Chorale de Yom HaAtzmaout : Les parents endeuillés crient au scandale
Rechercher

Chorale de Yom HaAtzmaout : Les parents endeuillés crient au scandale

La ministre de la Culture insiste sur le fait que les principales organisations militaires ont insisté pour que toutes les familles participent à une cérémonie commune

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Miri Regev, ministre de la Culture et des Sports, à la Knesset, le 26 avril 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Miri Regev, ministre de la Culture et des Sports, à la Knesset, le 26 avril 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Un groupe de parents endeuillés de soldats de Tsahal morts au combat ont envoyé une lettre dimanche à Miri Regev, ministre de la Culture et des Sports, l’implorant de reconsidérer la décision de supprimer leur chorale de la cérémonie populaire d’allumage des flambeaux qui lance les célébrations du Jour de l’Indépendance d’Israël.

Quelque 300 parents ont signé la missive de l’organisation Or Lamishpachot (Une lumière pour les familles), qui apporte un soutien social aux familles endeuillées, exprimant leur déception que la représentation ait été annulée, a rapporté Hadashot.

« Depuis que la décision d’annuler notre participation à la mémoire de nos chers et bien-aimés fils a été connue, et sans aucune explication ou justification, nous ressentons cela comme une véritable insulte », ont écrit les parents. « Le sentiment est qu’une décision concernant les parents endeuillés peut être changée d’un geste de la main, sans aucune justification morale ou éthique ».

Dans un message sur Facebook en réponse à la lettre, Regev a indiqué que la prestation de la chorale a été annulée sur l’avis de deux des principales organisations militaires du pays, Yad Lebanim et l’Organisation des veuves et orphelins de Tsahal, qui préfèrent que toutes les familles endeuillées soient représentées ensemble.

Des soldats israéliens célèbrent la cérémonie officielle du 69e anniversaire de l’indépendance d’Israël au Mont Herzl, Jérusalem, le 1er mai 2017. (Hadas Parush/Flash90)

« J’ai décidé d’accepter la position des organisations représentatives afin de ne pas être mêlée à un débat qui n’est pas le mien », a-t-elle dit. « Lors de la cérémonie, il y aura une représentation digne et respectueuse des familles endeuillées que j’aime et respecte. »

La ministre a inclus dans son message sur Facebook une lettre qu’elle a reçue des directeurs du Yad Lebanim et de l’organisation des veuves, dans laquelle ils expliquaient qu’étant donné que plusieurs groupes indépendants au service des familles endeuillées avaient chacun demandé une place à la cérémonie, ils recommandaient plutôt une représentation commune et unitaire pour toutes les familles endeuillées.

« Nous, les organisations représentant les familles endeuillées dans le pays…. avons décidé de renoncer à la représentation des parents endeuillés et des veuves de Tsahal à la cérémonie d’allumage des flambeaux en faveur des familles réunies, et à la lumière du fait qu’il y a d’autres parents endeuillés qui souhaitaient participer à la cérémonie », a écrit le directeur.

« La participation de la chorale des parents n’est pas seulement un événement musical », écrivent les parents. « C’est un spectacle et une participation qui symbolise le lien et la continuité de la présence des garçons lors d’une cérémonie qui n’existerait pas sans eux, comme ne pourrait le faire l’État d’Israël ».

Le chœur Or Lamishpachot aurait été invité à chanter pendant la cérémonie, mais la semaine dernière, l’offre a été annulée.

Regev, dont le ministère est responsable de l’organisation de l’événement, a ajouté : « J’ai essayé de ne pas m’impliquer dans le conflit entre les organisations, par respect pour chacune d’entre elles ».

La cérémonie d’allumage des flambeaux pour le 70e anniversaire de l’Indépendance d’Israël, qui aura lieu cette année dans la soirée du 1er mai, a déjà fait l’objet d’une controverse.

En novembre dernier, Hadashot a rapporté que le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait annulé un discours prévu lors de l’événement, et en janvier, les médias israéliens ont déclaré que Regev avait ordonné qu’un chanteur de gauche soit exclu du spectacle, ce que la ministre a ensuite démenti.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...