Israël en guerre - Jour 289

Rechercher

Cisjordanie : L’armée rase la maison de l’attaquant d’un café à Tel Aviv

A Nilin, des appels lancés par les haut-parleurs de la mosquée ont demandé aux habitants de se rendre à l'habitation du terroriste défunt pour empêcher la démolition

Les forces israéliennes de sécurité détruisent la maison d'un terroriste présumé à Nilin, un village de Cisjordanie, le 23 mai 2023. (Capture d'écran/Twitter)
Les forces israéliennes de sécurité détruisent la maison d'un terroriste présumé à Nilin, un village de Cisjordanie, le 23 mai 2023. (Capture d'écran/Twitter)

En Cisjordanie, les forces de sécurité ont démoli, mardi matin, l’habitation d’un Palestinien qui avait commis un attentat terroriste meurtrier à l’arme à feu aux abords d’un café de Tel Aviv, au mois de mars.

Or Eshkar, 32 ans, avait été tué en résultat de cette attaque, succombant à ses blessures onze jours plus tard.

Deux autres Israéliens avaient été blessés par Mutaz Salah al-Khawaja, 23 ans, qui avait finalement été abattu par les policiers et par les civils après avoir pris la fuite, quittant précipitamment la rue Dizengoff, à Tel Aviv, où il avait initialement ouvert le feu.

Les soldats israéliens sont arrivés en masse à Nilin, la ville natale d’al-Khawaja située aux abords de Ramallah, après minuit, mardi. Ils se sont opposés aux jeunes Palestiniens locaux.

Selon les médias palestiniens, des appels ont été lancés par haut-parleurs, depuis la mosquée du village, exhortant les habitants à se réunir devant le logement d’al-Khawaja pour empêcher sa démolition.

Les soldats israéliens ont essuyé des tirs et ils ont été visés par des pétards. Ils ont répondu en ouvrant le feu. L’armée a ordonné aux familles vivant dans les habitations situées à proximité d’évacuer et des snipers ont été chargés par Tsahal de protéger les troupes depuis les toits voisins, selon les médias palestiniens.

Il n’y aurait pas eu de blessé du côté des militaires israéliens.

Israël a pour politique de détruire les maisons des Palestiniens accusés de commettre des attentats terroristes meurtriers ainsi que celles de leurs complices. L’efficacité de cette mesure fait l’objet d’un débat animé jusqu’au sein de l’establishment israélien de la sécurité tandis que les groupes de défense des droits de l’Homme dénoncent une pratique qui s’apparente, selon eux, à une sanction collective inéquitable.

Le processus de démolition lui-même prend généralement plusieurs mois. Ainsi, la maison doit d’abord être cartographiée, la Haute-cour doit se pencher sur les éventuels appels lancés par la famille et les forces de sécurité attendent souvent le moment optimal pour pénétrer dans les villes ou dans les quartiers palestiniens pour mener à bien l’opération.

Le groupe terroriste du Hamas a indiqué qu’al-Khawaja était membre de sa branche armée. Il n’avait pas d’autorisation lui permettant d’entrer sur le territoire israélien quand il avait commis son attentat.

La veille de la démolition, trois Palestiniens avaient été tués par des tirs israéliens pendant un raid nocturne mené dans un camp de réfugiés du nord de la Cisjordanie.

La brigade des martyrs al-Aqsa avait indiqué par le biais d’un communiqué que les trois individus étaient membres de son organisation, précisant qu’ils avaient trouvé la mort alors qu’ils affrontaient les forces israéliennes.

Six autres Palestiniens avaient été blessés, dont un dans un état critique, avait précisé le ministère.

Un porte-parole de Tsahal avait fait savoir qu’un officier avait été légèrement blessé pendant le raid par un éclat d’obus. Il a depuis quitté l’hôpital.

Dans un communiqué, l’armée israélienne avait déclaré avoir mené une opération visant à arrêter des terroristes présumés, ajoutant que trois personnes avaient été placées en garde à vue. Tsahal avait ajouté avoir localisé un laboratoire contenant des dizaines de kilogrammes d’explosifs destinés à être utilisés lors d’attentats, notant qu’une équipe avait détruit le site.

L’armée avait fait savoir qu’au cours de l’opération, des suspects palestiniens avaient lancé des explosifs et des pierres sur les soldats, et que ces derniers avaient répondu par des tirs.

Depuis le début de l’année, les attaques palestiniennes en Israël et en Cisjordanie ont fait 19 morts et plusieurs blessés graves.

Au moins 111 Palestiniens de Cisjordanie ont été tués au cours de cette période, y compris les trois personnes tuées lundi. La plupart d’entre eux ont été tués alors qu’ils menaient des attaques ou lors d’affrontements avec les forces de sécurité, mais certains étaient des civils non impliqués ou ont été tués dans des circonstances qui font l’objet d’une enquête.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.