Cisjordanie : Cinq morts du virus, le pire bilan humain de la région en un jour
Rechercher

Cisjordanie : Cinq morts du virus, le pire bilan humain de la région en un jour

La courbe de nouveaux cas ne diminue pas, alors que l'Autorité palestinienne maintient et intensifie son deuxième confinement

La ministre de la Santé de l'Autorité palestinienne Mai al-Kaila évoque la situation en Cisjordanie sur la question du coronavirus avec les journalistes à Hébron, en Cisjordanie, le 10 juillet 2020 (Capture d'écrant/Palestine TV)
La ministre de la Santé de l'Autorité palestinienne Mai al-Kaila évoque la situation en Cisjordanie sur la question du coronavirus avec les journalistes à Hébron, en Cisjordanie, le 10 juillet 2020 (Capture d'écrant/Palestine TV)

Les Palestiniens de Cisjordanie ont connu leur pire journée en termes de décès consécutifs à la pandémie de coronavirus dans la journée de vendredi, avec cinq morts et 331 nouveaux cas confirmés au cours des dernières 24 heures, a fait savoir le ministère de la Santé de l’Autorité palestinienne.

À la fin du mois de mai, l’AP avait semblé parvenir à réduire la courbe des contaminations en Cisjordanie – le confinement avait débuté tôt, et seules quelques centaines d’infections avaient été confirmées. Avec la fin de la fête de l’Aïd el-Fitr, le Premier ministre de l’Autorité palestinienne, Mohammad Shtayyeh, avait salué la levée des restrictions, évoquant un retour à la « vie normale », tout en soulignant que l’AP était prête à réimposer un confinement si cela devait être nécessaire.

L’Autorité palestinienne est depuis entrée dans une seconde vague dont le bilan excède de loin la première. Il y a actuellement 4 977 cas actifs en Cisjordanie, la majorité d’entre eux étant apparus au cours des trois dernières semaines. Et il y a eu 25 morts lors de cette seconde vague – presque toutes enregistrées dans le gouvernorat de Hébron, devenu l’épicentre de l’épidémie en Cisjordanie.

« La situation à Hébron a atteint un niveau dangereux. Il n’y a aucun contrôle sur le virus. Les choses vont vraiment mal », avait commenté, au début de la semaine, un responsable du ministère de la Santé auprès du Times of Israël.

Les forces de sécurité palestiniennes portant des masques se trouvent à un point de contrôle dans le village de Tafouh, à l’ouest de Hébron en Cisjordanie, le 19 juin 2020, tout en imposant un bouclage en raison d’une recrudescence de nouveaux cas de coronavirus. (HAZEM BADER / AFP)

Vendredi dernier, l’Autorité palestinienne avait mis en place un confinement de cinq jours dans toute la Cisjordanie, après deux semaines de hausse élevée et rapide des infections. Toutes les entreprises – à l’exception des pharmacies et des épiceries – avaient été fermées et les résidents avaient reçu pour instruction de rester chez eux.

Alors que le nombre de cas n’a pas montré de tendance à la baisse, le confinement a été prolongé pendant cinq jours supplémentaires, mercredi.

La ministre de la Santé de l’AP, Mai al-Kaila, a annoncé lors d’une conférence de presse, vendredi matin, que les supermarchés seraient également fermés vendredi et samedi à Hébron pour tenter de contenir la propagation de la maladie.

« Nous savons ce que nous faisons », a affirmé al-Kaila alors que les journalistes l’interrogeaient sur ce changement de dernière minute. « Nous agissons sur la base d’études intensives sur la situation en Palestine. »

Le ministère de la Santé a pour sa part recommandé le prolongement du confinement pendant encore quatorze jours, mercredi dernier.

La bande de Gaza semble avoir réussi à se protéger du virus, avec seulement quelques cas enregistrés. 75 personnes ont été testées positives à la maladie – il y a des mois pour la majorité d’entre elles – et il n’y a que onze personnes atteintes actuellement par le virus au sein de l’enclave côtière, selon les informations locales. Le Hamas, le groupe terroriste qui contrôle Gaza, a annoncé lever, petit à petit, les restrictions sur la distanciation sociale.

Mardi, sur fond de promesses publiques d’unité entre le Hamas et son rival du Fatah, al-Kaila a annoncé que l’AP avait refusé une proposition du Hamas d’envoyer une délégation de médecins gazaouis pour apporter leur aide dans la lutte contre le coronavirus sur les territoires de l’Autorité palestinienne, dirigée par le Fatah. Elle a indiqué que la situation en Cisjordanie était « sous contrôle et que la bande de Gaza a davantage besoin de médecins que la Cisjordanie ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...