Cinq chefs de la secte ultra-orthodoxe Lev Tahor arrêtés au Mexique
Rechercher

Cinq chefs de la secte ultra-orthodoxe Lev Tahor arrêtés au Mexique

L'opération impliquant Interpol et le FBI a eu lieu alors que la police de New York cherche encore les deux enfants d'une mère ayant fui le mouvement

Jeunes filles ultra orthodoxes portant des vêtements similaires aux filles de la secte Lev Tahor, marchant dans le quartier de Mea Shearim à Jérusalem. Illustration. (Crédit : Yaakov Naumi/Flash90)
Jeunes filles ultra orthodoxes portant des vêtements similaires aux filles de la secte Lev Tahor, marchant dans le quartier de Mea Shearim à Jérusalem. Illustration. (Crédit : Yaakov Naumi/Flash90)

JTA — Cinq chefs de Lev Tahor, une secte orthodoxe haredi marginale, ont été arrêtés au Mexique.

Leurs arrestations sont le résultat d’une opération conjointe entre Interpol et le FBI, a fait savoir mercredi Yeshiva World News. Le groupe a dû répondre des accusations d’enlèvement, d’abus sexuels et de violences sur enfants.

Parmi les individus appréhendés, Nachman Helbrans, fils de l’ancien chef de la secte Shlomo Helbrans, qui s’était noyé au Mexique en 2017. Nachman Helbrans, qui est dorénavant à la tête de Lev Tahor, serait encore plus radical et agressif que son père, selon YWN.

Le groupe a été accusé la semaine dernière d’avoir enlevé deux enfants qui, a fait savoir mercredi le New York Post, étaient ceux de la fille du fondateur, Sara Helbrans. Les enfants assistaient à un événement thérapeutique en compagnie d’autres personnes ayant fui la secte.

Sara Helbrans l’avait quittée le 5 octobre avec trois de ses six enfants. Les trois autres avaient été retrouvés et lui ont été rendus 10 jours plus tard. Son époux, pour sa part, avait été placé en détention.

Samedi 8 décembre, ses deux enfants adolescents, Yante et Chaim, restés loyaux envers la secte, ont disparu de l’événement organisé dans les Catskills.

Yante Teller (à gauche) et Chaim Teller. (Police de l’Etat de New York)

Helbrans avait déposé une requête auprès du tribunal des affaires familiales de Brooklyn demandant la garde de ses enfants et à être protégée de son époux.

« J’ai très peur actuellement de la secte et de ce que pourraient maintenant faire le père des enfants et d’autres alors que nous ne nous trouvons plus sous leur pouvoir et sous leur manipulation », avait-elle écrit dans la requête adressée au tribunal, selon le New York Post.

Toujours selon le journal, un responsable du groupe s’était rendu à Brooklyn et avait déposé une contre-requête au nom de Yante réclamant son émancipation et dénonçant des abus présumés de la part de sa mère.

Des membres de la secte juive Lev Tahor quittent la ville guatémaltèque de San Juan La Laguna après leur expulsion en août 2014. (Crédit : capture d’écran YouTube)

La secte Lev Tahor, qui compte environ 230 membres, s’est installée au Guatemala après qu’elle a été contrainte de quitter le Canada en 2014 suite à des accusations de mauvais traitement de enfants, notamment de violences et de mariages forcés.

Le mouvement avait quitté en 2016 les faubourgs de Guatemala City pour Oratorio, un village proche de Guatemala City, après des querelles religieuses avec ses voisins et il aurait traversé la frontière avec le Mexique au mois de juin 2017. Une partie de la secte a pu repartir ensuite vers le Guatemala.

Les mariages arrangés entre adolescentes et membres de la secte plus âgés seraient communs. Le groupe méprise la technologie et les femmes y portent des robes noires, qui les recouvrent de la tête aux pieds, ne montrant que leurs visages. Il rejette également l’Etat d’Israël, disant que la nation juive ne pourra être restaurée que par Dieu et non par les êtres humains.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...