », a déclaré Harel Cohen, un habitant de Raanana, au site d’information Ynet. « Certaines personnes ici pensent qu’il y a peut-être une grève. »

Selon Cohen, des centaines de voyageurs ont attendu pendant une heure près du tapis roulant avant que l’IAA ne les informe du retard.

« Cela fait déjà deux heures que nous attendons ici, c’est fou », a déclaré une passagère en provenance d’Italie à la Douzième chaîne.

Elle a ajouté que le personnel de l’aéroport avait commencé à distribuer de l’eau aux passagers.

« Les gens ont abandonné et ont simplement laissé leurs valises, d’autres ont essayé d’aller sur le tarmac et de chercher leurs valises », a déclaré à Noam, un autre arrivant qui a attendu deux heures, à la chaîne publique israélienne Kan.

Roni, qui revient d’un voyage en Géorgie, a déclaré à Ynet qu’il avait renvoyé sa fille chez elle après qu’elle fut venue le chercher à l’aéroport.

« Je l’ai renvoyée parce que je me suis rendu compte que cela prendrait du temps. Nous prendrons un taxi », a-t-il déclaré.

« El Al nous a suggérés de ne pas rentrer chez nous, arguant qu’il nous serait difficile de récupérer nos affaires, alors nous attendons même si aucun des tapis roulants ne fonctionne », a-t-il ajouté.

Plus tard, des passagers ont semblé pénétrer dans une zone du tarmac où ils ont découvert des chariots remplis de leurs sacs.

Malgré les retards, un porte-parole de l’IAA a déclaré au site d’information Walla que les passagers pouvaient continuer à s’enregistrer comme d’habitude afin de s’assurer un départ rapide dès que les vols reprendraient.

En début d’année, les autorités israéliennes ont également attribué le manque de personnel aux retards prolongés des voyageurs non-israéliens au contrôle des passeports.

Il y a plus de dix ans, en 2011, Israël avait identifié un besoin urgent d’un autre aéroport international qui permettrait de décongestionner l’aéroport Ben Gurion, mais il a eu du mal à mettre en œuvre cette décision.

Selon l’Autorité de l’aviation civile israélienne, l’aéroport Ben Gurion atteindra sa capacité maximale de 40 millions de passagers et 250 000 vols par an d’ici 2029.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.